Les bienfaits de l’hypnose

Dernière mise à jour 25/01/17 | Article
 bienfaits_hypnose
En jouant avec l’attention que l’on porte sur ce qui fait souffrir, l’hypnose apaise. Ses défis de prédilection? Anxiété, addictions, phobies et douleurs.

En pratique

Quelques repères au sujet de la pratique de l’hypnose.

Qui? Tout professionnel de santé peut se former à l’hypnose et ainsi doubler sa pratique d’un accompagnement par l’hypnose si le patient le souhaite, par exemple pour soulager une douleur, alléger une opération, affronter la phobie de l’aiguille.

Pour qui? Pas de contre-indication connue à l’hypnose à partir du moment où l’attention peut être mobilisée. Elle donne de très bons résultats en pédiatrie et chez les adultes affectés par des douleurs physiques ou psychiques.

Quel contexte? Si l’hypnose est reconnue par l’assurance-maladie, elle n’est pas pour autant régie par un tarif spécifique. Elle se glisse ainsi dans les consultations comme de la «psychologie de soutien» ou est comptée dans le «temps relationnel».

Quel investissement? L’hypnose s’inscrit dans le registre des «thérapies brèves». Pour un problème donné, une à trois séances peuvent suffire.

Quel repère? Si les diplômes sont là pour attester le cadre éthique dans lequel exerce l’hypnothérapeute, comptent également la qualité de la relation et le ressenti d’un apaisement dès les premières séances.

Bien qu’encore nimbée de mystère, l’hypnose est parvenue ces dernières décennies à revenir au bloc opératoire par la grande porte. La raison? Ses résultats! Parmi les plus concrets: sédations locales en remplacement d’anesthésie générale, quantité moindre d’antidouleur administrée et cicatrisation plus rapide. «Bien sûr, certains actes de chirurgie, comme les opérations à cœur ouvert, nécessitant l’inconscience et le repos musculaire absolu du patient, ne peuvent se passer d’anesthésie générale, souligne le psychiatre, psychothérapeute et spécialiste de l’hypnose, Pr Eric Bonvin*. Mais l’hypnose est de plus en plus utilisée, en complément d’une anesthésie uniquement locale, pour des interventions simples sur un membre, la thyroïde ou une extraction dentaire, par exemple. Autant d’opérations durant lesquelles le patient peut rester pleinement conscient.»

Plus présent que jamais

Car si l’hypnose a été le premier «outil» d’anesthésie des chirurgiens du XIXe siècle, elle consiste en tout sauf à endormir l’esprit. «Sous hypnose, le patient est plus présent que jamais», indique le Pr Bonvin. Aidé de l’infirmière ou de l’anesthésiste formé à l’hypnose – dont le rôle sera également d’être attentif à toutes les sensations éprouvées par le patient –, ce dernier va guider et occuper son attention, jusqu’à la saturer, sur d’autres perceptions que celles de la partie du corps opérée. Par le biais généralement d’un univers intérieur, généralement prévu avant l’opération. Une plage paradisiaque, une montagne féerique, des lieux paisibles mais dissolubles à tout moment: «Si l’on parle souvent de «lieu de sécurité», le terme est trompeur, nuance l’expert. Le refuge mental dans lequel vogue l’esprit du patient n’est pas un lieu figé emmurant la personne et la coupant de ses sens.» A l’instar d’un spectateur au cinéma, plongé dans le film mais tout à fait apte à réagir si le portable de son voisin sonne, la personne sous hypnose reste maîtresse de la situation.

Les résultats sont donc là, certes. Mais que se passe-t-il vraiment pendant ce voyage intérieur, aussi appelé «transe hypnotique»? Tout n’est pas clair. Ce sont d’ailleurs ces zones d’ombre qui ont, durant plusieurs décennies, éloigné l’hypnose du monde scientifique, mais jamais vraiment de la médecine elle-même… L’imagerie médicale a ainsi apporté un éclairage éloquent: durant la transe hypnotique, certaines zones du cerveau s’activent comme si la scène imaginée était réellement vécue par les sens. Autrement dit, le corps est au repos, mais l’esprit vit le moment rêvé comme s’il était réel. Un état de veille paradoxale en quelque sorte.

