Don d’organe: dites-le avec votre smartphone

Dernière mise à jour 09/09/15 | Article
Don d’organe: dites-le avec votre smartphone
Pour ou contre le don d’organe? Pour le faire savoir, Swisstransplant a lancé, en première mondiale, la carte de donneur électronique.

Etes-vous pour ou contre le don d’organe? Depuis peu, vous avez la possibilité de le faire savoir grâce à Echo 112, une application pour smartphone gratuite sur l’App Store ou sur Google Play – et également conçue pour y enregistrer des informations sur le patient en cas d’urgence – développée par Jocelyn Corniche, médecin anesthésiste au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et à la Rega. Peuvent y figurer votre nom, votre date de naissance, votre prise de position sur le don et les organes que vous seriez prêt, ou non, à donner. Et si vous changez d’avis, vos données peuvent être rapidement mises à jour.

Ce passage au numérique –la carte traditionnelle en papier reste valable– a pour ambition d’améliorer les tristes statistiques suisses en la matière: sur 110 donneurs, en effet, seuls trois sont porteurs d’une carte. Plus éloquent encore, la Suisse ne compte que treize donneurs par million d’habitants, se plaçant ainsi loin derrière la moyenne européenne (20/1 million). Pour Philippe Eckert, membre du Comité national du Don d’organe, «qu’on y soit ou non favorable, le plus important est de se prononcer». Car si notre pays compte aussi peu de donneurs, c’est parce qu’en l’absence de prise de position connue, 50 à 60% des familles de victimes s’opposent à tout prélèvement après une mort cérébrale. La démocratisation de la carte numérique pourrait justement permettre d’épargner aux proches de devoir prendre une telle décision dans un contexte des plus éprouvants.

Comment ça marche?

En cas d’accident, votre carte de donneur s’affiche automatiquement (via Bluetooth) sur l’écran de votre smartphone à votre arrivée à l’hôpital, même si vous êtes inconscient et même si votre appareil est verrouillé. Actuellement, 25 hôpitaux suisses sont équipés de la technologie EID, dont une douzaine en Suisse romande. Si l’application Echo 112 a déjà été téléchargée environ 50’000 fois, du côté des spécialistes, reconnaît Jocelyn Corniche, «vérifier le smartphone du patient est un réflexe qui n’est pas encore entré dans les mœurs. Et pour cause, la carte électronique de donneur n’existe que depuis quelques mois.»

Légalement, la carte numérique a la même valeur que celle en papier. En principe, c’est la volonté du patient qui prime sur celle du proche. En Suisse, environ 1300 patients sont en attente d’une greffe, tandis qu’on déplore 60 à 70 décès, faute de dons. Pour rappel, le prélèvement des organes se fait uniquement en cas de mort cérébrale. Et Philippe Eckert de préciser que «l’on peut donner ses organes à n’importe quel âge, et sans aucune restriction».

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Caisse et assurance maladie
Le burnout est-il une «maladie professionnelle»?

Le burnout est-il une «maladie professionnelle»?

Le burnout est caractérisé par un épuisement émotionnel, une distanciation et une baisse de la performance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
organes_mort_donneur

Don d’organes, comment être sûr de la mort du donneur?

Donner ou non ses organes est un choix très personnel. Comprendre ce que signifie réellement la mort cérébrale peut permettre de prendre plus sereinement une décision.
Don d'organe

Mieux comprendre le don d'organe pour mieux se décider

Face à la pénurie de dons d’organes, une nouvelle campagne incite tout un chacun à se prononcer. Eclairage sur un geste aussi personnel qu’utile.
Les dons d’organes et de tissus

Les dons d’organes et de tissus

Une personne peut décider de son vivant de donner ses organes à des fins de transplantation. La volonté de la personne décédée prime sur celle des proches. Le don d’organes, de tissus ou de cellules est gratuit; il est interdit d’en faire commerce.
Videos sur le meme sujet

Journée d'action pour le don d'organes

Une action pour la santé est organisée dans le cadre de la Fête de l’espoir de Genève.

Don d'organes: la pénurie suisse

La Suisse est l'une des lanternes rouges en Europe. Le CHUV a décidé de développer les transplantations de rein à partir de donneurs vivants.

Organes à vendre sur internet

Louer son utérus, vendre un organe ou des ovules : un marché comme un autre ?