La leucémie est souvent vaincue

Dernière mise à jour 01/10/16 | Article
leucemie_souvent_vaincue
Selon le type de cancer du sang et leur âge, 30 à 95% des patients survivent à leur maladie.

Love story ne ferait plus pleurer en 2016. L’étudiante fauchée par une leucémie aiguë en 1970 aurait aujourd’hui de bonnes chances de s’en sortir. «C’est vrai. Les progrès ont été spectaculaires. J’ai vécu une fantastique révolution médicale», s’enthousiasme le Pr Yves Chalandon, médecin-chef a.i. du service d’hématologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Longtemps incurables, les leucémies affichent aujourd’hui un taux de survie qui varie de 30 à 95% en fonction du type de la maladie et de l’âge des patients. Ce qui a changé? Presque tout. Les chimiothérapies sont mieux maîtrisées. Les greffes sont possibles pour davantage de patients. Et il existe des médicaments de nouvelle génération qui agissent directement sur la cause du cancer et l’empêchent de se développer.

Cas d’école

Le traitement de la leucémie myéloïde chronique (LMC), l’une des quatre grandes familles de ce cancer, est l’illustration parfaite de ce bond thérapeutique. «On a d’abord trouvé le gène responsable de la prolifération anarchique de globules blancs –le symptôme par excellence de la leucémie. Puis, la molécule capable d’inhiber ce gène. Résultat: 85% des patients atteints de LMC survivent à long terme et approchent la survie de la population globale du même âge», se félicite le Pr Chalandon.

Une seconde révolution majeure a eu lieu dans le traitement de la leucémie myéloïde aiguë promyélocytaire. Celle-ci est désormais traitée sans agent chimiothérapeutique à l’aide de dérivés de vitamine A en association avec des petites doses d’arsenic. Là aussi, les résultats sont spectaculaires: 95% à 5 ans.

Pour les autres genres de leucémies aigues, les traitements sont encore la chimiothérapie et la greffe de moelle en provenance d’un donneur génétiquement compatible (allogreffe). Mais là aussi les progrès sont importants. «Nous comprenons mieux ces cancers. Les traitements sont mieux différenciés et dépendent à la fois du patient et du type de leucémie», précise l’oncohématologue.

Hausse des greffes

Les leucémies, aiguës ou chroniques, se classent en myéloïdes, lymphoïdes ou lymphoblastiques. Cette dernière est la forme la plus fréquente chez les enfants. Elle est soignée très efficacement par chimiothérapie. Puisque 95% des petits malades survivent grâce à ce traitement. Chez l’adulte, c’est la leucémie myéloïde aiguë qui se rencontre le plus souvent (environ deux tiers des cas). C’est aussi la forme la plus indiquée pour une greffe de moelle. Depuis 2012, les HUG, seul hôpital romand à pratiquer ce traitement, ont quasi doublé le nombre de greffes. «Nous en réalisons quelque 70 par an contre seulement 40 il y a à peine quatre ans», relève le Pr Chalandon. Une hausse qui s’explique par plusieurs facteurs. D’abord, l’âge limite pour une transplantation peut aller jusqu’à 75 ans (dans le cadre d’études), contre 45, en 1990. Ensuite, cette greffe est désormais indiquée pour d’autres maladies réfractaires aux chimiothérapies. Enfin, une compatibilité génétique de 50% est aujourd’hui suffisante. En clair, le père, la mère ou l’enfant d’un patient peut toujours être un donneur de moelle, tandis qu’un frère ou une sœur a encore trois chances sur quatre de l’être. Si les progrès ont été importants, il reste du chemin à parcourir. « Mais je suis confiant. Dans quelques années, les thérapies seront encore mieux ciblées et donc toujours moins toxiques », estime le Pr Yves Chalandon.

____

Paru dans Pulsations - Octobre 2016

A LIRE AUSSI

Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancer du poumon
De tous les cancers, celui du poumon est le plus mortel

De tous les cancers, celui du poumon est le plus mortel

Ancien gros fumeur, l’ex-footballeur néerlandais Johan Cruyff souffre d’une tumeur aux poumons. Ce cancer...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
immunotherapie_poumon

L’immunothérapie, une arme contre le cancer du poumon

De tous les cancers, celui qui touche les poumons est le plus mortel. Chaque année en Suisse, 3000 personnes y succombent. L’immunothérapie, visant à renforcer les défenses naturelles, donne à espérer.
cancer_sein_union

Contre le cancer du sein, l’union fait la force

Hétérogène à tous égards, le carcinome mammaire nécessite, pour être soigné, une prise en charge multidisciplinaire et des traitements de plus en plus personnalisés.
 immunotherapie_futur

L’immunothérapie, arme du futur

Cette approche stimule le système immunitaire pour combattre le cancer. Un vaccin thérapeutique bientôt en étude de phase II aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

La radiothérapie Flash fait son entrée dans le monde médical

Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) reçoit des spécialistes de la radiothérapie pour un workshop international les 12 et 13 septembre 2018.

La protonthérapie, des protons contre des tumeurs

L’Institut Paul Scherrer (PSI) inaugure une nouvelle plate-forme de traitement par protonthérapie, le Gantry 3.

Cancer: des biomarqueurs pour prédire le succès d'une immunothérapie

La moitié environ des patients atteints d'un cancer ne réagit pas à une immunothérapie tout en en subissant les effets secondaires.
Maladies sur le meme sujet
Echantillons de sang

Leucémies (cancer du sang)

Chaque année en Suisse, on dénombre quelque 970 nouveaux cas de leucémie (cancer du sang), ce qui représente environ 2,5 % de toutes les maladies cancéreuses. Les hommes sont un peu plus touchés que les femmes (57% contre 43%). Près de la moitié des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. Avec près d’un tiers de tous les cas, les leucémies constituent le cancer le plus fréquent chez l’enfant.