Anesthésie: Rassurer les petits… et les parents

Dernière mise à jour 12/09/16 | Article
Avant une opération, l’anesthésiste explique avec des mots adaptés à l’âge de l’enfant ce qui va se passer.

En médecine, les enfants ne sont pas des adultes en miniature. C’est particulièrement vrai en anesthésie pédiatrique. La première différence concerne le stade de développement. «On ne parle pas de la même façon à un petit de quatre ans qu’à un adolescent. Lors de la visite préopératoire, nous devons dire à l’enfant ce qui va se passer dans un langage approprié à son âge pour qu’il aborde sereinement la suite», explique la Dresse Chantal Mamie, médecin adjointe à l’unité d’anesthésiologie pédiatrique.

Expliquer les risques

Car, effectivement, l’anesthésie fait peur. Peur de l’inconnu, de se retrouver dans une salle d’opération, de quitter ses parents, d’avoir mal au réveil, etc. «L’angoisse est légitime. Nous sommes là pour rassurer, mais aussi pour expliquer les risques et les moyens existants pour les prévenir», relève la Dresse Mamie. Et d’adresser un message important aux parents: «Plus vous êtes calme, détendu et confiant, mieux votre enfant vivra son anesthésie.» Reconnaissant par là même une autre spécificité à l’anesthésie pédiatrique –comme à la pédiatrie d’ailleurs: c’est une relation triangulaire entre le médecin, les parents et l’enfant. L’organisme en développement est aussi une particularité à prendre en compte: par exemple, avant un an, les reins et le foie servant à l’élimination des substances sont encore immatures. En termes de risque anesthésique, ce sont aussi les bébés de moins d’un an les plus exposés. «Les complications graves sont très rares. Elles sont d’origine respiratoire, cardiaque ou médicamenteuse», note la spécialiste.

Traiter la douleur

Et la douleur après l’intervention? «C’est une grande inquiétude des parents. C’est pourquoi nous insistons pour qu’ils nous mentionnent sans tarder si leur enfant a mal, car nous avons une large palette d’antalgiques pour la diminuer», répond la Dresse Mamie. Les soignants disposent d’outils pour évaluer la douleur aiguë et en améliorer le suivi. D’un côté, les échelles d’auto-évaluation: l’enfant indique l’intensité des douleurs qu’il ressent. De l’autre, les échelles d’hétéro-évaluation, indiquée pour les plus petits (moins de 4 ans): le soignant évalue la douleur en observant le comportement (expression du visage, plaintes verbales, mouvements, etc.). Côté traitement, les enfants n’aiment ni avaler des pastilles, ni recevoir des suppositoires et encore moins se faire piquer. Que reste-t-il? La prescription d’antalgiques par PCA (Patient Controlled Analgesia) utilisant le cathéter intraveineux mis en place pour l’intervention. Les plus de 7 ans gèrent eux-mêmes le débit au moyen d’une pompe en fonction de l’intensité de la douleur.

Pour les plus petits, ce sont les parents ou les infirmières qui administrent les doses, on parle alors de PNCA (Parent/Nurse Controlled Analgesia). Au rang des similitudes avec les adultes, notons le recours aux mêmes produits anesthésiants, aux mêmes techniques (même si l’anesthésie locorégionale est toujours effectuée avec une anesthésie générale chez l’enfant) et le passage en salle de réveil pour la surveillance postopératoire.

_________

Source

Magazine Pulsations - http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/pulsations-mars-avril2015.pdf

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Consultation préanesthésique: évaluer les risques opératoires

La consultation préanesthésique sert à choisir la technique et à assurer le suivi postopératoire le plus approprié.

Effets de l’anesthésie sur le cerveau

L’impact d’une opération sur les facultés intellectuelles est avéré. On ignore pour l’heure les causes de ce phénomène.
Spermatozoïde

Désir d’enfant après une vasectomie

Après une vasectomie, 2 à 6% des hommes souhaitent de nouveau avoir des enfants. Il y a deux options à disposition, mais il est important de noter qu’une grossesse ne peut jamais être garantie avec ces deux techniques.
Videos sur le meme sujet

Anesthésie loco-régionale

L’anesthésie loco-régionale est une alternative à l’anesthésie générale. Pour certaines interventions chirurgicales, le choix du patient est un facteur important qui peut être pris en considération. Pour d’autres, le choix du type d’anesthésie dépend uniquement de considérations médicales.

Anesthésie générale

Cette vidéo a pour objectif de vous présenter l’anesthésie générale standard. Nous allons retracer le parcours complet d’une anesthésie générale, à travers ses différentes étapes.