La greffe de cornée pour dissiper le flou

Dernière mise à jour 30/06/21 | Article
bv_greffe_cornee_flou
À tout âge, en raison d’une maladie ou d’un accident, la cornée, structure transparente située devant l’iris et la pupille, peut s’abîmer. Pour les cas extrêmes, la greffe est un moyen fantastique de la réparer, avec des bénéfices énormes pour les patients.

Transparente et fine, d’une épaisseur de 0,5 à 0,6 mm seulement, mais ô combien importante pour une vision nette et précise, la cornée est un tissu biologique imperceptible, comme une fenêtre devant les yeux, dont la fonction première est de protéger les structures internes de l’œil. C’est aussi à travers elle que passe la lumière, qui peut ainsi converger vers la rétine, là où l’image se forme. Seulement voilà, un accident (brûlure, corps étranger), une infection (due aux lentilles, par exemple), une maladie (congénitale, auto-immune, par exemple) peuvent entraîner sa déformation ou la rendre opaque.

Lorsque la cornée est gonflée, lésée ou qu’elle a perdu de sa transparence, «on a tout le temps l’impression de porter des lunettes dont les verres sont sales ou opaques, ou encore de voir flou, comme si on avait la tête sous l’eau en permanence», explique la Dre Kate Hashemi, responsable de l’unité de cornée et chirurgie réfractive de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin. Une gêne notable qui perturbe gravement la vie quotidienne: « On ne peut plus lire, conduire, regarder la télévision, son portable. On a aussi de la peine à reconnaître les visages car on voit moins bien les contrastes et les couleurs. Cela nous coupe du monde extérieur», poursuit la spécialiste.

Les atteintes de la cornée peuvent survenir à n’importe quel âge. Pour retrouver la transparence essentielle à la vision, la personne concernée est contrainte de porter des lunettes ou des lentilles. Mais parfois, cela ne suffit plus et seule une greffe de cornée (ou kératoplastie), visant à remplacer le tissu malade par un tissu sain, peut permettre de retrouver une vision normale. «Ce type d’intervention est généralement bien toléré, car la cornée ne contient pas de vaisseaux et est immunoprotégée, confirme la Dre Hashemi. Les rejets sont donc rares.» Plusieurs types de greffes sont possibles. Dans les greffes transfixiantes, on remplace la cornée malade sur toute son épaisseur, ce qui nécessite une anesthésie générale. Dans les greffes lamellaires (postérieures ou antérieures), seule une couche ou une lamelle de cornée est remplacée. L’opération est plus rapide (20 à 40 minutes au lieu d’1h à 1h30) et se pratique sous anesthésie locorégionale.

Manque de donneurs

Pour les patients, les bénéfices d’une greffe sont immenses. Malheureusement, la liste d’attente est longue, en raison du manque de donneurs. À cet égard, la crise sanitaire liée au Covid-19 a encore péjoré la situation, regrette la Dre Hashemi: «Malgré la hausse des décès, nous avons eu moitié moins de dons rien que pour le mois de novembre 2020, en comparaison avec 2019.» L’appel aux dons est donc plus que jamais lancé. Pour faciliter les choses, rappelle la spécialiste, il est essentiel de se positionner par rapport au don d’organes et de consigner sa décision (qu’on soit pour ou contre) dans le Registre national du don d’organes*, mais aussi de la communiquer à ses proches. Souvent, l’idée de donner ses yeux fait peur, y compris aux familles sollicitées par des coordinateurs de dons à la suite du décès d’un de leurs membres. Pourtant, «le prélèvement de ce tissu biologique ne modifie en rien le regard, le visage ou l’âme du défunt, tient à rassurer la spécialiste. Nous ne faisons que prélever une couche très fine en avant de l’œil qui permet au receveur de sortir d’un flou permanent».

______

* Pour s’enregistrer au Registre national du don d’organes, rendez-vous sur www.swisstransplant.org ou www.registre-don-organes.ch

Article repris du site  BienVu!

A LIRE AUSSI

Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Droits du patient
juridique_medicale_concubin

En matière médicale, le conjoint ou le concubin a-t-il son mot à dire?

Face à un problème de santé, le choix d’un traitement ou son refus incombent au patient. En cas d’incapacité...
Lire la suite
Don du sang

Don du sang: vrai ou faux?

Le sang est un thème fortement émotionnel. Il draine toutes sortes de fausses croyances. Certaines peuvent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_don_membrane

Des patchs de membrane amniotique pour réparer les cornées

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les femmes enceintes chez qui une césarienne a été planifiée pourront intégrer un programme de don de membrane amniotique.
organes_mort_donneur

Don d’organes, comment être sûr de la mort du donneur?

Donner ou non ses organes est un choix très personnel. Comprendre ce que signifie réellement la mort cérébrale peut permettre de prendre plus sereinement une décision.
Don d'organe

Mieux comprendre le don d'organe pour mieux se décider

Face à la pénurie de dons d’organes, une nouvelle campagne incite tout un chacun à se prononcer. Eclairage sur un geste aussi personnel qu’utile.
Videos sur le meme sujet

Les animaux, futurs donneurs dʹorganes

Lʹidée de transplanter des organes d'animaux chez des patients pour pallier au manque de donneurs refait surface.

Hommage aux donneurs de sang

"Le don dans le sang", cʹest le titre d'un livre qui rend hommage aux donneurs de sang de Suisse romande.

En bref: La Suisse confrontée à un important taux de refus du don dʹorganes

A lʹoccasion de la journée nationale du don dʹorganes, Swisstransplant annonce que 100'000 personnes seulement se sont inscrites au registre national du don dʹorganes.