Le bisphénol A favoriserait l’asthme infantile

Dernière mise à jour 06/10/15 | Article
Le bisphénol A favoriserait l’asthme infantile
Une nouvelle étude montre que l’exposition au bisphénol A favoriserait l’asthme chez les enfants. Faut-il s’en inquiéter?

On ne cesse de découvrir de nouveaux effets toxiques au bisphénol A (BPA). Déjà soupçonné d’avoir diminué la fertilité masculine, de favoriser le diabète et les pathologies cardiovasculaires, le BPA favoriserait aussi l’asthme chez le jeune enfant, selon les auteurs d’un article du Journal of Allergy and Clinical Immunology.

Il faut dire que les femmes enceintes et les petits enfants sont particulièrement sensibles à ce perturbateur endocrinien. Comme on le retrouve un peu partout dans notre environnement, du biberon aux feuilles d’emballage alimentaire en passant par le revêtement intérieur des boîtes de conserve et des cannettes, il est difficile de l’éviter. L’Office fédéral de la santé publique conseille de limiter l’exposition de la population à 50 microgrammes par kilo et par jour, mais ne joint pas de mode d’emploi pour y arriver! Est-ce qu’une exposition précoce de l’enfant modifierait sa réponse immunitaire? Explications de Constance Barazzone, responsable de l’unité de pneumologie pédiatrique aux Hôpitaux universitaires de Genève.

Comment expliquer que l’exposition précoce au BPA favorise l’asthme?

Constance Barazzone: Depuis une dizaine d’années déjà, la recherche montre que l’exposition précoce voire prénatale à certaines substances a un effet de priming, un effet d’amorce pourrait-on traduire. C’est-à-dire que ces substances ouvrent la possibilité qu’une maladie, ici l’asthme, se déclare plus tard lorsqu’un facteur déclenchant survient: pollution, infection, exposition à un allergène. La réponse inflammatoire des bronches est alors augmentée, l’air peine à passer, la respiration devient sifflante. En fait, tout se passe comme si quelque chose avait été légèrement modifié dans le système immunitaire. On observe le même type de phénomène avec la nicotine et la fumée passive, et l’on peut vraiment tirer un parallèle avec le BPA.

En quoi l’exposition à la fumée passive pendant les premières années entraîne-t-elle des conséquences analogues à l’exposition au bisphénol A?

Il y a justement cette sensibilisation très précoce, le priming, qui ne se remarque pas cliniquement tant qu’un autre élément ne survient pas. Les conséquences peuvent être tardives et sont du même type, obésité chez l’adulte, diabète, hypertension, asthme. Le lien entre ces pathologies et la cigarette ainsi que la fumée passive est bien connu. Et il commence à s’établir pour le BPA. Il y a aussi cette même latence pour agir. Rappelons-nous qu’il a fallu plus de vingt ans pour amener l’industrie du tabac à reconnaître les méfaits de la cigarette. Les autorités doivent réagir face au problème du bisphénol, qui est certes complexe et peut-être pas complètement élucidé. Cela nécessiterait un large débat.

Dans l’article, les auteurs parlent d’une explosion des cas d’asthme chez l’enfant. Est-ce aussi le cas en Suisse?

Absolument pas! Les cas d’asthme infantile sont assez stables ces dernières années. Il y a eu un doublement du nombre des cas dans les années 1980 à 1990. On est passé pendant cette période de 4 à 8% d’enfants touchés par cette pathologie. Actuellement, la proportion se situe entre 8 et 10%. Mais il y a d’autres pays où elle est beaucoup plus élevée.

Est-ce que, en ce qui concerne l’asthme, l’effet du BPA cesse au bout d’un certain temps?

En l’état de la recherche, on ne le sait pas. Mais en règle générale, 30% des enfants en dessous de 6 ans ont de l’asthme ou des sifflements caractéristiques lorsqu’ils respirent. Après cet âge, la proportion tombe à 8%. Il est donc probablement plus juste de dire que le BPA augmente la réponse inflammatoire des bronches et favorise le développement des sifflements, surtout chez les petits. Cela n’exclut pas que les crises d’asthme se réveillent plus tard. En attendant d’en savoir plus, je pense qu’il faut que les autorités prennent des mesures.

_________

  

    

Extrait de :

Check-Up. Les réponses à vos questions santé
de Marie-Christine Petit-Pierre
Ed. Planète Santé / Le Temps, 2014

            

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Méthode Buteyko: contrôler l’asthme par la maîtrise du souffle

Méthode Buteyko: contrôler l’asthme par la maîtrise du souffle

Trop, c’est trop; même lorsqu’il s’agit de respirer? D’après le médecin russe Vladimir Konstantinovich Buteyko (1923-2003), la réponse est sans doute affirmative. Selon ses études et ses recherches, une respiration excessive serait la cause d’environ 150 maladies, comme l’asthme, les allergies, les crises d’angoisse et certains troubles cardiovasculaires.
Un monde asceptisé serait contre-productif pour l’immunité

Trop d’hygiène nuirait à la santé

Plusieurs études scientifiques font le lien entre une hygiène trop scrupuleuse et le développement de certaines maladies. Eclairage.
Particules fines: les risques à court et long terme

Particules fines: les risques à court et long terme

Sur la planète, neuf citadins sur dix vivent dans une ville à l’air chargé en particules fines, selon un récent rapport de l’Organisation mondiale de la santé. Quels sont les risques de ces poussières fines, et peut-on les prévenir? Réponses avec un spécialiste de la question.
Videos sur le meme sujet

Asthme: mieux vivre avec

Respirer à plein poumon est un luxe dont les asthmatiques doivent malheureusement parfois se passer. Heureusement on sait aujourd'hui qu'il est souvent possible de bien vivre avec son asthme. Rencontre avec le Prof Jean-Marie Tschopp dans cette vidéo.
Symptômes sur le meme sujet
homme qui tousse

Toux grasse

J’ai une toux avec des expectorations (crachats)