Accompagner les familles avec un enfant gravement malade

Dernière mise à jour 25/11/20 | Article
P20-04_accompagner_famille_enfant_malade
Non-dits, culpabilité, sentiment d’impuissance, divorce… les proches d’un enfant malade payent parfois un lourd tribut. Pour aider les familles, un programme de soutien psychologique transgénérationnel a été mis en place au sein de l’Unité d’onco-hématologie pédiatrique des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

La prise en charge d’un enfant malade ou hospitalisé est pensée de façon globale, en anticipation de ses besoins, mais aussi en incluant ses proches. «Ce soutien parallèle met la famille dans des conditions plus favorables pour avancer dans la prise en charge», confie le Pr Marc Ansari, responsable de l’Unité d’onco-hématologie pédiatrique, à l’origine de ce programme pilote. Une matinée par semaine, le Dr Santosh Itty s’associe à la Dre Ivaine Droz-dit-Busset, tous les deux pédopsychiatres et thérapeutes de famille systémique, pour rencontrer les familles. Une thérapie de liaison qui s’adapte à la particularité de la situation et fait le trait d’union avec les oncologues et les pédopsychiatres qui travaillent surtout avec l’enfant malade. «Nous aidons les proches à trouver des ressources pour avancer, sans les confronter à ce qui ne va pas, explique le Dr Santosh Itty. Chacun peut poser des questions, mettre des mots sur ce qu’il ou elle est en train de vivre, identifier ses forces et ses faiblesses, mais aussi reformuler un ressenti ou une situation.»

Pour Pierre* et Anna*, parents de Léo*, 10 ans, hospitalisé pour un sarcome d’Ewing, la rencontre avec les thérapeutes a permis d’aborder plusieurs aspects. Comment trouver un équilibre familial et conjugal? Comment vivre au jour le jour avec la maladie ? Ou encore, comment gérer ses propres émotions face à son enfant? «Ces séances nous ont aidés à différents niveaux, en particulier sur la perception de la maladie et la gestion du stress par notre fils. Il comprend parfois bien plus que ce qu’il exprime et souvent pour nous préserver.»

Les parents ne sont cependant pas les seuls bénéficiaires du programme. Frères, sœurs, oncles, tantes ou grands-parents, sont aussi invité·es à y participer. «C’est le modèle du fameux pendule de Calder: si un élément bouge, les autres bougeront aussi, illustre le Dr Itty. La maladie d’un enfant implique un bouleversement de l’équilibre parental et conjugal, mais peut aussi mettre en tension la relation des parents avec leurs propres parents ou avec les frères et sœurs.» La thérapie peut ainsi favoriser la compréhension et la communication au sein de la famille. «Nous nous sommes sentis reconnus dans notre chagrin, mais aussi dans nos forces, confient Marie* et Didier*, grands-parents de Léo. Nous avons réalisé que nous pouvions être complémentaires.»

Une fratrie très éprouvée

On les oublie souvent, mais les frères et sœurs sont pourtant embarqués de plein fouet dans l’épreuve de la maladie, endossant parfois de lourdes responsabilités. «Ils s’occupent du malade, consolent les parents, voient des choses difficiles, parfois malgré leur très jeune âge», explique le Pr Ansari. Une souffrance à laquelle peut s’ajouter paradoxalement un sentiment de jalousie, croissant à mesure que la famille et les médecins se focalisent sur la personne malade. «Le risque, si les choses ne sont pas exprimées, est qu’elles ressortent quelques années plus tard, avec d’importantes répercussions psychoaffectives ou des symptômes anxiodépressifs», ajoute le Dr Itty. D’où l’importance de se libérer tôt de certaines colères, d’exprimer ses rancœurs et de mettre des mots sur ce qui fait mal. «Nous voulons les aider à se libérer du poids de la maladie de leur fratrie, explique la Dre Ivaine Droz-dit-Busset. L’enfant bien portant mais aussi l’enfant malade, pourront alors grandir au mieux, sans porter une trop lourde culpabilité.»

Un soutien de la Fondation Children Action

Le programme de soutien aux familles d’enfants suivis en onco-hématologie a débuté en novembre 2019. Ce projet pilote est financé intégralement par la fondation Children Action, qui œuvre pour répondre aux besoins des enfants. Le Département de la femme, de l’enfant et de l’adolescent des HUG met un local de consultation à disposition des Drs Santosh Itty et Ivaine Droz-dit-Busset, formé·es aux problématiques de la thérapie familiale en oncologie.

_______

* Prénoms d’emprunt.

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Troubles sexuels après une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
problemes_anaux_peur_consulter

Problèmes anaux: surmonter la peur de consulter

Douleurs, saignements ou démangeaisons au niveau de l’anus sont très fréquents, pourtant la plupart des personnes attendent des mois, voire des années, avant de consulter.
cancer_2016

Le cancer en 2016

Contre le cancer, quels progrès ont été réalisés ces dernières décennies et quels sont les défis brûlants? Les réponses d’un expert, le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du Service d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève.
timide_progres_cancer_panecreas

Timide progrès contre la forme génétique du cancer du pancréas

Une nouvelle molécule ralentit la progression du fulgurant cancer du pancréas. Toutefois, cette découverte ne concerne que les patients avec une mutation génétique spécifique.
Videos sur le meme sujet

Le cancer du pancréas, ce tueur invisible

Le cancer du pancréas tue neuf malades sur dix en moins de 5 ans et le nombre de victimes ne cesse dʹaugmenter.

Cancer du pancréas: le tueur invisible

Le cancer du pancréas tue 9 malades sur 10 en moins de cinq ans, et le nombre de victimes ne cesse d’augmenter. Pourtant, les pistes de recherche existent. L’émission 36.9° (RTS) donne la parole à des malades et fait le point sur les espoirs thérapeutiques.

La géographie des cancers chez les enfants suisses

Des chercheurs de l'Université de Berne (Unibe) ont examiné la répartition spatiale des cancers chez les enfants en Suisse.