Les effets des antidépresseurs sont encore mal connus

Dernière mise à jour 06/09/17 | Article
antidépresseurs_mal_connus
En Suisse, les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à prendre des antidépresseurs. Mais, prudence, ces produits ne sont pas la solution à toutes les formes de dépression.

Les faits

Dans une longue interview accordée à Télérama début mars, l’humoriste française Muriel Robin a déclaré devoir prendre des antidépresseurs pour faire face à la violence de la société, estimant «ne pas être bien équipée pour ça». Connue pour faire rire le public, celle qui est également actrice ne fait pas exception, puisque la consommation d’antidépresseurs est largement répandue dans la population. Avec, parfois, un doute sur leur utilité.

«C’est simple, si j’arrête les antidépresseurs, j’ai envie de mourir. Tout m’agresse», a confié Muriel Robin à Télérama. Dans une longue interview, l’humoriste française a évoqué tout haut une réalité que bon nombre de personnes vivent tout bas. Celle de la dépression, qui se caractérise par un sentiment durable de tristesse, une perte de plaisir, une baisse de l’estime de soi, une vision négative du monde, parfois une irritabilité, des troubles du sommeil, de l’appétit et de la concentration. Ou encore, dans certains cas graves, des idées noires. Pour lutter contre ce sentiment de désespoir, beaucoup ont recours, comme Muriel Robin, aux antidépresseurs. Selon le rapport 2016 sur la santé psychique en Suisse, réalisé par l’Observatoire suisse de la santé, 3,7% des personnes interrogées prennent des antidépresseurs chaque jour, les femmes étant deux fois plus concernées que les hommes.

Les alternatives pour aller mieux

La psychothérapie, associée ou non à un traitement médicamenteux, fait partie des approches essentielles pour lutter contre la dépression. Elle vise une meilleure connaissance de la maladie, l’acquisition d’outils pour gérer le stress. Son but est aussi d’aider le patient à mobiliser ses propres ressources et à chercher des solutions nouvelles, cela en faisant évoluer le regard dévalorisant qu’ils portent sur eux et sur le monde. En complément, plusieurs pistes se dessinent. D’abord, une hygiène de vie saine est utile (sport, culture, détente, etc.). Ensuite, la pratique régulière de la méditation en pleine conscience («mindfulness») a montré des résultats très encourageants dans la prévention des rechutes. Enfin, des pistes nutritionnelles sont aujourd’hui à l’étude: les omegas 3 et 6, ainsi que la tyrosine – un acide aminé présent dans les protéines – pourraient avoir des effets positifs sur le psychisme, mais cela reste à démontrer.

Largement prescrits et parfois pris au long cours, ces médicaments n’ont pourtant rien d’anodin: «Ils agissent, au niveau du cerveau, sur des mécanismes neurobiologiques fondamentaux», explique Nicolas Schaad, professeur de pharmacologie à la Faculté de médecine de Genève. Bien qu’ils soient utilisés depuis longtemps, il n’y a aujourd’hui encore aucune certitude quant à leur fonctionnement. On sait qu’ils agissent au niveau des neurotransmetteurs, des substances chimiques chargées d’assurer la communication entre les neurones. Mais de quelle façon? «On constate qu’ils améliorent la régulation de ces substances nécessaires à la neurotransmission, en augmentant les quantités libérées ou captées par les neurones», explique le Dr Nicolas Belleux, vice-président du Groupement des psychiatres vaudois et psychothérapeute à Lausanne. Mais leur action ne se limite pas à cela. D’après les dernières hypothèses scientifiques, les antidépresseurs joueraient sur deux tableaux. Ils favoriseraient d’une part la neurogenèse, c’est-à-dire la production de nouveaux neurones. D’autre part, ils permettraient de normaliser l’activité des hormones du stress: «Dans les états dépressifs, il peut y avoir une hyperactivité de l’axe du stress qui se traduit, chez les personnes déprimées, par une augmentation de cortisol», explique Nicolas Schaad.

Les antidépresseurs sont nombreux sur le marché. Les différentes classes existantes se distinguent par leur mode d’action et les molécules utilisées. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont souvent prescrits en première intention. On a ensuite les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la noradrénaline (ISRN) et les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN). Enfin, les tricycliques, qui sont parmi les plus anciens et qu’on réserve aux dépressions résistantes. Tous ne provoquent pas les mêmes effets, mais les études démontrent néanmoins une efficacité similaire. «C’est surtout le profil d’effets secondaires qui change, explique Nicolas Schaad. D’où l’importance de bien sélectionner le médicament pour chaque patient et, si besoin, d’en changer.» Les effets indésirables (maux de tête, nausées, anxiété, nervosité, baisse de la libido, variations de l’appétit, etc.) apparaissent en début de traitement et s’estompent généralement avec le temps.

infog_effets_antidepresseurs_mal_connus

Réactions différentes suivant les patients

Quant aux effets attendus, il faut entre trois et quatre semaines pour qu’une amélioration globale de l’humeur commence à apparaître. «Les angoisses diminuent, la tristesse se fait moins envahissante. La personne est à nouveau capable de s’émouvoir et de se réjouir. En revanche, la fatigabilité, les troubles de la mémoire et de la concentration mettent plus de temps à s’atténuer», décrit la Doctoresse Hélène Richard-Lepouriel, Médecin adjointe responsable de l’Unité des troubles de l’humeur aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Mais «tous les patients ne réagissent pas de façon identique, y compris avec une même molécule», nuance le Dr Belleux. Preuve, selon le spécialiste, qu’il reste une part de mystère quant à ces traitements et que la dépression ne se réduit pas à des processus chimiques.

