Don d'organes: une démarche très personnelle

Dernière mise à jour 26/09/11 | Vidéo
Le rêve de remplacer les tissus et organes endommagés du corps humain, comme on le fait pour une voiture, n'est pas encore réalisé. En attendant, il nous faut recourir au don d'organe. Comme cela se déroule-t-il? Quelles sont les techniques mises en oeuvre? L'antidote est allé à la rencontre du Dr Philippe Eckert.

A la faculté des sciences de la vie de l'EPFL, on travaille déjà à apprivoiser les cellules souches. Ces fameuses cellules sont capables de donner naissance à toute sorte d'autres cellules spécialisées, comme celles de la peau par exemple, que l'on peut greffer sur des patients brulés. Mais le chemin est encore long à parcourir avant que l'on puisse fabriquer à volonté des organes complets. Alors pour sauver certains patients, la seule solution reste le don d'organe et la transplantation. Malheureusement en Suisse il y a moins de donneurs que de receveurs potentiels : en 2007 dans notre pays cinquante personnes sont décédées alors qu'elles attendaient une transplantation. Pendant cette période, 416 personnes ont pu recevoir un organe. Dans ce contexte, promouvoir le don d'organe et améliorer la coordination en matière de transplantation est devenu une priorité nationale.

Avec le Dr Philippe Eckert, médecin chef à l'hôpital de Sion et coordinateur valaisan pour le don d'organe.

A LIRE AUSSI

Fin de vie et soins palliatifs

Soins palliatifs: vivre le temps qui reste

Les soins palliatifs, c’est une démarche qui vise à aider les personnes gravement malades atteints de maladies incurables à maintenir une certaine qualité...
Lire la suite
Directives anticipées

Un jeu pour aider à remplir ses directives anticipées

Moins d’une personne sur dix remplirait des directives anticipées pour spécifier le type de soins qu'elle aimerait recevoir, ou non, au cas où elle ne...
Lire la suite
Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
BV04_comprendre_don_cornée

Mieux comprendre le don de cornée

Avec quelque 650 opérations pratiquées en Suisse chaque année, dont plus d’une centaine réalisées par l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, le don de cornée est le don de tissu le plus fréquent. Le don de tissu – distinct, notamment de par sa logistique, du don d’organe – concerne également les cellulessouches, les valves cardiaques, etc. Bien qu’en tête de liste, le don de cornée continue d’interroger, d’inquiéter et de manquer. Aujourd’hui, les délais d’attente pour les personnes devenues malvoyantes en raison de cornées malades ou blessées dépassent les six mois.
bv_greffe_cornee_flou

La greffe de cornée pour dissiper le flou

À tout âge, en raison d’une maladie ou d’un accident, la cornée, structure transparente située devant l’iris et la pupille, peut s’abîmer. Pour les cas extrêmes, la greffe est un moyen fantastique de la réparer, avec des bénéfices énormes pour les patients.
PULS_don_membrane

Des patchs de membrane amniotique pour réparer les cornées

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les femmes enceintes chez qui une césarienne a été planifiée pourront intégrer un programme de don de membrane amniotique.
Videos sur le meme sujet

Les animaux, futurs donneurs dʹorganes

Lʹidée de transplanter des organes d'animaux chez des patients pour pallier au manque de donneurs refait surface.

Hommage aux donneurs de sang

"Le don dans le sang", cʹest le titre d'un livre qui rend hommage aux donneurs de sang de Suisse romande.

En bref: La Suisse confrontée à un important taux de refus du don dʹorganes

A lʹoccasion de la journée nationale du don dʹorganes, Swisstransplant annonce que 100'000 personnes seulement se sont inscrites au registre national du don dʹorganes.