Comment le médecin aborde-t-il la douleur d'un enfant?

Dernière mise à jour 09/04/14 | Article
Comment le médecin aborde-t-il la douleur d'un enfant?
La prise en charge d'un enfant malade ou blessé demande une approche différente que pour un patient adulte. Avant d'établir un diagnostic, il s'agit tout d'abord de soulager sa douleur.

S'il est pénible pour un parent de voir son enfant souffrir, il est également difficile pour le médecin de s'occuper d'un jeune patient. En effet, outre la souffrance et la peur de l'enfant à gérer, le médecin doit également faire face à l'inquiétude de ses parents. Toutefois, de nombreux traitements sont envisageables pour soulager une douleur.

Evaluation de la douleur

Il est plus compliqué pour un médecin d'évaluer la douleur d’un jeune patient. En effet, un enfant ne va pas exprimer sa douleur de la même manière qu'un adulte, et celle-ci va aussi varier en fonction de plusieurs facteurs tels que son âge, son caractère, ses expériences antérieures, l'attitude de ses parents. Cependant, plusieurs échelles adaptées à l'âge et aux circonstances permettent d'évaluer le niveau de sensation douloureuse. Par exemple, pour les enfants âgés de 5 à 10 ans, l'échelle de douleur sur le visage («Face Pain Scale») permet de déterminer l'intensité de la douleur ressentie par l'enfant en observant ses mimiques.

La prise en charge

Avant d'établir le diagnostic, il est important de soulager la douleur de l'enfant au moyen d'antalgiques, afin de continuer la consultation dans de meilleures conditions. Les types de médicaments analgésiques à administrer dépendent du type et de l'intensité de la douleur. Les opiacés (morphine par exemple) sont souvent redoutés des parents, en raison de leurs effets secondaires, et les médecins craignent de masquer une douleur qui pourrait s'avérer être primordiale pour établir le bon diagnostic. Or ce n’est pas le cas.

La morphine et le Fentanyl

Utilisée dans les cas de douleur intense et continue, la morphine a un effet analgésique et anxiolytique avec un délai d'action rapide, à peine cinq minutes par voie intraveineuse. Mais, à cause des effets secondaires, notamment l'hypoventilation (inspiration insuffisante d'air par les poumons), son administration nécessite un dosage et une surveillance spécifiques.

Puissant analgésique, le Fentanyl offre également l'avantage d'avoir une bonne rapidité d'action, mais la durée de l’effet est beaucoup plus courte.

Le protoxyde d'azote

Ce gaz chimique est un analgésique de surface efficace qui s'administre à l'aide d'un masque. L'enfant reste conscient alors qu'il voit ses perceptions sensorielles et environnementales se modifier. Son nom commun est «gaz hilarant». Toutefois, le protoxyde d'azote a des contre-indications, comme certaines maladies pulmonaires ou une hypertension au niveau du crâne.

Les solutions sucrées et la crème EMLA

Dans les années 1990, une pratique fréquente pour traiter les douleurs brèves chez des nourrissons (jusqu'à deux mois) consistait à ajouter dans les tétines de leurs biberons du saccharose avant un  geste douloureux. Actuellement, du glucose très concentré est administré avec un très bon effet. Quant à la crème EMLA, elle est souvent utilisée par les médecins, car elle contient deux anesthésiants qui agissent localement sur la peau et permettent de diminuer la douleur de l'enfant. Toutefois, elle doit être appliquée une heure avant le geste que prévoit de faire le médecin, ce qui s'avère être contraignant.

Enfin, les douleurs chroniques ou neuropathiques (relatives aux nerfs) sont plus délicates à traiter car il s'agit de trouver la bonne combinaison de médicaments qui permettra de rendre le quotidien du jeune patient plus supportable.

Toutes ces possibilités sont donc à considérer au moment de prendre en charge un jeune patient souffrant de douleurs.

 

Référence

Adapté de «Prise en charge de la douleur de l'enfant», Dr Juan Llor, Service de pédiatrie, CHVR, hôpital du Valais. In Revue Médicale Suisse 2014:1 0: 267-270. En collaboration avec l'auteur.

A LIRE AUSSI

Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Haut potentiel
Ces personnes au potentiel hors norme

Ces personnes au potentiel hors norme

Plus qu’un phénomène de librairie, l’intelligence à haut potentiel est une réalité pour environ 2 à 5...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Des parents et leur enfant

Ocytocine, l’hormone qui rend fidèle?

Et s’il existait une hormone permettant de s’assurer la fidélité de son/sa partenaire? L’ocytocine est l’hormone permettant l’éjection du lait et les contractions utérines. Il semblerait qu’elle agisse aussi sur le comportement et les émotions au sein d’un couple et des interactions sociales.
entree_scolaire_serenite

La rentrée scolaire en toute sérénité

L’heure de la rentrée scolaire a sonné. Comment bien accompagner son enfant? Les conseils d’un expert.
Allo_Dr_pique_guepe

Allô Docteur, mon enfant a été piqué par une guêpe

Que faire si votre enfant a été piqué par une guêpe, un frelon ou une abeille? Les réponses des Prs Annick Galetto-Lacour et Alain Gervaix, auteurs du guide pratique Allô Docteur, mon enfant est malade!*
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur l'aliénation parentale

L’aliénation parentale est une problématique liée à la séparation et à la garde de l’enfant.

La vie secrète des enfants

A l'occasion de la sortie de l'ouvrage "La vie secrète des enfants", Anne Baecher tente de mieux comprendre ce qui se passe dans la tête de nos chères petites têtes blondes.

L'enfance hospitalisée

Maladies graves ou chroniques, pour certains enfants, l'hôpital est une deuxième maison.
Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions