La chirurgie générale robotique: une technique en plein essor

Dernière mise à jour 04/09/13 | Article
La chirurgie générale robotique: une technique en plein essor
La chirurgie robotique est actuellement en plein développement, et multiplie les promesses. Reconnue efficace dans plusieurs spécialités médicales, cette approche n’a pas encore fait toutes ses preuves en chirurgie générale.

De multiples bras munis d’instruments chirurgicaux et d’une caméra, un chirurgien qui le manipule à distance: le robot chirurgical est, en 2013, répandu dans les salles d’opération du monde entier.

Apparue il y a une dizaine d’années, cette technique fait aujourd’hui l’objet de nombreux espoirs. Grâce à son caractère peu invasif, sa précision et son éventail de possibilités, cette approche offre en général une plus grande sécurité pour le patient et un meilleur confort pour le chirurgien, notamment lors d’interventions complexes. Testée dans tous les domaines chirurgicaux, elle suscite un grand enthousiasme au sein de la communauté médicale qui ne demande qu’à la développer encore, afin qu’elle soit la plus adaptée possible à chaque type d’intervention.

Dans les spécialités telles que la gynécologie et l’urologie, la chirurgie robotique est déjà en passe de devenir standardisée, surpassant les techniques traditionnelles telles que la chirurgie ouverte ou la laparoscopie (procédure au cours de laquelle la chirurgie est réalisée au travers de petites incisions par lesquelles on fait passer les instruments opératoires). Toutefois, en ce qui concerne la chirurgie générale, les études ne sont pas assez nombreuses et ce manque de données freine le développement de la technique robotique. Il semble donc important de faire le point sur les informations dont on dispose actuellement, ainsi que sur les indications propres à chaque spécialité médicale.

Chirurgie robotique de l’œsophage

Concernant la chirurgie œsogastrique, plusieurs études prouvent que l’utilisation de la technologie robotique donne d’excellents résultats pour les gastrectomies (ablation de l’estomac). En termes de durée d’hospitalisation et de pertes de sang, l’utilisation d’un robot est même préférable à la laparoscopie. Ceci vaut également pour une autre intervention, la myotomie de Heller, destinée à résoudre les troubles moteurs de l’œsophage. En revanche, en ce qui concerne les retraits de l’œsophage, les données, bien que satisfaisantes, ne sont pas encore suffisamment concluantes. Enfin, pour la chirurgie fonctionnelle antireflux, aucune différence notable n’est établie entre les résultats de la technique robotique et de la technique laparoscopique.

Chirurgie robotique bariatrique

Dans la chirurgie bariatrique, qui vise à restreindre l’absorption d’aliments chez les patients obèses, la robotique est de plus en plus utilisée et semble très prometteuse, en particulier pour la réalisation de bypass gastriques. La chirurgie robotique permet de diminuer les complications inhérentes à l’opération, réduisant ainsi la durée et le coût de l’hospitalisation. Même chez les patients super-obèses (dont l’IMC est supérieur à 50), l’approche s’est révélée sûre et efficace. De surcroît, l’apprentissage de la technique robotique est plus court comparé aux formations habituelles.

Cependant, le recours à la robotique dans la chirurgie bariatrique demeure encore beaucoup trop cher: il faut donc maintenant trouver un équilibre entre l’amélioration prouvée des résultats et les coûts engendrés par cette approche.

Chirurgie robotique du colon et du rectum

Les résultats de l’utilisation de la robotique en chirurgie colorectale sont assez disparates. Concernant les ablations du côlon, la robotique ne présente que peu d’intérêt. En revanche, pour tout ce qui relève de l’oncologie rectale, la robotique a d’excellents résultats portant aussi bien sur l’opération elle-même que sur l’état post-opératoire. Ces résultats restent néanmoins comparables à ceux obtenus par la technique traditionnelle de la laparoscopie, sans efficacité supérieure pour le moment.

Chirurgie robotique hépato-biliaire et pancréatique

En chirurgie du foie, de la vésicule biliaire et du pancréas, l’utilisation de la robotique donne des résultats généralement équivalents aux techniques habituelles. Mais si certains avantages mineurs peuvent être relevés, ils vont néanmoins de pair avec une augmentation de la durée et du coût de l’opération.

Chirurgie robotique endocrinienne

La chirurgie robotique endocrinienne comprend principalement des interventions sur la thyroïde. Bien que les résultats esthétiques et oncologiques semblent encourageants, l’utilisation du robot offre des résultats équivalents à la laparoscopie pour un coût bien plus important.

Autres domaines d’utilisation de la robotique

La robotique s’est également révélée efficace dans le cadre de transplantations, notamment de dons vivants de rein et de foie, ainsi que dans des transplantations rénales et des greffes de pancréas. Toutes ces interventions ont été validées, mais nécessitent une grande pratique robotique de la part du chirurgien en charge.

Enfin, la chirurgie robotique peut également venir en aide à toute approche laparoscopique: lors d’opérations complexes, le robot permet de faciliter et de soutenir les techniques habituelles.

Référence

Adapté de «Chirurgie générale robotique: où en sommes-nous en 2013?», par Pr P. Morel, Drs N. C. Buchs, F. Pugin, F. Ris, M. Jung, M. E. Hagen, F. Volonté et D. Azagury, Service de chirurgie viscérale et de transplantation, Département de chirurgie, HUG, in Revue médicale suisse 2013; 9: 1317-22, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
La fin des prothèses?

La fin des prothèses?

Faire repousser les os, régénérer les cartilages… des rêves futuristes qui seront bientôt réalité.
Chevilles: l’aide de l’imprimante 3D

Chevilles: l’aide de l’imprimante 3D

Une nouvelle technique chirurgicale a été introduite aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) au bénéfice des patients opérés pour une pose de prothèse.
Chirurgie assistée par ordinateur en orthopédie: les bénéfices sur le pied et la cheville

Chirurgie assistée par ordinateur en orthopédie: les bénéfices sur le pied et la cheville

Dotés d’une anatomie complexe, le pied et la cheville nécessitent l’utilisation d’une imagerie tridimensionnelle lors d’interventions chirurgicales. Ces interventions assistées par ordinateur sont de plus en plus utilisées et présentent un bénéfice clinique réel pour le patient.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Vaccins: quelle utilité?

Se faire vacciner n'est jamais un plaisir, ça pique, ça gonfle, et parfois on se sent un peu patraque. Mais pourquoi se vaccine-t-on au juste? Le point avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.