Des jeux vidéo accélèrent les progrès des patients

Dernière mise à jour 25/11/19 | Article
jeux_video_progres
Des jeux «sérieux» – ou serious games –, utilisant ou non la réalité virtuelle, sont testés sur des patients souffrant de sclérose en plaques et sur d’autres ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC).

Nous sommes devant un écran géant. Le fond représente un personnage virtuel pédalant sur un vélo suspendu à une montgolfière et volant au-dessus d’une mer agitée. Tout à coup, des ronds de couleur portant une barre dirigée dans une direction spécifique apparaissent dans le paysage. Il faut ignorer les rouges, mais guetter le vert qui pointe vers le bas, le haut, à droite ou à gauche, et diriger le plus vite possible ses mains dans la direction indiquée.

Changement de décor. Cette fois, nous sommes équipés d’un masque donnant une vision en trois dimensions et nous tenons deux manettes. Nous voici soudain transportés sur un terrain de football et transformés en gardien de but. Equipés, virtuellement, de gants qui apparaissent sur l’écran, nous devons arrêter les ballons que des joueurs (virtuels eux aussi) nous envoient de divers côtés.

L’expérience a beau être amusante, nous ne sommes pas dans un espace de jeux, mais dans un laboratoire du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). L’écran et l’informatique associée font partie intégrante de la plateforme Neuroscape@NeuroTech, et les technologies impliquées vont être validées sur des patients.

Jeux «sérieux»

Le jeu des ronds rouges et verts – un exemple de jeu vidéo dit «sérieux» – a été conçu par des neuroscientifiques américains du Neuroscape Center de l’Université de Californie, à San Francisco. Il est destiné à la neuroréhabilitation cognitive, notamment de personnes atteintes de sclérose en plaques. Ce trouble neurologique est dû à une destruction de la myéline. Lorsque cette enveloppe qui isole et protège les fibres nerveuses est lésée, l’influx nerveux est ralenti. Pour les patients, des jeunes adultes pour la plupart, cela se traduit «surtout par une perte de la vitesse de traitement de l’information, associée à des troubles de la mémoire de travail (à court terme) et de l’attention», explique Arseny Sokolov, médecin au Département des neurosciences cliniques du CHUV et directeur de Neuroscape@NeuroTech.

Les trois jeux vidéo disponibles sur la plateforme visent à exercer ces différentes fonctions cognitives. Certains d’entre eux demandent aussi un effort physique, non seulement parce que cela motive, mais aussi «parce que de nombreuses études ont démontré un effet bénéfique de l’activité physique sur les fonctions cognitives», précise Pietr Grivaz, neuroscientifique et coordinateur de la plateforme. En outre, explique le neuroscientifique, «un algorithme permet d’adapter, en temps réel, la difficulté du jeu en fonction des performances du joueur». C’est important, souligne Arseny Sokolov, car «cela permet de personnaliser la réhabilitation. Le jeu pousse le patient à accroître ses performances, sans pour autant l’épuiser».

L’équipe du CHUV a commencé «à adapter ce jeu aux patients ayant une sclérose en plaques avec des troubles cognitifs légers», note le médecin. Elle a aussi lancé le recrutement de patients – il y en aura vingt à Lausanne et autant à San Francisco – qui devront se prêter au jeu, sur écran ou sur tablette, trois fois par semaine pendant un mois. Le but est de «tester l’efficacité de la méthode et son impact sur la qualité de vie des patients». Au bout de quelques mois, ceux-ci seront réévalués «afin de savoir si les effets persistent, ou non, dans le temps».

Immersion dans un monde virtuel

Plus encore que les jeux vidéo, la réalité virtuelle immerge le patient dans un autre monde. En découvrant sur l’écran son propre corps, «il est télétransporté», selon le Pr Andrea Serino, directeur du Laboratoire MySpace et de la plateforme Immersion@NeuroTech du CHUV. En observant son avatar effectuer une tâche qu’il ne peut plus faire dans la vie réelle (par exemple bouger son bras pour attraper un objet), il leurre son cerveau.

La réhabilitation classique utilise d’ailleurs différentes méthodes destinées à tromper le cerveau pour le stimuler à se réorganiser et compenser la zone lésée. En particulier pour des personnes gardant des séquelles d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Certaines peuvent en effet avoir un côté de leur corps, un bras ou une jambe paralysés. D’autres souffrent d’héminégligence: leur cerveau «néglige» alors de les informer de tout ce qui se passe à leur gauche (si la lésion se trouve dans le cerveau droit, et inversement).

