Remarcher après une paralysie?

Dernière mise à jour 31/10/18 | Vidéo
On ne guérit pas d’une paralysie. En revanche, on pourrait imaginer la court-circuiter en passant par-dessus la lésion pour reconnecter les parties en amont et en aval de la moelle épinière. C’est l’idée que le chercheur de l’EPFL Grégoire Courtine poursuit depuis de nombreuses années: 36,9° l’a suivi dans cette quête passionnante.

Juin 2012, la nouvelle fait le tour du monde: «Des chercheurs de l’EPFL ont fait remarcher des rats paraplégiques, en attendant de tester leurs nouveaux traitements sur l’être humain». A la tête de cette avancée majeure, il y a Grégoire Courtine, l'un des chercheurs les plus prometteurs en neuroréhabilitation. Son rêve: permettre aux paralysés de (re)marcher. Publiées dans la revue Science en juin 2012, ses recherches ont agité la communauté scientifique, médusé les médias, et rendu de l'espoir aux milliers de personnes immobilisées chaque année à la suite d'une lésion de la moelle épinière. Son protocole hors norme, à base de stimulation pharmacologique, électrique et d'entraînement assisté de robot, a été testé sur le rat.

Une émission 36.9 - RTS La Première

Articles sur le meme sujet
BV_metier_cinema_accessible

«Mon métier, c’est rendre le cinéma accessible à tous»

Bruno Quiblier est la cheville ou¬vrière de Regards Neufs, un projet qui a pour mission de proposer des films audiodécrits dans les cinémas. Rencontre.
BV_dossier_insertion_profesionnelle

Malvoyance: le défi de l’insertion professionnelle

Les témoignages sont unanimes: non, la tâche n’est pas aisée, mais le challenge peut être relevé. Tout l’enjeu, pour la personne non ou malvoyante, les expert-e-s en insertion professionnelle, les dirigeant-e-s d’entreprise: faire en sorte que les portes s’ouvrent et qu’une chance soit donnée. Et si le tout se résumait à un seul et même défi pour tous les protagonistes en présence, celui d’oser?