Devenir adulte avec une bonne santé psychique

Dernière mise à jour 26/09/16 | Article
Dépistage et traitement précoce des maladies psychiques du petit enfant, de l’enfant et de l’adolescent sont essentiels pour le développement de l’individu et le bien de toute la famille.

Un adolescent sur cinq souffre de troubles psychiques au cours de son développement. «Une grande partie des patients nous sont envoyés par des pédiatres ou des médecins généralistes, mais des institutions scolaires et sociales et des parents concernés s’adressent aussi directement à nous», explique Josette Huber, médecin-cheffe du Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent du Centre Hospitalier du Haut-Valais.

De moins en moins de tabous

Corps et esprit ne font qu’un. La santé est davantage que l’absence de maladies: elle implique le bien-être physique, mais aussi psychique et social de l’individu. Pédiatrie et psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent sont ainsi deux disciplines médicales complémentaires. «Le blocage qui empêchait auparavant d’accepter une aide psychologique et psychiatrique pour l’enfant et l’adolescent est en train de disparaître grâce à un travail toujours plus important auprès du grand public. En cas de fièvre, il va de soi d’aller chez le médecin. Il faudrait que ce soit aussi la règle en cas de problèmes psychiques.»

Diagnostic et traitement

«Les examens que nous faisons, notamment en cas de retards de développement, d’autisme ou de déficit de l’attention, permettent d’évaluer le développement moteur, physique, linguistique et intellectuel, la perception et les capacités sociales et émotionnelles de l’enfant», détaille Josette Huber. «Avec l’enfant et les parents, nous élaborons un programme thérapeutique sur-mesure, en fonction des difficultés et des ressources existantes.»

Le pédiatre, les parents et l’entourage sont des partenaires actifs, que ce soit en cas d’interventions courtes après une crise ou en présence de troubles chroniques. «Lors de troubles alimentaires comme l’anorexie, l’enfant est par exemple pesé toutes les semaines au cabinet du médecin», explique le psychologue spécialisé Christoph Brantschen. «Lors de retards de développement, les enseignants sont impliqués dans le processus thérapeutique, en accord avec les parents, afin que des mesures scolaires puissent être instaurées dans des conditions optimales.»

Crises psychiques et pensées suicidaires

Une maltraitance dans l’environnement familial, un décès, une séparation et d’autres événements critiques de la vie peuvent déclencher chez l’enfant ou l’adolescent des crises psychiques ou même l’amener à avoir des pensées suicidaires. «Lors d’une hospitalisation d’urgence, l’enfant est pris en charge dans le service de pédiatrie. A la demande des médecins, nous nous occupons sur place des problèmes émotionnels et sociaux», relève Josette Huber. Des changements comme le divorce des parents ou un déménagement inquiètent l’enfant et peuvent entraîner des symptômes divers tels qu’une énurésie (pipi au lit) ou un comportement d’opposition. Le conseil aux parents et la thérapie familiale sont alors des instruments thérapeutiques importants.

Le pédiatre: une sentinelle efficace

Le pédiatre suit l’enfant dès la naissance. «Cet accompagnement à long terme permet de remarquer les anomalies ou les modifications au niveau du comportement, de l’évolution ou de l’environnement familial», explique le Docteur Simon Fluri, pédiatre. «Des examens complémentaires réalisés par un psychologue ou psychiatre pour enfants et adolescents permettent un diagnostic précis.»

Des thérapies créatives

L’entretien thérapeutique est un pilier de la psychothérapie. «Un enfant exprime ses émotions, mais rarement par la parole. Cela passe plutôt par le jeu», précise Christoph Brantschen. «Nous essayons de comprendre ce qu’il ressent et pense, ce qui occupe son esprit. L’enfant nous fait spontanément savoir lorsque nous avons vu juste. L’accompagnement thérapeutique par le jeu lui permet de ne pas se sentir laissé seul avec ses sentiments.» Les offres thérapeutiques créatives utilisées comprennent aussi la musicothérapie, la thérapie par la peinture et l’ergothérapie.

A LIRE AUSSI

Accidents
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe....
Lire la suite
Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
identifier_adolescents_souffrance

Mieux identifier les adolescents en souffrance

Pour aider les jeunes les plus vulnérables, on prône aujourd’hui des interventions précoces et un accompagnement pluridisciplinaire.
Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Quel enfant n’a pas un jour eu envie de rester à la maison plutôt que d’aller à l’école? Chez certains toutefois, il s’agit moins d’un caprice passager que d’une véritable phobie scolaire, qui nécessite alors une prise en charge psychologique.
Le poids des écrans sur le sommeil des ados

Le poids des écrans sur le sommeil des ados

Consoles, tablettes ou smartphones: les écrans font partie de la vie des ados. Une équipe de chercheurs genevoise a mené une étude de plusieurs mois pour évaluer les effets de cette consommation de médias numériques sur la qualité du sommeil de jeunes entre 13 et 19 ans.
Videos sur le meme sujet

Prise de risque: chercher ses limites

On voit de plus en plus de vidéos sur Youtube ou Facebook qui montrent des comportements à risque. Deux experts nous expliquent pourquoi les jeunes sont attirés par les risques et pourquoi ils ne pensent pas toujours aux conséquences de leurs actes. Ils donnent aussi des pistes pour éviter que ces comportements prennent de mauvaises tournures.

Pourquoi les filles ont-elles moins de poils que les garçons?

Pas de doute, même quand les filles ne s'épilent pas, elles ont généralement moins de poils que les garçons. Mais pourquoi?

Pourquoi peut-on avoir peur d'aller à l'école?

Les enfants qui ont peur d'aller à l'école sont souvent à la maison, et rien ne peut les convaincre de retourner sur le chemin de l'école.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_acne

Acné

L’acné est une maladie du follicule sébacé formé par la glande sébacée et le poil. À la puberté, la glande sébacée sécrète du sébum en excès et trop épais, ce qui obstrue son orifice. C’est ce qui s’appelle la séborrhée. Cela provoque alors des comédons ouverts –les fameux points noirs– et des microkystes blancs, aussi appelés comédons fermés. Apparaissent également des pustules et des papules qui sont des petits boutons fermes et lisses.