Comment parler de sexualité aux ados?

Dernière mise à jour 05/12/18 | Article
ados_sexualite_parler
Période de changements et premiers émois, l’adolescence est une étape sensible. Si le dialogue autour de la sexualité s’avère nécessaire, il n’en reste pas moins complexe. Embarras, pudeur, écart générationnel… Comment instaurer une relation de confiance pour échanger sur ce sujet encore tabou?

«Aborder la sexualité avec un adolescent reviendrait à lui donner le "feu vert" ou la permission de l’explorer». Telle est en tout cas l’une des idées reçues ancrées chez certains parents. Les études scientifiques montrent pourtant le contraire. L’éducation sexuelle est associée à une découverte plus progressive et sécurisante de la sexualité. Mais la discussion, selon les professionnels de santé, ne devrait pas se limiter à la prévention des risques. En effet, les sujets du plaisir et des émotions participent aussi à la transmission de valeurs et de limites. Autre question récurrente, celle de l’âge conseillé pour en parler. C’est autour de 11 ans qu’il faudrait, au plus tard, commencer à dialoguer, mais le plus tôt est le mieux. L’astuce: profiter d’occasions du quotidien (lire l’encadré) pour partager régulièrement, de façon naturelle et informelle.

L’importance des mots

Pour aller plus loin…

«Sciences, sexes, identités»

Ressources (sites web, vidéos…) proposées par des spécialistes pour s’informer et mieux dialoguer avec son enfant.

www.unige.ch/ssi/ressources

Appelons un chat… un chat! Employer les mots exacts est important, et ce, dès le plus jeune âge. Il est conseillé, par exemple, de dire «pénis» ou «vulve» plutôt que «zizi» ou «zézette». Car ces euphémismes transmettent à l’enfant une notion de honte et de tabou autour de ses organes génitaux. Opter pour une terminologie anatomique correcte participerait à la construction d’une meilleure estime de soi.

Puberté, contraception et pratiques

Premiers poils, règles ou éjaculations, mais aussi naissance du désir… Parler de la puberté permet de diminuer la pléthore d’interrogations et d’émotions qu’elle génère. Les questions relatives aux pratiques sexuelles restent en revanche plus difficiles à évoquer. Pourtant, outre les caresses et la pénétration, le sexe oral et anal –parfois pratiqués pour éviter les grossesses non désirées mais sans penser aux possibles maladies– sont aussi explorés par les ados. Il est donc essentiel de discuter ensemble des moyens préventifs contre les IST (comme le préservatif) et de la contraception (pilule, implant, etc.).

«Suis-je dans la norme?»

«Ai-je le droit de ressentir ou faire cela?», «Suis-je normal(e)?». Entre 10 et 17 ans, la notion de normalité plonge tout adolescent dans une profonde réflexion. Et ce d’autant plus s’il découvre qu’il est gay ou lesbienne, ou s’il ressent une autre identité de genre. La «différence» peut être vécue comme une honte, un fardeau, et l’expose au rejet et au harcèlement. Le dialogue, le respect et le soutien inconditionnel de la part de l’entourage sont nécessaires au bien-être de l’enfant. La masturbation, autre sujet délicat, est une pratique souvent stigmatisée. Elle est pourtant tout à fait courante et attendue, et n’est rien d’autre qu’une façon (sans risques) de découvrir sa sexualité. A l’inverse, l’abstinence sexuelle imposée n’est, sur le plan éducatif et émotionnel, pas conseillée. Il faudrait donc suggérer, au contraire, un apprentissage progressif, protégé, en accord avec soi-même et avec son partenaire. Un respect mutuel qui implique toujours la notion incontournable du consentement.

