Anesthésie: Rassurer les petits… et les parents

Dernière mise à jour 12/09/16 | Article
Avant une opération, l’anesthésiste explique avec des mots adaptés à l’âge de l’enfant ce qui va se passer.

En médecine, les enfants ne sont pas des adultes en miniature. C’est particulièrement vrai en anesthésie pédiatrique. La première différence concerne le stade de développement. «On ne parle pas de la même façon à un petit de quatre ans qu’à un adolescent. Lors de la visite préopératoire, nous devons dire à l’enfant ce qui va se passer dans un langage approprié à son âge pour qu’il aborde sereinement la suite», explique la Dresse Chantal Mamie, médecin adjointe à l’unité d’anesthésiologie pédiatrique.

Expliquer les risques

Car, effectivement, l’anesthésie fait peur. Peur de l’inconnu, de se retrouver dans une salle d’opération, de quitter ses parents, d’avoir mal au réveil, etc. «L’angoisse est légitime. Nous sommes là pour rassurer, mais aussi pour expliquer les risques et les moyens existants pour les prévenir», relève la Dresse Mamie. Et d’adresser un message important aux parents: «Plus vous êtes calme, détendu et confiant, mieux votre enfant vivra son anesthésie.» Reconnaissant par là même une autre spécificité à l’anesthésie pédiatrique –comme à la pédiatrie d’ailleurs: c’est une relation triangulaire entre le médecin, les parents et l’enfant. L’organisme en développement est aussi une particularité à prendre en compte: par exemple, avant un an, les reins et le foie servant à l’élimination des substances sont encore immatures. En termes de risque anesthésique, ce sont aussi les bébés de moins d’un an les plus exposés. «Les complications graves sont très rares. Elles sont d’origine respiratoire, cardiaque ou médicamenteuse», note la spécialiste.

Traiter la douleur

Et la douleur après l’intervention? «C’est une grande inquiétude des parents. C’est pourquoi nous insistons pour qu’ils nous mentionnent sans tarder si leur enfant a mal, car nous avons une large palette d’antalgiques pour la diminuer», répond la Dresse Mamie. Les soignants disposent d’outils pour évaluer la douleur aiguë et en améliorer le suivi. D’un côté, les échelles d’auto-évaluation: l’enfant indique l’intensité des douleurs qu’il ressent. De l’autre, les échelles d’hétéro-évaluation, indiquée pour les plus petits (moins de 4 ans): le soignant évalue la douleur en observant le comportement (expression du visage, plaintes verbales, mouvements, etc.). Côté traitement, les enfants n’aiment ni avaler des pastilles, ni recevoir des suppositoires et encore moins se faire piquer. Que reste-t-il? La prescription d’antalgiques par PCA (Patient Controlled Analgesia) utilisant le cathéter intraveineux mis en place pour l’intervention. Les plus de 7 ans gèrent eux-mêmes le débit au moyen d’une pompe en fonction de l’intensité de la douleur.

Pour les plus petits, ce sont les parents ou les infirmières qui administrent les doses, on parle alors de PNCA (Parent/Nurse Controlled Analgesia). Au rang des similitudes avec les adultes, notons le recours aux mêmes produits anesthésiants, aux mêmes techniques (même si l’anesthésie locorégionale est toujours effectuée avec une anesthésie générale chez l’enfant) et le passage en salle de réveil pour la surveillance postopératoire.

_________

Source

Magazine Pulsations - http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/pulsations-mars-avril2015.pdf

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS_excellence_patrick_schoettker

«L’anesthésie est une discipline de l’ombre»

Spécialiste en anesthésie et réanimation, le Pr Patrick Schoettker est une référence en Suisse et au niveau international dans la prise en charge des patients chez qui les voies respiratoires sont difficiles d’accès. Nommé professeur ordinaire de l'Université de Lausanne (UNIL) et médecin-chef du Service d’anesthésiologie du Département des Centres interdisciplinaires du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) en août dernier, il nous parle de sa spécialité. Plongée au cœur de l’anesthésie.
PULS_junior_anesthesie

Avec l'anesthésie, même pas mal!

À l'hôpital, certains soins ou examens peuvent être douloureux. Parfois, une opération chirurgicale s'impose. Heureusement, il existe des médicaments pour t'endormir afin que tu ne ressentes rien et que tu ne te souviennes pas des événements.
Les opérations sous hypnose se multiplient dans les hôpitaux

Les opérations sous hypnose se multiplient dans les hôpitaux

Utilisée pour certains types d’intervention, l’hypnosédation évite les effets secondaires de l’anesthésie classique. Des avantages qui expliquent qu’elle se répand en Europe, y compris en Suisse.
Videos sur le meme sujet

Tout savoir sur lʹanesthésie

Comment fonctionne en détail lʹanesthésie ?

Vers une anesthésie personnalisée

Suivre en direct le niveau dʹanesthésiant dans le sang durant une opération, c'est le dispositif imaginé par l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EFPL) et le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Le gaz hilarant… à mourir de rire

Le gaz hilarant est de plus en plus utilisé comme substance récréative.