A la découverte de l’hôpital du futur

Dernière mise à jour 26/09/18 | Questions/Réponses
decouverte_hopital_futur
Les avancées technologiques ne cessent de remodeler notre environnement. A l’hôpital, de nouveaux outils devraient permettre de consolider les relations humaines. Trois questions à Antoine Geissbuhler, médecin-chef du Service de cybersanté et télémédecine des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et Helena Bornet dit Vorgeat, cheffe de projet au Centre de l’innovation des HUG.

           

A quoi ressemblera une chambre d’hôpital dans vingt ans?

Pr Antoine Geissbuhler (A.G.)  L’hôpital de demain aura sans doute tendance à perdre ses murs. Finalement, le meilleur endroit où être hospitalisé, c’est peut-être chez soi. Les progrès technologiques vont nous permettre de mettre en place plus de soins directement au domicile du patient.

Helena Bornet dit Vorgeat (H.B.V.)   Pour beaucoup de gens, aller à l’hôpital est quelque chose d’assez anxiogène. Nous travaillons donc aussi sur des projets de chambres à l’ambiance chaleureuse, qui rappellent le confort de la maison. Camoufler le matériel médical et jouer avec la lumière contribue à construire un environnement bienveillant.

Face aux progrès de la technologie, comment la place du patient va-t-elle être repensée?

H.B.V.  Grâce au développement d’outils technologiques, nous essayons de redonner le contrôle aux patients. Aux HUG, l’application pour tablette Concerto leur permet déjà de participer à l’organisation de leurs activités au sein de l’hôpital. Quant aux proches aidants, leur rôle est également fondamental. En pédiatrie, des lits de camp pour la famille sont installés dans les chambres. Nous souhaiterions que dans quelques années, cela devienne un standard dans les autres services. Il faut repenser l’hôpital comme un lieu de vie sociale.

Avec de tels changements, comment maîtriser les coûts que cela va engendrer?

A.G.  Ce type d’approche est probablement plus économique que ce qui se fait aujourd’hui. Nous savons que les coûts de quelques jours d’hospitalisation correspondent à environ un mois de prise en charge à domicile. La technologie devrait donc permettre d’amener plus d’expertise chez le patient et ainsi éviter certains séjours à l’hôpital.

________

Paru dans Planète Santé magazine N° 30 – Août 2018

A LIRE AUSSI

Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang

Don du sang: vrai ou faux?

Le sang est un thème fortement émotionnel. Il draine toutes sortes de fausses croyances. Certaines peuvent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
avenir_systeme

Quel avenir pour notre système de santé?

Face aux évolutions majeures de notre société, le système de santé doit s’adapter et entamer sa mue. Mais comment? Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d'État vaudois et chef du Département de la santé et de l'action sociale, nous livre son point de vue.

«Une occasion de créer un lien unique, dans un contexte ludique et interactif»

Présent dès la première édition du Salon Planète Santé en 2014, l’Hôpital du Valais est cette année co-organisateur de l’événement à travers une édition valaisanne inédite. Explications avec son directeur général, le Pr Eric Bonvin.

«Maisons de santé: on ne peut plus imaginer faire sans»

Pour répondre à la double problématique de la faible densité médicale et du vieillissement de la population, des structures de soins collaboratives inédites ont vu le jour en Valais. Le Dr Jacques Meizoz, médecin de famille et interniste général à Martigny nous parle de ces Maisons de santé.
Videos sur le meme sujet

En direct de la Clinique romande de réadaptation

Dans certains cas de maladie ou d'accident, un séjour en hôpital ne suffit pas.

La CRR et la réadaptation en général

La Clinique romande de réadaptation (CRR) de Sion appartient à la Suva, la Caisse nationale suisse dʹassurance en cas dʹaccidents.

Les évolutions du métier d’infirmier-ère

Le système de santé évolue pour faire face à la transition épidémiologique et aux besoins des patients et de leurs proches. Les infirmiers-eres contribuent à cette transformation.