L'hypnose pour quelle douleur?

Dernière mise à jour 24/05/12 | Article
Enfant en consultation
A priori, tous les types de douleurs, aiguës ou chroniques, peuvent être soulagés grâce à l’hypnose. A condition toutefois que le sujet ait le désir de tenter l’expérience. L’efficacité dépend ensuite de l’habileté de l’hypnothérapeute et de la relation qu’il établit avec son patient.

Quelques exemples de douleurs dans lesquels l’hypnose a fait ses preuves

Pendant les soins

L’hypnose est fréquemment pratiquée pour accompagner des soins hospitaliers douloureux ou angoissants, comme certaines piqûres, des ponctions de moelle ou des changements de pansements, en particulier chez les grands brûlés.

Au bloc opératoire

L’hypnose occupe une place grandissante en chirurgie. Avant l’intervention, elle permet de diminuer l’anxiété. Pendant l’opération, elle peut utilisée en complément d’une anesthésie locale et permet alors au patient, qui reste en éveil, de s’impliquer davantage dans son traitement. Enfin, après l’acte chirurgical, elle soulage les douleurs post-opératoires, diminue leurs effets secondaires (nausées, vomissements) et permet ainsi au patient de récupérer plus vite.

En orthopédie

Les douleurs chroniques de l’appareil locomoteur comme la lombalgie (mal de dos), les sciatiques ou les maux aux genoux après une opération peuvent être soulagés par l’hypnose.

En cancérologie

L’hypnose est un bon complément aux analgésiques courants et à la psychothérapie pour soulager les douleurs des patients cancéreux, car elle les aide à supporter certains traitements lourds. Elle permet aussi de diminuer les effets secondaires des chimiothérapies (nausées et vomissements).

Les douleurs des enfants

L’hypnose fait appel à l’imaginaire, un exercice particulièrement accessible aux enfants qui y répondent bien, à condition que le thérapeute parvienne à établir de bonnes relations avec eux et à aller les rejoindre dans leur monde.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie

Effets de l’anesthésie sur le cerveau

L’impact d’une opération sur les facultés intellectuelles est avéré. On ignore pour l’heure les causes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PMS_hypnose_dix_questions

L’hypnose en 10 questions

Tour à tour intrigante, mystérieuse, voire sulfureuse, l’hypnose vit une réhabilitation sans précédent, se glissant jusqu’aux couloirs des hôpitaux pour atténuer les douleurs, soulager l’anxiété et même accompagner certaines anesthésies. Et si l’hypnose était, en réalité, déjà présente dans nos quotidiens et ne demandait qu’à se déployer? Tour d’horizon d’une pratique potentiellement aussi simple que puissante, avec le Pr Éric Bonvin, psychiatre, psychothérapeute, directeur général de l’Hôpital du Valais et spécialiste de l’hypnose depuis plus de trente ans.
bloc_sous_hypnose

Au bloc sous hypnose

Depuis quelques années, l’hypnose a fait son entrée dans le milieu hospitalier. La technique peut même être utilisée lors de certaines interventions chirurgicales. Éclairage.
hypnose_prendre_soin_soi

«Pratiquer l’hypnose est une façon de prendre soin de soi»

Proposée à l’hôpital, mais non remboursée par l’assurance maladie, puissante mais 100 % naturelle, fascinante mais d’une étonnante simplicité, l’hypnose a de quoi déstabiliser par ses paradoxes. Pour le Pr Eric Bonvin, psychiatre, psychothérapeute, directeur de l’Hôpital du Valais et spécialiste de l’hypnose depuis plus de trente ans, elle est surtout un moyen d’apaiser la souffrance, quelle qu’elle soit. Interview.
Videos sur le meme sujet

Une opération sans anesthésie et sans bistouri aux HUG

Lʹablation dʹun nodule thyroïdien sans anesthésie et sans chirurgie vient d'avoir lieu pour la première fois aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Ma santé confinée: lʹautohypnose

Que ce soit au niveau du corps ou de la tête, le confinement ne doit pas se traduire par une dégradation de la santé.

Opérations sous hypnose

Vous devez vous faire opérer? Et si au lieu d’une narcose, vous tentiez l’hypnose? Une méthode simple et naturelle, qui permet de réduire drastiquement la dose d’anesthésiques chimiques.