Une nouveauté dans la lutte contre le cancer de l'ovaire

Dernière mise à jour 19/03/18 | Audio
Loading the player ...
Selon une étude publiée dans Nature Communications, des chercheurs du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et de l'Université de Lausanne (UNIL) ont développé une nouvelle méthode d'immunothérapie qui permettrait de lutter plus efficacement contre le cancer de l'ovaire.

Alexandre Harari, chercheur au département d'oncologie UNIL-CHUV, co-directeur du Centre des thérapies expérimentales au Département d'oncologie du CHUV et co-auteur de l'étude, est l'invité de Bastien Confino.

L'étude dans Nature Communications (en anglais)

Le cancer de l'ovaire (Ligue contre le cancer)

Dix jours de sensibilisation au cancer de l'ovaire (CQFD 21.09.2015)

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Cancer de la prostate

Reprise de la sexualité après une prostatectomie

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme à partir de 65 ans.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_chimiotherapie_aerosol

Mieux tolérée, la chimiothérapie par aérosol

Technique innovante, la «PIPAC» permet d’injecter les médicaments directement dans le ventre, là où se trouvent les métastases de certains cancers, sans passer par les classiques intraveineuses. Explications.
cancer_sein_chemobrain

Cancer du sein: «Le chemobrain peut mettre des années à disparaître»

Les atteintes du système nerveux font partie des effets secondaires les plus fréquents du traitement contre le cancer du sein. Leur nombre devrait même encore augmenter à l’avenir étant données l’amélioration de l’espérance de vie des patientes et la multiplication des séances de chimiothérapie qui leur sont proposées, le cancer devenant en effet une maladie chronique dans bien des cas.
PS42_INTERVIEW_Dietrich

«L’oncologie a fait plus de progrès en deux décennies qu’en 2000 ans»

Il envisageait de devenir pédiatre, avant d’être happé par l’univers de l’oncologie, ses défis et les rencontres exceptionnelles avec des patientes et des patients frappés par la maladie. À une année de prendre sa retraite, le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du Département d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE), jette un œil dans le rétroviseur de trois décennies de carrière pour se réjouir des progrès actuels, avant de rapidement se tourner vers l’avenir et les combats qu’il souhaite encore mener.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Martine Jacot-Guillarmod, une spécialiste des pathologies gynécologiques

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Rencontre avec Mikaël Pittet, un spécialiste de l'immunothérapie

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Réduire le coût d'un traitement à 370'000 francs

Le Kymriah, un médicament produit en Europe par Novartis, permet d'espérer une prochaine révolution dans le traitement de certains cancers.
Maladies sur le meme sujet
Un utérus

Cancer du corps utérin

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 900 nouveaux cas de cancer du corps de l’utérus (carcinome de l’endomètre, sarcome de l’utérus), ce qui représente quelque 5 % de toutes les maladies cancéreuses chez la femme. Le risque augmente fortement à partir de 50 ans : près de la moitié des patientes sont âgées de 50 à 69 ans au moment du diagnostic, 45 % ont 70 ans et plus.

Des reins

Cancer du rein

Chaque année en Suisse, on dénombre près de 900 nouveaux cas de cancer du rein (carcinome des cellules rénales), ce qui représente environ 2 % de toutes les maladies cancéreuses. Les hommes sont davantage touchés que les femmes (deux tiers contre un tiers). Le cancer du rein apparaît généralement à un âge avancé : 44 % des patients ont entre 50 et 69 ans au moment du diagnostic, 45 % ont 70 ans et plus.

Homme tenant une bouteille d'eau

Cancer de la vessie

Chaque année en Suisse, quelque 1200 personnes développent un cancer de la vessie, ce qui correspond à environ 3% de toutes les maladies cancéreuses.