La réalité virtuelle a l’intérêt «de pousser le patient à faire des mouvements plus amples et plus complets. Elle peut même lui donner l’illusion qu’il fait plus que ce qu’il fait en réalité, ce qui évite la frustration», souligne le professeur du CHUV. En outre, le «joueur» reçoit un retour – il peut visualiser ses progrès ou gagner des points quand il atteint l’objectif fixé –, ce qui augmente encore son envie de poursuivre l’effort.

La réalité virtuelle au service de la neuroréhabilitation a déjà fait l’objet de quelques réalisations concrètes. L’entreprise MindMaze à Lausanne, qui était au départ une spin-off de l’EPFL, a commercialisé le système MindMotion, qui permet au patient, après avoir fait ses exercices avec son thérapeute, de continuer à s’entraîner seul. Andrea Serino et ses collègues viennent de lancer une étude visant à tester l’intérêt de cet outil pour aider à la rééducation des personnes souffrant d’héminégligence.

S’inspirer de jeux commercialisés

Le jeu du gardien de but évoqué plus haut est destiné à accroître l’attention et la flexibilité mentale. Il a été créé par l’entreprise italienne Orwell dans une intention purement ludique, puisqu’il est destiné aux supporters de clubs de foot. L’équipe du CHUV a donc entrepris de l’adapter à la réhabilitation de personnes ayant souffert d’un traumatisme crânien. Dans le cadre du projet européen Eurostars, elle s’est associée à la Haute école spécialisée de Suisse Occidentale (HES-SO) du Valais, à MindMaze et à Orwell. L’idée, explique Arseny Sokolov, est de «conserver le concept et le graphisme du jeu commercial, mais de le modifier afin d’y mettre des exercices, conçus par des neuropsychologues, destinés à faire travailler les fonctions cognitives défaillantes». Une fois développé avec la participation de patients, le jeu de sport sera testé et son intérêt évalué. Nul doute qu’il séduira les jeunes patients, qui seront plus enclins à poursuivre l’effort demandé par la neuroréhabilitation.

_______

Paru dans Planète Santé magazine N° 36 - Décembre 2019

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_robots_enfants_hospitalises

Hoppy et Billy, robots de compagnie en pédiatrie

«Il aide beaucoup mon fils durant ses soins pas très sympathiques. Il nous aide aussi à passer le temps, qui est parfois bien long aux soins intensifs.» Celui dont parle Caroline, maman de Hugo, 7 ans, n’est ni un infirmier, ni un médecin, mais… un robot.
plongée_médecine_hyperbare

Plongée dans la médecine hyperbare

Avec ses gros hublots, elle a l’air d’un sous-marin échoué dans les sous-sols des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). La chambre hyperbare est pourtant une merveille de technologie, irremplaçable pour traiter avec l’oxygène les accidents de plongée, les intoxications à des fumées, les plaies à cicatrisation difficile, les lésions après une radiothérapie, les gelures ou encore les infections des os.
Videos sur le meme sujet

Intelligence artificielle versus intelligence humaine

Lʹintelligence artificielle est-elle vraiment intelligente? Pour répondre à cette question, il faut commencer par se pencher sur les similarités entre lʹintelligence artificielle et la nôtre.

Comment rendre l'intelligence artificielle bénéfique

L'importance cruciale de rendre lʹintelligence artificielle (IA) robustement bénéfique, cʹest le thème de l'ouvrage "Le fabuleux chantier".

L'Immersive Lab, entre art et science

Imaginé par Daniel Bisig et Jan Schacher, tous deux artistes numériques, et chercheurs à l'Institut d'informatique musicale et de technologie du son de la Haute École dʹart de Zurich, l'Immersive Lab est un espace interactif et multisensoriel qui vise à mettre en réseau l'art et la science.
Maladies sur le meme sujet
Sclérose en plaques

Sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune liée à un dérèglement du système immunitaire, qui attaque la gaine de myéline et les fibres nerveuses. Bien que la maladie ait été décrite il y a près de deux siècles, sa cause n’est toujours pas élucidée. Il s’agit d’une maladie complexe et multifactorielle.

Visage avec fumée

Accident vasculaire cérébral (AVC)

L'AVC, ou "attaque cérébrale", est la conséquence d'un manque d'apport de sang dans le cerveau (obstruction ou rupture d'un vaisseau). Les symptômes ne sont pas toujours réversibles.

Symptômes sur le meme sujet

AVC - Attaque

J'ai mon bras/ma jambe qui ne bouge plus ou ma bouche qui tombe sur le côté