Menaces virtuelles, mais bien réelles

Le consentement, c’est aussi ce dont il s’agit concernant l’utilisation d’Internet par les ados. L’avènement du mobile et des réseaux sociaux a fait émerger ces dernières années de nouvelles formes d’exploitation et de harcèlement sexuels. Parmi elles, les menaces de diffusion d’images compromettantes (ou revenge porn) ou des abus sur des sites de rencontres. Des phénomènes qui aboutissent parfois à des situations dramatiques.

A surveiller également, la pornographie, dont l’accès est aujourd’hui généralisé. Les enfants, qui y sont désormais confrontés très jeunes –en moyenne au sortir du primaire–, en retirent une perception erronée de la sexualité. Elle peut en outre générer complexes, stéréotypes et pratiques violentes. Le dialogue et l’information garantissent la sécurité des enfants et facilitent la création d’un lien de confiance entre générations.

Et si on en parlait…

A quelles occasions peut-on parler de sexualité?

  • L’enfant se pose des questions sur son corps et sa puberté. Qu’est-ce que ça change? Quels sont les enjeux biologiques et psychologiques?
  • Il/elle assiste à un événement familial tel qu’une grossesse, une naissance, un «coming out». Une occasion d’évoquer la reproduction, les relations, l’identité de genre.
  • Il/elle entend des mots courants mais qu’il ne connaît pas («testicules», «clitoris», «orgasme», etc.) ou des insultes. Quel est leur sens ou leur portée?
  • Il/elle voit une émission, une publicité dans les médias. Des infos, parfois des idées reçues, à évoquer, notamment l’idéalisation du corps.
  • Il/elle voit un reportage au téléjournal qui relaye un viol ou tout autre crime sexuel. Il est question des notions cruciales de consentement et de respect.
  • Il/elle visionne des images pornographiques. Un «débriefing» autour de ce qu’a ressenti l’enfant est souvent utile. Aborder l’absence de relations affectives entre les acteurs, l’uniformité des organes génitaux (absence de poils, taille) qui n’est pas représentative de la diversité naturelle des corps, et le fait que le coït n’est qu’une des multiples facettes de la sexualité.

_____

Adapté de «Sexualité et adolescence: liaisons dangereuses?», Dr Michal Yaron, Dre Cindy Soroken, Dre Françoise Narring, Service de pédiatrie générale, Département de l’enfant et de l’adolescent, HUG; Dre Céline Brockmann et Dr Arnaud Merglen, Faculté de médecine, Université de Genève. In Revue Médicale Suisse 2018;14:843-8.

__________

Paru dans Planète Santé magazine N° 32 - Décembre 2018

A LIRE AUSSI

Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Accidents
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe....
Lire la suite
Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
«75% des jeunes en souffrance psychique ne sont pas pris en charge»

«75% des jeunes en souffrance psychique ne sont pas pris en charge»

L’adolescence peut être une période éprouvante pour les jeunes et leurs parents. Le Pr Philippe Conus nous aide à comprendre ce passage et à en détecter les risques.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi les filles ont-elles moins de poils que les garçons?

Pas de doute, même quand les filles ne s'épilent pas, elles ont généralement moins de poils que les garçons. Mais pourquoi?

L'influence de l'âge du père sur la santé psychique des enfants

Concernant l’influence de l’âge des parents sur la santé des enfants, c'est généralement celui de la mère qui est évoqué.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_acne

Acné

L’acné est une maladie du follicule sébacé formé par la glande sébacée et le poil. À la puberté, la glande sébacée sécrète du sébum en excès et trop épais, ce qui obstrue son orifice. C’est ce qui s’appelle la séborrhée. Cela provoque alors des comédons ouverts –les fameux points noirs– et des microkystes blancs, aussi appelés comédons fermés. Apparaissent également des pustules et des papules qui sont des petits boutons fermes et lisses.

urinoirs

Urétrite (homme)

L'urétrite est une inflammation de l'urètre avec un écoulement anormal par le pénis. C'est la manifestation la plus fréquente d’une infection sexuellement transmise (IST) chez l’homme.

Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions