«Rester soi-même»

Dernière mise à jour 30/08/12 | Vidéo
Romy Fischer sort grandie de son combat contre le cancer. Témoignage.

Romy Fischer codirige une agence de communication visuelle. Lorsqu’elle nous reçoit sur son lieu de travail, on comprend tout de suite que cette femme de 45 ans est une manager alerte, vive et pragmatique. Au fil de l’entretien, on découvre une battante. Un trait de caractère qui lui aura été bien utile pour surmonter son cancer du sein. Flash-back sur ce parcours de vie.

Ayant perdu une sœur atteinte d’un cancer du côlon et une autre ayant survécu à un cancer du sein, elle est régulièrement suivie. Malgré cela, en 2008, elle remarque des bosselures au sein et a mal sous le bras à tel point qu’elle n’arrive plus à s’habiller. Mammographie, ponction et... verdict implacable. L’annonce du diagnostic est brutale. « Je m’en souviens très bien. C’était une claque. On m’annonçait un cancer avec des microcalcifications. J’aurais dû être opérée le jour de Noël ! Afin de passer les fêtes en famille et de ne pas stigmatiser cette date, l’opération a été repoussée de deux semaines », explique-t-elle.

 Une équipe autour de soi

«J'ai été très bien entourée par mes amies et par l'équipe soignante.»

© JULIEN GREGORIO/PHOVEA

«Je me suis tout de suite rendu compte que ma vie pouvait basculer. Les traitements? Cela allait être ma façon de me battre. J’ai décidé de vivre cette période comme une expérience. Je voulais continuer à être moi-même.» Après l’opération, elle enchaîne avec cinq mois de chimiothérapie et sept semaines de radiothérapie. «J’ai été très bien entourée par mes amies et par toute l’équipe soignante qui m’a donné beaucoup d’informations et a passé du temps autour de moi. Savoir que mon cas n’était pas dans les mains d’un seul médecin, mais discuté en équipe, m’a rassurée et renforcée.»

Apprenant l’existence de l’unité d’oncogénétique et de prévention des cancers, elle y effectue un bilan en 2009. «Avec ce qui était arrivé à mes sœurs, je voulais savoir si j’avais une prédisposition familiale ou héréditaire. J’ai attendu les résultats en toute sérénité. On a trouvé un gène partiellement en mutation ce qui demande de la surveillance, mais pas d’intervention sur l’autre sein.»

En 2011, elle subit deux opérations de reconstruction et une prochaine est déjà prévue. Elle suit également, depuis trois ans, une hormonothérapie. Dans sa tête, l’ablation des ovaires est la prochaine étape. «J’ai trois enfants et suis ménopausée. Je ne prendrai pas de risque de récidive.» Comment ressort-on d’une telle expérience? «J’avais une peur monstrueuse d’attraper un cancer. Je vivais dans la crainte, j’étais anorexique. Je vis cent fois mieux aujourd’hui. Je suis la même et la différence n’est que du positif.»

Pulsations - septembre-octobre 2012

Article original: http://www.hug-ge.ch/actualite/pulsations.html

A LIRE AUSSI

Cancer de la prostate

Reprise de la sexualité après une prostatectomie

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme à partir de 65 ans.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_bouger_cancer

Bouger malgré le cancer

Le mouvement est un moyen de lutte efficace contre les symptômes provoqués par les cancers et les effets secondaires des traitements. L’encourager, tel est l’objectif du programme Activité physique et cancer des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
revivre_apres_cancer

Revivre après un cancer

Grâce aux progrès de la médecine, environ un tiers des patients guérissent désormais du cancer. Cependant, reprendre le cours habituel de sa vie est souvent une étape compliquée.
Factures

Questions d'assurance en cas de cancer

«J’ai eu un grave cancer. Pourrai-je bénéficier d’une rente AI? Qui me paiera une perruque durant ma chimiothérapie? La mammographie est-elle remboursée par ma caisse-maladie?»
Videos sur le meme sujet

Mon cancer du sein avant 40 ans

Estelle, Romaine, Lucille et Marylise ont mené un dur combat contre la maladie, le cancer du sein.

Gros plan sur le chemobrain

Stéphane Délétroz s'intéresse au chemobrain, un ensemble de symptômes lié aux traitements contre le cancer comme les chimiothérapies.
Maladies sur le meme sujet
Atteinte de la moelle

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 560 nouveaux cas de myélome multiple (plasmocytome), ce qui représente environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses.

Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Le cancer de la vésicule et des voies biliaires

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 310 nouveaux cas de cancer de la vésicule ou des voies biliaires. Le cancer de la vésicule biliaire touche un peu plus souvent les femmes (53 %) que les hommes (47 %). Il survient presque exclusivement à un âge avancé : deux tiers des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic.

Globules blancs

Lymphome non hodgkinien

Chaque année en Suisse, près de 1450 personnes développent un lymphome non hodgkinien, ce qui correspond à environ 4% de toutes les maladies cancéreuses. 48% des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. 54% des personnes touchées sont des hommes, 46% des femmes.