Remarcher après une paralysie?

Dernière mise à jour 31/10/18 | Vidéo
On ne guérit pas d’une paralysie. En revanche, on pourrait imaginer la court-circuiter en passant par-dessus la lésion pour reconnecter les parties en amont et en aval de la moelle épinière. C’est l’idée que le chercheur de l’EPFL Grégoire Courtine poursuit depuis de nombreuses années: 36,9° l’a suivi dans cette quête passionnante.

Juin 2012, la nouvelle fait le tour du monde: «Des chercheurs de l’EPFL ont fait remarcher des rats paraplégiques, en attendant de tester leurs nouveaux traitements sur l’être humain». A la tête de cette avancée majeure, il y a Grégoire Courtine, l'un des chercheurs les plus prometteurs en neuroréhabilitation. Son rêve: permettre aux paralysés de (re)marcher. Publiées dans la revue Science en juin 2012, ses recherches ont agité la communauté scientifique, médusé les médias, et rendu de l'espoir aux milliers de personnes immobilisées chaque année à la suite d'une lésion de la moelle épinière. Son protocole hors norme, à base de stimulation pharmacologique, électrique et d'entraînement assisté de robot, a été testé sur le rat.

Une émission 36.9 - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Covid-19

Vacciner contre le Covid par le nez

Un vaccin contre le Covid-19 qui sʹadministre par le nez, cʹest la voie choisie par une équipe française.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
BV04_adapter_habitat_autonomie

Troubles de la vision: adapter l’habitat pour plus d’autonomie

Réaliser les activités les plus simples du quotidien peut s’avérer compliqué chez les personnes présentant un déficit visuel. Pour se déplacer chez soi, s’habiller ou encore cuisiner, des stratégies d’adaptation peuvent être mises en place. Elles permettent aux personnes malvoyantes d’acquérir des gestes sûrs et de retrouver confiance en elles.
LMD_Sclérose_plaques

Sclérose en plaques: un espoir pour les patients atteints d’une forme progressive

Si les avancées en matière de traitements de la sclérose en plaques se sont accélérées ces vingt dernières années, il reste difficile de ralentir les effets des formes dites «progressives» de la maladie, qui concernent près d’un tiers des patients. Une récente étude, ciblée sur la protection du système nerveux central, ouvre néanmoins des perspectives encourageantes.