Ne craignez plus l’IRM

Dernière mise à jour 26/06/14 | Article
Ne craignez plus l’IRM
De nouveaux appareils IRM «ouverts» permettent d’examiner des patients jusqu’ici réticents ou exclus de l’imagerie par résonance magnétique, telles les personnes claustrophobes ou en surpoids.

«Quand j’ai dû passer ma première IRM, j’étais vraiment anxieuse, non pas à cause de l’appréhension des résultats de l’examen, mais parce que j’ai horreur d’être enfermée, raconte cette patiente. Et c’était vraiment angoissant et stressant de rester immobile pendant un certain temps dans cet espace étroit et entourée du bruit assourdissant qu’émet l’appareil. La deuxième fois, j’ai fait part de mon appréhension à mon médecin, qui m’a appris qu’il existait maintenant un appareil ouvert pour des personnes comme moi. Ce fut un vrai soulagement!»

Comme cette femme, de nombreuses personnes angoissent à l’idée de devoir passer un examen IRM. D’autres en sont exclues pour des raisons de surpoids ou de handicap physique.

Grâce à l’influence du lobby des personnes souffrant d’obésité aux Etats-Unis notamment, de nouveaux modèles d’appareils plus accessibles et conviviaux, car plus ouverts, ont vu le jour. Mais ils sont encore rares en Europe et en Suisse. La Suisse romande en compte une demi-douzaine, dont cinq dans les instituts d’imagerie médicale du Réseau 3R (Réseau Radiologique Romand), à Sion, Morges, Onex, Fribourg et Epalinges.

Précurseur en la matière, le directeur et fondateur de 3R, le Dr Dominique Fournier, radiologue FMH, souligne que le choix s’est porté sur ce type d’appareil, dont le prix d’achat est nettement plus élevé que celui d’un modèle standard, car il permet de réaliser des examens IRM de qualité chez des patients qui ne pourraient en bénéficier avec les modèles fermés. «Ces appareils à haut champ, soit des champs magnétiques d’une intensité de 1-1.5 Tesla, haut de gamme, offrent une qualité d’image comparable aux appareils usuels.»

Comment fonctionne un IRM

Au lieu d’utiliser des rayons X, comme pour les radiographies, les appareils d’imagerie à rayonnement magnétique (IRM) utilisent le champ électromagnétique d’un gros aimant, placé autour du corps du patient. Ce champ crée un signal différent selon la composition des tissus stimulés par des ondes radio. Les signaux ainsi recueillis par un ordinateur forment une image de la région examinée, en coupes ou en 3D. L’IRM permet donc de voir l’intérieur du corps sans rayons ionisants, et surtout, d’analyser aussi les tissus mous (par exemple muscles, cerveau, viscères), mieux que par radiographie ou scanner.

Les divers modèles d’IRM

On compte aujourd’hui quatre types d’appareils.

L’IRM standard
L’IRM standard

Dans l’IRM standard l’aimant est placé horizontalement autour du patient. C’est le fameux «tunnel» dans lequel le patient est couché sur un lit coulissant permettant de placer la région du corps à examiner au centre du tunnel, de façon à pouvoir obtenir les meilleures images. S’il s’agit par exemple du genou, une bonne partie du corps devra se trouver dans le tunnel.

L'IRM ouverte

L'IRM ouverte

L'IRM ouverte a son aimant installé verticalement (tambour), et non pas horizontalement. Appelé aussi «IRM à 360°», l’appareil est ouvert sur les côtés.

Ce modèle est particulièrement adapté:

  • en cas de claustrophobie ou de surpoids (poids maximal: 240 kg);
  • aux bébés qui peuvent rester couchés contre leur mère;
  • au jeune enfant, car un parent peut rester à côté de lui pour lui tenir la main et veiller à ce qu’il reste immobile, ce qui évite également de faire une sédation;

à une personne souffrant d’un handicap physique ne lui permettant pas de rester couchée sur le dos.

Il est aussi possible de réaliser des études dynamiques de la colonne cervicale, de l’épaule et du genou.

L’IRM assise

L’IRM assise

L’IRM assise, appareil plus petit, permet d’examiner les membres du corps (mains, bras, coudes, genoux, jambes, chevilles, pieds).

Le patient est assis dans un fauteuil et la région à examiner est glissée dans un petit tunnel. Le reste du corps est hors de l’appareil.

Cet IRM est particulièrement adapté:

  • aux personnes souffrant de claustrophobie;
  • aux enfants (pas besoin de sédation);
  • aux personnes souffrant d’affections rendant la position couchée difficile.

L’IRM ouverte-debout

Le patient peut y être installé debout ou assis, et prendre diverses positions (étude dynamique) selon les zones du corps à examiner: cambré, penché en avant, de côté, ou avec la tête tournée, penchée, etc.

L’IRM ouverte-debout

Cet appareil est surtout utilisé pour l’étude de la colonne dans la position qui provoque les douleurs, en la soumettant à des tensions ou au poids du corps.

L'appareil étant extrêmement lourd et volumineux, et impliquant un certain nombre de contraintes techniques, rares sont les instituts qui le proposent.

Actuellement en Suisse, un seul institut de radiologie possède une telle machine dans le canton de Zurich.

A LIRE AUSSI

Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
corriger_vision_laser

Corriger sa vision par le laser

La chirurgie réfractive au laser est aujourd’hui une technique sûre et efficace qui corrige myopie, hypermétropie, astigmatisme et même presbytie.
Cellules souches: un mini-foie humain voit le jour

Cellules souches: un mini-foie humain voit le jour

Une équipe de chercheurs japonais vient de créer un foie humain miniature à partir de cellules souches. Une alternative possible aux dons d’organes? Assurément, mais pas pour tout de suite. Explications.
La fin des prothèses?

La fin des prothèses?

Faire repousser les os, régénérer les cartilages… des rêves futuristes qui seront bientôt réalité.
Videos sur le meme sujet

Quand les ondes remplacent le scalpel

Pouvoir opérer sans utiliser de scalpel, c’est déjà une réalité. Des techniques de chirurgie par ultrasons permettent désormais d’éliminer certaines zones pathologiques de manière non invasive.

Une app pour connaître son état de santé en temps réel

Stéphane Délétroz présente une application de santé connectée en cours de développement.

Au cœur d'une opération du cœur

Bastien Confino a suivi une opération à cœur ouvert assistée par un système d’échocardiographie 4D.