Médecine complémentaire en cas de cancer

Dernière mise à jour 26/04/12 | Article
acupuncture
De nombreux patients atteints d’un cancer et soignés par la médecine conventionnelle fondée sur la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie cherchent des méthodes de traitement complémentaires. Celles-ci ne sont pas censées se substituer à la médecine conventionnelle mais la compléter.

Un texte de la

Parmi les méthodes de traitement complémentaires connues, citons la thérapie au gui, l’homéopathie, l’acupuncture, la médecine traditionnelle chinoise et la médecine naturelle. Quantité de ces médecines non conventionnelles peuvent, certes, améliorer le bien-être des patients et augmenter leur qualité de vie, mais les méthodes de traitement complémentaires ne peuvent influencer ni la multiplication ni l’extension des cellules cancéreuses. Par conséquent, elles ne peuvent pas guérir un patient du cancer.

Groupe d’étude des méthodes parallèles et complémentaires en cas de cancer (SKAK)

Quels sont les bénéfices réels des injections de gui, des préparations vitaminées ou du cartilage de requin dans la lutte contre le cancer? Quels succès ont été prouvés scientifiquement et quels risques et effets secondaires présentent les méthodes de traitement non éprouvées? C’est à ces questions et à d’autres que le Groupe d’étude des méthodes parallèles et complémentaires en cas de cancer (SKAK) tente de répondre sur mandat de la Ligue suisse contre le cancer. Si certaines de ces méthodes de traitement complémentaires peuvent effectivement améliorer le bien-être des patients, d’autres sont peu utiles, voire dangereuses. Dans ces cas-là, il est déconseillé de suivre ces méthodes.
 
Le SKAK a rédigé des fiches d’informations sur différentes méthodes de traitement spécialement à l’attention des patients et de leurs proches:

  • L’Ukrain, un «remède contre le cancer» au coût élevé et à l’efficacité douteuse
  • Un appareil inefficace et des teintures douteuses – la «lutte» contre le cancer d’après Hulda Clark
  • Galavit – un «remède miracle» qui ne résiste pas à l’examen
  • Vitamines et alimentation en cas de cancer

Vous trouverez de plus amples informations sur les méthodes de traitement complémentaires dans la brochure «Parallèles? Complémentaires?».

Glossaire 

Chimiothérapie: Traitement des maladies infectieuses et cancéreuses avec des médicaments qui tuent les agents pathogènes ou les cellules cancéreuses; ce terme désigne le plus souvent le traitement des maladies cancéreuses par cytostatiques; selon l’objectif recherché, on parle de chimiothérapie curative, palliative, adjuvante ou néo-adjuvante.

Radiothérapie: Traitement de maladies, essentiellement cancéreuses, par rayonnement ionisant; on distingue la radiothérapie externe (par un appareil qui produit le rayonnement) de la radiothérapie interne, qui consiste à introduire la substance radioactive dans l’organisme (cf. «brachythérapie»).

Pour en savoir plus...

Plus d'information, ainsi que la brochure sur la médecine complémentaire sont disponibles sur le site de la Ligue suisse contre le cancer (plusieurs langues disponibles): www.liguecancer.ch

Article original: http://www.liguecancer.ch/fr/vivre_avec_le_cancer__/traitements_/medecine_alternative/

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
immunotherapie_poumon

L’immunothérapie, une arme contre le cancer du poumon

De tous les cancers, celui qui touche les poumons est le plus mortel. Chaque année en Suisse, 3000 personnes y succombent. L’immunothérapie, visant à renforcer les défenses naturelles, donne à espérer.
cancer_sein_union

Contre le cancer du sein, l’union fait la force

Hétérogène à tous égards, le carcinome mammaire nécessite, pour être soigné, une prise en charge multidisciplinaire et des traitements de plus en plus personnalisés.
immunothérapie_miracle_mélanome

L’immunothérapie fait des miracles contre le mélanome

Une personne sur cinq en Suisse développe un cancer de la peau au cours de sa vie. Mais de nouvelles thérapies augmentent significativement la survie des patients atteints de mélanome sévère.
Videos sur le meme sujet

Cancer: tour d’horizon des nouvelles thérapies

La mortalité due au cancer diminue fortement depuis une quinzaine d’années.

La pilule contre le cancer de la thyroïde

Anouck Merz présente le résultat d'une large étude épidémiologique menée en France.

Dix jours de sensibilisation au cancer de l'ovaire

Toute cette semaine, le service de gynécologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et la Ligue genevoise contre le cancer se mobilisent en organisant les 10 jours du cancer de l’ovaire.
Maladies sur le meme sujet
Atteinte de la moelle

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 560 nouveaux cas de myélome multiple (plasmocytome), ce qui représente environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses.

Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Le cancer de la vésicule et des voies biliaires

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 310 nouveaux cas de cancer de la vésicule ou des voies biliaires. Le cancer de la vésicule biliaire touche un peu plus souvent les femmes (53 %) que les hommes (47 %). Il survient presque exclusivement à un âge avancé : deux tiers des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic.

Globules blancs

Lymphome non hodgkinien

Chaque année en Suisse, près de 1450 personnes développent un lymphome non hodgkinien, ce qui correspond à environ 4% de toutes les maladies cancéreuses. 48% des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. 54% des personnes touchées sont des hommes, 46% des femmes.