Scandale des implants défectueux

Dernière mise à jour 13/11/19 | Vidéo
Les implants se multiplient dans nos corps, pour nous aider à vivre mieux. Leur évolution technique les rend toujours plus faciles à placer, au point de nous faire oublier qu’il s’agit d’un élément étranger que notre corps devra accepter. Mais surtout, l’homologation de ces dispositifs médicaux par les fabricants a bénéficié jusqu’à aujourd’hui d’un manque de contrôle qui a nui à la sécurité des patients. Cette largesse de la réglementation a mené au scandale des «Implant Files», dénoncé dans toute l’Europe, et qui touche aussi la Suisse.

Certaines personnes tolèrent très mal les implants.  Comme Jennifer, qui devra payer 20'000 dollars de sa poche pour enlever un seul des deux bouts d’une bandelette contre l’incontinence. Une bandelette de Polypropylène – un plastique utilisé comme emballage dans l’alimentation – qui lui fait souffrir le martyr depuis son implantation. Jennifer, comme bien d’autres patientes, n’a pas été informée clairement de la difficulté qu’il y aurait à retirer son implant, car il n’est pas conçu pour être enlevé.

Jacqueline Meylan, elle, se livre à une véritable investigation sur son filet contre la descente d’organe. Du même Polypropylène que les bandelettes contre l’incontinence, il est à l’origine du scandale des «Implants Files».

Le symbole des «Implant Files», c’est un filet à mandarine, pour lequel une journaliste néerlandaise a réussi à obtenir l’assurance qu’il serait homologué comme filet contre la descente d’organes. Il est devenu le point de départ d’une vaste enquête menée par 58 journalistes dans plus de 30 pays, sur un an et demi. En Suisse aussi, ce filet aurait pu figurer parmi les implants mis sur le marché. Swissmedic le reconnaît, il y a eu des manques dans le contrôle des dispositifs médicaux. La nouvelle réglementation qui entrera en vigueur en janvier 2020 permettra d’évaluer plus strictement les dispositifs médicaux à implanter dans le corps. Mais ses détracteurs critiquent une loi qui protège plus le marché que les patients.

Une émission 36.9 - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Amputation

Reconstruction de la vessie

Certaines affections de la vessie, telles un cancer, une perte de la fonction de vidange ou de recueil des urines, peuvent nécessiter son ablation. Il...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
malvoyants_vision_artificielle

Malvoyants: bientôt une vision artificielle?

Des chercheurs de l’EPFL, en collaboration avec l’Hôpital ophtalmique Jules- Gonin à Lausanne, sont à la pointe de la recherche sur l’implant rétinien pour redonner la vue aux personnes aveugles ou malvoyantes.

Va-t-on tous bientôt porter des implants médicaux?

Ces dispositifs qui peuvent être placés dans les diverses parties de notre corps pour pallier une fonction défaillante ont déjà sauvé bien des vies. Mais ils ne sont pas dénués de risques et certains d’entre eux sont des cibles pour d’éventuels pirates.
PULS_don_membrane

Des patchs de membrane amniotique pour réparer les cornées

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les femmes enceintes chez qui une césarienne a été planifiée pourront intégrer un programme de don de membrane amniotique.
Videos sur le meme sujet

Des «super-greffons» pour soigner le diabète

Proposer des "super-greffons" de cellules pancréatiques à des patients souffrant de diabète sévère, cʹest une possibilité explorée à l'Université de Genève (Unige).

Une prothèse de jambe sensitive

L'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ) publie les premiers résultats sur une prothèse de jambe qui fournit des informations sensorielles à des patients amputés au-dessus du genou.

30 bougies pour le Centre suisse du foie de l'enfant

Il y a exactement trente ans, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) réalisaient la première transplantation de foie chez un enfant.