En effet, de nombreuses causes peuvent être à l’origine d’une dépression: une fragilité métabolique, une hérédité familiale ou encore un contexte de vie difficile (perte d’un être cher, rupture, licenciement, par exemple). «Ça m’étonne que les gens arrivent à vivre la vie que l’on vit sans rien prendre. On n’est pas tous faits pareils, moi, je ne peux pas», a encore déclaré Muriel Robin. «On vit dans une société qui va toujours plus vite et qui est toujours plus exigeante. Des symptômes de dépression peuvent naître si on se sent impuissant, au travail ou dans sa vie personnelle», déclare le Dr Belleux. Pour autant, les antidépresseurs ne sont pas toujours la solution. Ces médicaments devraient être réservés aux formes modérées à sévères de la maladie, au besoin avec une psychothérapie. Pour les dépressions légères en revanche, «leur efficacité est limitée. Les études démontrent un fort effet placebo. De même, après 65 ans, ils sont beaucoup moins efficaces», affirme Nicolas Schaad. Le confort et le coup de blues passager ne sont donc pas de bonnes indications. En cas de perte de motivation, de plaisir, ou lorsqu’apparaît une tendance à l’isolement, il peut être utile de consulter son médecin traitant ou un spécialiste, en gardant à l’esprit qu’il existe d’autres outils pour aller mieux (lire encadré) qu’une simple prescription de comprimés, concluent les spécialistes.

Risque de suicide augmenté?

Le suicide est l’un des risques majeurs de la dépression. Selon un article publié sur le sujet dans la Revue médicale suisse*, «il est admis qu’un traitement antidépresseur en diminue la fréquence». Néanmoins, des cas de suicides sont survenus chez des patients sous traitement, ce qui a nourri la polémique au sujet de ces médicaments. Avec certaines molécules, un risque existe en effet dans la phase initiale du traitement, comme l’explique le Dr Belleux: «Il se produit une levée de l’inhibition qui peut pousser au passage à l’acte.» Pour diminuer ce risque, plusieurs solutions existent: la prescription d’anxiolytiques, l’administration progressive de l’antidépresseur pour habituer l’organisme ou l’introduction du traitement sous la surveillance de proches ou dans un cadre hospitalier. Les auteurs de l’article concluent toutefois que, à part la phase de début du traitement, le risque de suicide n’est pas augmenté sous antidépresseur, mais qu’il faut rester vigilant avec certains patients.

Références:

- «Antidépresseurs et suicidalité: état des lieux», Alexandre Henzen, Othman Sentissi, Myriam Arnold, RMS 2013.

- Paru dans Le Matin Dimanche, numéro du 26 mars 2017

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Libido
libido_femme_traitements

Problèmes de libido chez la femme: diagnostic et traitements

Bonne nouvelle, il existe plusieurs remèdes à un trouble du désir! Grâce au diagnostic médical et à certaines...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_therapies_angoisses

Des thérapies pour chasser l’angoisse

Anxiété, phobies, obsessions… Les thérapies cognitivo-comportementales aident à combattre pensées automatiques et comportements inadaptés qui surgissent dans les situations anxiogènes. Quels moyens pour se défaire de ces mécanismes ancrés?
antidepresseurs_grossesse_risques

Antidépresseurs durant la grossesse: quels risques pour la mère et l’enfant?

Souvent prescrits aux femmes souffrant de dépression durant leur grossesse, les antidépresseurs ISRS sont pourtant encore sujets à controverse. Quels risques induisent-ils réellement? Faut-il poursuivre le traitement?
Quels médicaments contre la dépression?

Quels médicaments contre la dépression?

Entretien avec le Professeur Jean-Michel Aubry, médecin-chef du service des spécialités psychiatriques des Hôpitaux Universitaires de Genève.
Videos sur le meme sujet

Qu'est-ce que le stress?

On a le cœur qui bat plus vite, on transpire, on a la bouche sèche et une sensation de boule au ventre… pas de doute, c'est le stress. Comment cela fonctionne?

Pourquoi peut-on avoir peur d'aller à l'école?

Les enfants qui ont peur d'aller à l'école sont souvent à la maison, et rien ne peut les convaincre de retourner sur le chemin de l'école.

Se libérer des troubles anxieux par la réalité virtuelle

La réalité virtuelle est un outil de plus en plus utilisé dans le monde de la santé, pour apprendre et pour soigner.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_burnout

Burn-out

Le burn-out se caractérise par un état d’épuisement généralisé, à la fois physique, psychique et émotionnel, dû à une longue période de stress, le plus souvent au travail.

Anxiété

Anxiété

L'anxiété est un sentiment de tension interne. Normale dans certaines situations, elle peut aussi révéler des maladies ou devenir gênante au quotidien.

Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)

Angoisse

Je suis angoissé(e)