Possibilités illimitées

Dès lors, l’utilisation de l’hypnose se justifie bien au-delà du bloc opératoire: «Tout ce qui est de l’ordre de la sensorialité, de la perception, peut être influencé par les jeux de l’attention que propose l’hypnose», indique le Pr Bonvin. En effet, les douleurs chroniques ou aiguës, dans ce qu’elles ont de plus subjectif – l’anxiété, dont les ressorts s’ancrent bel et bien dans l’esprit lui-même, ou encore les phobies, qui déchaînent l’imaginaire au-delà du raisonnable – peuvent s’apaiser par le biais d’une pratique de l’hypnose, ou de l’autohypnose, qui va progressivement aider à guider l’attention. La douleur est là, subie par le corps, mais l’esprit parvient à avancer vers cette bulle imaginaire où il va s’alléger, se calmer, calmant le corps en retour.

«L’hypnose utilise ainsi les possibilités illimitées de l’imagination pour modifier la perception de la souffrance et apporter un soulagement », résume l’expert qui en estime les bénéfices bien au-delà des épisodes de soin. «La plupart de nos souffrances sont liées à un refus, à une crainte et à un désaccord entre ce qui se passe et ce que l’on voudrait. Tout cela est de l’ordre de la présence à soi, «ici et maintenant ». L’hypnose n’est pas une baguette magique: elle ne change pas la réalité, mais elle nous aide à faire avec.»

Un processus en trois phases

Avant toute séance d’hypnose, un prérequis indispensable: le patient et l’hypnothérapeute s’accordent sur l’objectif de la séance. Par exemple affronter une phobie, se préparer à une épreuve, apaiser un état de stress. Le processus se passe ensuite en trois phases, pour une durée allant de quelques minutes à plus d’une heure.

1) La phase d’induction. L’objectif est de se laisser absorber dans ses perceptions et son imagination en abandonnant les préoccupations du moment pour se consacrer à l’«ici et maintenant». La respiration se calme, les muscles se relâchent.

2) La transe hypnotique ou phase de travail. L’esprit de la personne a franchi les portes d’une bulle où il chemine vers la mission qu’il s’est fixée.

3) La phase de sortie. Par un compte à rebours ou la perception retrouvée du lieu, la personne revient à la réalité du moment. Un compte rendu n’est pas indispensable, l’expérience vécue est porteuse en elle-même d’un bienfait qui ne nécessite pas forcément d’analyse complémentaire.

Dans ces trois étapes, l’hypnothérapeute agit comme un guide protecteur. Il aide la personne à entrer puis sortir calmement de cet univers qui n’appartient qu’à elle et, entre les deux, s’assure que son mental vogue vers l’objectif. Aidée d’enregistrements ou par l’expérience acquise, toute personne peut suivre le processus seul, on parle alors d’autohypnose.

_________

* Le Pr Eric Bonvin est également directeur de l’Hôpital du Valais et a collaboré au livre «J’ai envie de comprendre… L’hypnose», d’Yseult Théraulaz, Eric Bonvin, Adriana Wolff, Editions Planète Santé, 2016.

Source : Paru dans Le Quotidien La Côte le 25.01.2017

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bloc_sous_hypnose

Au bloc sous hypnose

Depuis quelques années, l’hypnose a fait son entrée dans le milieu hospitalier. La technique peut même être utilisée lors de certaines interventions chirurgicales. Éclairage.
hypnose_prendre_soin_soi

«Pratiquer l’hypnose est une façon de prendre soin de soi»

Proposée à l’hôpital, mais non remboursée par l’assurance maladie, puissante mais 100 % naturelle, fascinante mais d’une étonnante simplicité, l’hypnose a de quoi déstabiliser par ses paradoxes. Pour le Pr Eric Bonvin, psychiatre, psychothérapeute, directeur de l’Hôpital du Valais et spécialiste de l’hypnose depuis plus de trente ans, elle est surtout un moyen d’apaiser la souffrance, quelle qu’elle soit. Interview.
PULS_voyage_en_hypnose

Voyage en hypnose

Il t'est peut-être déjà arrivé d'être tellement concentré devant un film, un livre ou un jeu vidéo que tu crois être dans l'histoire pour de vrai, sans entendre ta maman qui te demande de mettre ton pyjama. Eh bien, l'hypnose ressemble à cet état.
Videos sur le meme sujet

Ma santé confinée: lʹautohypnose

Que ce soit au niveau du corps ou de la tête, le confinement ne doit pas se traduire par une dégradation de la santé.

Opérations sous hypnose

Vous devez vous faire opérer? Et si au lieu d’une narcose, vous tentiez l’hypnose? Une méthode simple et naturelle, qui permet de réduire drastiquement la dose d’anesthésiques chimiques.

L’inconscient tout puissant

Au travers d'une série d’expériences qui testent la perception, l'émission "Specimen" (RTS Un) du 31 mai 2017 s'intéresse à la puissance de l'inconscient.