Répartir les calories sur la journée régule la glycémie

Dernière mise à jour 17/03/15 | Article
Répartir les calories sur la journée régule la glycémie
Prendre un repas copieux le matin, plus léger le midi et frugal le soir jouerait un rôle déterminant, selon une étude israélienne.

Chaque repas confronte les personnes atteintes d’un diabète de type 2 à un même dilemme: éviter que la glycémie (taux de sucre dans le sang) s’affole à des taux trop élevés. Dans une récente étude publiée par Diabetologia, le Pr Daniela Jakubowicz (du Wolfson Medical Center rattaché à l’Université de Tel-Aviv, en Israël) et son équipe ont proposé à dix-huit diabétiques de type 2 de suivre un régime à environ 1500 calories par jour pendant sept jours. Des repas identiques, mais répartis différemment dans la journée selon les personnes. Au sein de deux groupes formés de façon aléatoire, certains ont suivi un régime privilégiant les calories en début de journée: petit-déjeuner de 704 kcal, déjeuner de 603 kcal et dîner de 205 kcal (groupe B). Pour l’autre groupe, la proposition était inverse: 205 kcal le matin, 603 kcal le midi et 704 kcal le soir (groupe D). Au menu du repas le plus copieux: pain complet, thon, barre de céréales, œuf brouillé, yaourt, céréales. Pour le repas le plus frugal: filet de dinde, un peu de mozzarella, salade, café.

Glycémie plus basse

La conclusion a été sans appel: les analyses sanguines étaient meilleures chez les participants du groupe B que chez ceux du groupe D. Dans le détail, chez les premiers, les niveaux de glycémie étaient de 20% plus bas après les repas, et les niveaux d’insuline (l’hormone qui aide l’organisme à stocker le sucre) étaient de 20% plus élevés. Ces chiffres traduisent que chez les patients ayant bénéficié de petits-déjeuners copieux associés à des dîners légers, l’afflux de sucre dans le sang lors des repas était mieux géré par l’organisme, et ce tout au long de la journée.

Des résultats que le Dr Jacques Philippe, responsable du service diabétologie aux Hôpitaux universitaires de Genève, juge «tout à fait intéressants» même si l’étude présente des limites: «Durée du régime et nombre de personnes restreint, cas de patients souffrant de diabète de courte durée (moins de dix ans) et ne nécessitant pas un traitement trop lourd.»

Reste que cette étude tend à confirmer la pertinence de manger davantage le matin, en particulier pour les personnes souffrant d’un diabète de type 2. Le Pr Jakubowicz explique que «le mécanisme de cette meilleure tolérance au glucose après un petit-déjeuner fortement énergétique qu’après un dîner identique pourrait en partie reposer sur le rythme circadien». Et pour cause, le matin, stimulé par la lumière, notre hypothalamus dope les performances des cellules bêta du pancréas et de notre insuline, nous rendant mieux aptes à assimiler le sucre. La chercheuse estime donc qu’un petit-déjeuner élevé en calories «semble être une stratégie adaptée pour faire baisser les pics de glycémie après le repas chez les patients atteints de ce diabète».

Déplacer les calories le matin

Une recommandation complétée par le Dr Philippe: «En cas de diabète, il est effectivement préférable de déplacer le matin les calories, mais aussi la consommation des hydrates de carbone (tout produit sucré, y compris les féculents, ndlr), à l’origine des pics de glycémie.»

Si le facteur poids n’a pas été détaillé dans l’étude, le médecin genevois précise: «En cas de surpoids, il est encore plus important de veiller à une bonne répartition des calories sur la journée, et également de limiter le nombre de repas!» En effet, chaque prise alimentaire est à l’origine d’une décharge d’insuline. Or si cette hormone est cruciale pour stocker le sucre et éviter qu’il abonde en quantité trop élevée dans le sang, elle doit rester raisonnable. Trop abondante, elle devient la source d’un stockage excessif… et de prise de poids. Finies les collations, «trois repas par jour, c’est vraiment le maximum», conclut le Dr Philippe.

En collaboration avec

Le Matin Dimanche

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Les reins sont discrets mais polyvalents et précieux

Nichés de part et d’autre de la colonne vertébrale, ils assurent de nombreuses fonctions. Discrets, ils sont parfois négligés, et ne font parler d’eux que quand ils sont déjà endommagés.
Diabète: 40 000 Vaudois sont touchés

Diabète: 40 000 Vaudois sont touchés

Commune, cette maladie chronique touche un Vaudois sur quinze. Mais, au quotidien, comment la soigne-t-on?
Ménopause: surtout ne pas arrêter de marcher

Ménopause: surtout ne pas arrêter de marcher

Une étude américaine montre que la marche (6000 pas quotidiens, sans contraintes particulières) est une excellente manière pour les femmes ménopausées de prévenir les risques qui les guettent du fait de ce bouleversement hormonal.
Videos sur le meme sujet

Comment vivre avec un diabète quand on est adolescent?

Comment faire face aux préjugés des uns et des autres, aux réflexions et aux sous-entendus quand on se pique. Cette vidéo vous présente les contraintes liées au diabète de type 1 chez l'adolescent.

Camp d’été pour jeunes diabétiques

Chaque été, la Fondation Diabète Soleil Enfant organise des camps pour enfants et adolescents vivant avec le diabète de type 1, aussi appelé insulino-dépendant.
Maladies sur le meme sujet
Diabete

Diabète

Le diabète est une anomalie de l’utilisation du sucre (glucose) en raison d'un manque d'insuline ou d'une moins grande sensibilité de l'organisme à l'insuline.