Médecine complémentaire en cas de cancer

Dernière mise à jour 26/04/12 | Article
acupuncture
De nombreux patients atteints d’un cancer et soignés par la médecine conventionnelle fondée sur la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie cherchent des méthodes de traitement complémentaires. Celles-ci ne sont pas censées se substituer à la médecine conventionnelle mais la compléter.

Un texte de la

Parmi les méthodes de traitement complémentaires connues, citons la thérapie au gui, l’homéopathie, l’acupuncture, la médecine traditionnelle chinoise et la médecine naturelle. Quantité de ces médecines non conventionnelles peuvent, certes, améliorer le bien-être des patients et augmenter leur qualité de vie, mais les méthodes de traitement complémentaires ne peuvent influencer ni la multiplication ni l’extension des cellules cancéreuses. Par conséquent, elles ne peuvent pas guérir un patient du cancer.

Groupe d’étude des méthodes parallèles et complémentaires en cas de cancer (SKAK)

Quels sont les bénéfices réels des injections de gui, des préparations vitaminées ou du cartilage de requin dans la lutte contre le cancer? Quels succès ont été prouvés scientifiquement et quels risques et effets secondaires présentent les méthodes de traitement non éprouvées? C’est à ces questions et à d’autres que le Groupe d’étude des méthodes parallèles et complémentaires en cas de cancer (SKAK) tente de répondre sur mandat de la Ligue suisse contre le cancer. Si certaines de ces méthodes de traitement complémentaires peuvent effectivement améliorer le bien-être des patients, d’autres sont peu utiles, voire dangereuses. Dans ces cas-là, il est déconseillé de suivre ces méthodes.
 
Le SKAK a rédigé des fiches d’informations sur différentes méthodes de traitement spécialement à l’attention des patients et de leurs proches:

  • L’Ukrain, un «remède contre le cancer» au coût élevé et à l’efficacité douteuse
  • Un appareil inefficace et des teintures douteuses – la «lutte» contre le cancer d’après Hulda Clark
  • Galavit – un «remède miracle» qui ne résiste pas à l’examen
  • Vitamines et alimentation en cas de cancer

Vous trouverez de plus amples informations sur les méthodes de traitement complémentaires dans la brochure «Parallèles? Complémentaires?».

Glossaire 

Chimiothérapie: Traitement des maladies infectieuses et cancéreuses avec des médicaments qui tuent les agents pathogènes ou les cellules cancéreuses; ce terme désigne le plus souvent le traitement des maladies cancéreuses par cytostatiques; selon l’objectif recherché, on parle de chimiothérapie curative, palliative, adjuvante ou néo-adjuvante.

Radiothérapie: Traitement de maladies, essentiellement cancéreuses, par rayonnement ionisant; on distingue la radiothérapie externe (par un appareil qui produit le rayonnement) de la radiothérapie interne, qui consiste à introduire la substance radioactive dans l’organisme (cf. «brachythérapie»).

Pour en savoir plus...

Plus d'information, ainsi que la brochure sur la médecine complémentaire sont disponibles sur le site de la Ligue suisse contre le cancer (plusieurs langues disponibles): www.liguecancer.ch

Article original: http://www.liguecancer.ch/fr/vivre_avec_le_cancer__/traitements_/medecine_alternative/

A LIRE AUSSI

Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Troubles sexuels après une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
P20-04_cancer_sein_chimiothérapie

Cancer du sein: moins de chimiothérapie

Grâce à la signature génomique de la tumeur, 40 % des chimiothérapies sont aujourd’hui évitées. Du dépistage au suivi thérapeutique, le Centre du sein des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) propose toutes les prestations dans le domaine du cancer du sein.
cancer_2016

Le cancer en 2016

Contre le cancer, quels progrès ont été réalisés ces dernières décennies et quels sont les défis brûlants? Les réponses d’un expert, le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du Service d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève.
immunotherapie_ou_sommes_nous

Immunothérapie: où en sommes-nous?

Moins d’une décennie après son arrivée, l’immunothérapie suscite les espoirs les plus vifs, mais fait aussi des déçus. Explications.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Mikaël Pittet, un spécialiste de l'immunothérapie

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Réduire le coût d'un traitement à 370'000 francs

Le Kymriah, un médicament produit en Europe par Novartis, permet d'espérer une prochaine révolution dans le traitement de certains cancers.

Nouvelle piste dans l'immunothérapie

Lʹimmunothérapie est un traitement qui s'appuie et stimule le système immunitaire, afin quʹil attaque les cellules cancéreuses.
Maladies sur le meme sujet
Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Cancer de la vésicule et des voies biliaires

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 310 nouveaux cas de cancer de la vésicule ou des voies biliaires. Le cancer de la vésicule biliaire touche un peu plus souvent les femmes (53 %) que les hommes (47 %). Il survient presque exclusivement à un âge avancé : deux tiers des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic.

Atteinte de la moelle

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 560 nouveaux cas de myélome multiple (plasmocytome), ce qui représente environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses.

Globules blancs

Lymphome non hodgkinien

Chaque année en Suisse, près de 1450 personnes développent un lymphome non hodgkinien, ce qui correspond à environ 4% de toutes les maladies cancéreuses. 48% des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. 54% des personnes touchées sont des hommes, 46% des femmes.