«Rester soi-même»

Dernière mise à jour 30/08/12 | Vidéo
Romy Fischer sort grandie de son combat contre le cancer. Témoignage.

Romy Fischer codirige une agence de communication visuelle. Lorsqu’elle nous reçoit sur son lieu de travail, on comprend tout de suite que cette femme de 45 ans est une manager alerte, vive et pragmatique. Au fil de l’entretien, on découvre une battante. Un trait de caractère qui lui aura été bien utile pour surmonter son cancer du sein. Flash-back sur ce parcours de vie.

Ayant perdu une sœur atteinte d’un cancer du côlon et une autre ayant survécu à un cancer du sein, elle est régulièrement suivie. Malgré cela, en 2008, elle remarque des bosselures au sein et a mal sous le bras à tel point qu’elle n’arrive plus à s’habiller. Mammographie, ponction et... verdict implacable. L’annonce du diagnostic est brutale. « Je m’en souviens très bien. C’était une claque. On m’annonçait un cancer avec des microcalcifications. J’aurais dû être opérée le jour de Noël ! Afin de passer les fêtes en famille et de ne pas stigmatiser cette date, l’opération a été repoussée de deux semaines », explique-t-elle.

 Une équipe autour de soi

«J'ai été très bien entourée par mes amies et par l'équipe soignante.»

© JULIEN GREGORIO/PHOVEA

«Je me suis tout de suite rendu compte que ma vie pouvait basculer. Les traitements? Cela allait être ma façon de me battre. J’ai décidé de vivre cette période comme une expérience. Je voulais continuer à être moi-même.» Après l’opération, elle enchaîne avec cinq mois de chimiothérapie et sept semaines de radiothérapie. «J’ai été très bien entourée par mes amies et par toute l’équipe soignante qui m’a donné beaucoup d’informations et a passé du temps autour de moi. Savoir que mon cas n’était pas dans les mains d’un seul médecin, mais discuté en équipe, m’a rassurée et renforcée.»

Apprenant l’existence de l’unité d’oncogénétique et de prévention des cancers, elle y effectue un bilan en 2009. «Avec ce qui était arrivé à mes sœurs, je voulais savoir si j’avais une prédisposition familiale ou héréditaire. J’ai attendu les résultats en toute sérénité. On a trouvé un gène partiellement en mutation ce qui demande de la surveillance, mais pas d’intervention sur l’autre sein.»

En 2011, elle subit deux opérations de reconstruction et une prochaine est déjà prévue. Elle suit également, depuis trois ans, une hormonothérapie. Dans sa tête, l’ablation des ovaires est la prochaine étape. «J’ai trois enfants et suis ménopausée. Je ne prendrai pas de risque de récidive.» Comment ressort-on d’une telle expérience? «J’avais une peur monstrueuse d’attraper un cancer. Je vivais dans la crainte, j’étais anorexique. Je vis cent fois mieux aujourd’hui. Je suis la même et la différence n’est que du positif.»

Pulsations - septembre-octobre 2012

Article original: http://www.hug-ge.ch/actualite/pulsations.html

Articles sur le meme sujet
cancer_2016

Le cancer en 2016

Contre le cancer, quels progrès ont été réalisés ces dernières décennies et quels sont les défis brûlants? Les réponses d’un expert, le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du Service d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève.
Mains réconfortantes

Proches de patients atteints d’un cancer

Le cancer touche aussi les proches. C’est souvent une grosse contrainte – surtout si ceux-ci sont trop exigeants avec eux-mêmes et veulent tout faire parfaitement. En tant que proche, vous êtes également concerné(e) par la maladie, et il faut vous protéger contre le surmenage et chercher des possibilités de faire le plein d’énergie.
Traitements du cancer et fertilité: nouvelles approches

Traitements du cancer et fertilité: nouvelles approches

Pour une femme, devoir renoncer à un désir d’enfant après un traitement anticancéreux n’est plus obligatoire. Aujourd’hui, différentes options permettent de préserver la fertilité.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Cancer du sein: dépister pour mieux soigner

Cancer le plus fréquent chez la femme, surtout après 50 ans, le cancer du sein touche les femmes dans leur intégrité et a une connotation particulière. L'antidote nous aide à faire la lumière sur cette maladie.

Cancer du côlon: dépister c'est soigner

Le cancer du colon est l'un des cancer les plus fréquents. Il est mortel pour 1600 personnes par année en Suisse. Ce cancer peut être pris en charge tôt afin d'améliorer les chance de traitement. Comment faire? L'antidote nous aide à en savoir plus.
Maladies sur le meme sujet
Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Cancer de la vésicule biliaire

Chaque année en Suisse, environ 330 personnes développent un cancer de la vésicule ou des voies biliaires. 57% des personnes touchées sont des femmes, 43% des hommes.

Globules blancs

Lymphome non hodgkinien

Chaque année en Suisse, près de 1450 personnes développent un lymphome non hodgkinien, ce qui correspond à environ 4% de toutes les maladies cancéreuses. 48% des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. 54% des personnes touchées sont des hommes, 46% des femmes.

ultrason de la thyroïde

Cancer de la thyroïde

Chaque année en Suisse, près de 600 personnes développent un cancer de la thyroïde, ce qui correspond à presque 2% de toutes les maladies cancéreuses.