Médicaments en vue

Dernière mise à jour 03/12/12 | Article
Médicaments en vue
La recherche médicale sur le diabète aux HUG est l’une des plus actives au monde.
Des nouveaux médicaments contre le diabète arrivent sans cesse sur le marché.

Des nouveaux médicaments contre le diabète arrivent sans cesse sur le marché.

© Julien Gregorio / Phovea

Avec dix-sept groupes de recherche sur le diabète, Genève constitue un centre mondial pour l’étude de cette maladie. « Il reste des mystères à éclaircir. Mais la physiopathologie de cette maladie est de mieux en mieux comprise. J’exagère à peine en disant qu’on découvre tous les jours de nouvelles cibles thérapeutiques», s’enthousiasme le Dr François Jornayvaz, chef de clinique au service d’endocrinologie, diabétologie, hypertension et nutrition.

Ouf! Les nouvelles sont plutôt bonnes pour les diabétiques, toujours plus nombreux dans le monde. Mais que signifie exactement nouvelles cibles thérapeutiques? Pour bien le comprendre, rappelons que les diabètes de type 1 et 2 ont pour conséquence principale un excès de sucre dans le sang. C’est lui l’ennemi. Le défi des chercheurs consiste donc à mettre au jour les mécanismes de régulation qui permettent au glucose de ne pas stagner dans le sang et assurent au corps des doses adaptées à ses besoins.

Molécules en série

La machinerie humaine, complexe, fonctionne à l’échelon moléculaire. Elle met en jeu des glandes, des hormones, des protéines, des enzymes, des activateurs et des inhibiteurs. L’élément central du processus, c’est l’insuline. Pour une raison simple: grâce à cette hormone, le sucre peut entrer dans les cellules. Sans elle, le glucose s’accumule inutilement dans le sang et perturbe l’organisme tout entier.

Bien. Mais quels sont alors les nouveaux traitements attendus pour le diabète de type 2? «Dans les prochains mois vont arriver sur le marché des médicaments agissant au niveau des reins. Ils empêcheront la réabsorption du glucose, améliorant du coup le taux de sucre dans le sang (glycémie). Ils entraîneront également une perte de poids, bénéfique dans les cas de diabète 2 », indique le Dr Jornayvaz. Et à plus long terme ? « Pour les prochaines années, on attend plusieurs molécules inédites. L’une inhibe une hormone qui a pour rôle d’accroître le taux de glucose dans le sang (le glucagon). Une autre, au contraire, active une enzyme (la glucokinase) qui permet de stocker le sucre dans le foie et stimule la sécrétion d’insuline au niveau du pancréas. Mais bien d’autres substances avec d’autres actions sont aussi en développement», reprend le Dr Jornayvaz.

Pompes informatisées

La recherche s’oriente différemment pour le diabète de type 1. Là, l’excès de sucre dans le sang est provoqué par un dysfonctionnement du système immunitaire. Ce dernier détruit par erreur les cellules productrices d’insuline (cellules bêta logées dans le pancréas). Conséquence: le corps manque totalement d’insuline. «Il existe aujourd’hui un dispositif artificiel relié à un cathéter implanté sous la peau du patient: les pompes à insuline, qui fournissent cette substance au patient. A l’avenir, elles seront reliées à des capteurs mesurant le taux de sucre en continu. Un logiciel pourra ainsi réguler l’apport d’insuline en fonction des besoins du moment», indique le diabétologue.

Des premiers essais ont été menés en 2012 à Montpellier et Padoue. Une pompe gérée par un logiciel installé sur un smartphone a fonctionné pendant 18 heures. «Tout s’est bien passé. Mais il faudra encore quelques années avant la commercialisation de ce type d’appareil», précise le chercheur.

Type 1

Type 2

Gestationnel

  • 5 à 10% de tous les diabètes
  • Maladie auto-immune
  • Besoin indispensable d’insuline
  • Gestion au quotidien difficile
  • Le plus fréquent (90 à 95%)
  • Facteurs de risque: inactivité physique, surpoids, hypertension artérielle, âge
  • S’améliore avec une bonne hygiène de vie
  • Environ 10% des femmes enceintes
  • Facteurs de risque: surpoids, âge
  • Disparaît à la fin de la grossesse

Pulsations - novembre-décembre 2012

Article original: http://bookapp.fr/api/hug/viewer/viewer.php?mag=HUGE_12B#13

A LIRE AUSSI

Angine de poitrine
Infarctus et attaque cérébrale: les signes d’alarme

Infarctus et attaque cérébrale : les signes d’alarme

Dans les deux tiers des cas à peu près, l’organisme manifeste des signes précurseurs de l’infarctus du...
Lire la suite
Hypertension
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables...
Lire la suite
Arrêt cardiaque
Implanter un défibrillateur: pour qui et pour quoi?

Implanter un défibrillateur: pour qui et pour quoi?

Grâce au défibrillateur automatique implantable, des vies sont sauvées. En effet, cet appareil permet...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_hypertension_blouse_blanche

Gare à l’hypertension de la blouse blanche!

Longtemps banalisé, le fait d’avoir une pression artérielle plus élevée chez le médecin qu’à domicile serait loin d’être anodin. De quoi transformer la prise en charge des patients concernés. Explications.
Illustré_hypertension_gérer

Hypertension artérielle: démêler le vrai du faux

Touchant une personne sur trois, l’hypertension artérielle s’installe le plus souvent sans donner lieu au moindre symptôme. Le problème: ses effets délétères sur le long terme. Portrait d’une pathologie sournoise, mais qui se soigne, avec le Dr Grégoire Wuerzner, médecin-chef du Service de néphrologie et d'hypertension du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
pulsations_alternative_hypertensions_resistantes

Dénervation rénale: une alternative pour les hypertensions résistantes

En cas d’échec du traitement médicamenteux, une approche interventionnelle ciblant l’innervation des reins peut être proposée.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Antoinette Péchère, une spécialiste de l'hypertension

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.
Maladies sur le meme sujet
Hypertension artérielle

Hypertension artérielle

On parle d'hypertension artérielle lorsque la pression systolique est supérieure à 140 millimètres de mercure (mmHg) et/ou lorsque la pression diastolique est supérieure à 90 mmHg.

Symptômes sur le meme sujet
Hypertension

Poussée HTA

Je suis traité(e) pour une hypertension et j’ai une poussée hypertensive