Sodas et sucres ajoutés: de vrais dangers pour le cœur et les artères

Dernière mise à jour 25/02/14 | Article
Sodas et sucres ajoutés: de vrais dangers pour le cœur et les artères
Une étude américaine met en lumière l’impact redoutable des apports sucrés dans la genèse des maladies cardiovasculaires.

On sait que sous toutes ses formes (brun, blanc, en morceaux, en poudre, de canne ou de betterave), le saccharose demeure notre meilleur ennemi. Il est notamment vecteur d'obésité et de diabète. Depuis des années de nombreuses campagnes préventives ont été mises en place pour sensibiliser le public. Sans succès: la consommation de sucre par habitant a tendance à augmenter sur tous les continents. Outre l'irresponsabilité des consommateurs, l'industrie agro-alimentaire est ici mise en cause: elle incorpore de plus en plus de glucides de synthèse à ses préparations. C’est le cas notamment avec le sirop de glucose ou les sirops de maïs enrichis en fructose. On parle alors de «sucres ajoutés».

Sucres et mortalité

Une étude qui vient d'être publiée dans la revue JAMA Internal Medicine1 s'intéresse aux liens existant entre ces sucres ajoutés et la mortalité prématurée par affections cardiovasculaires.

Les chercheurs rappellent que plusieurs études épidémiologiques ont déjà établi un lien entre le sucre ajouté et l'apparition de maladies cardiovasculaires (MCV). Mais ils ajoutent aussi qu'il existait peu de travaux sur les liens existants entre la consommation de sucre ajouté et la mortalité associée à ces mêmes MCV.

Apports caloriques journaliers

L'équipe américaine qui a mené cette étude a analysé les résultats d'une enquête nationale sur la santé afin de déterminer la consommation de sucre des adultes aux Etats-Unis (en termes d'apports journaliers en calories). Selon la Harvard School of Public Health, l'Américain moyen consomme environ l’équivalent de vingt-deux cuillerées de sucre ajouté par jour. Les chercheurs ont analysé les données médicales, la consommation de sucre et les taux de mortalité associés aux affections cardio­vasculaires chez plus de 11 000 Américains adultes sur quinze ans en moyenne.

Les chercheurs ont découvert que l'apport énergétique quotidien en sucre ajouté avait augmenté entre les périodes 1988-94 et 1999-2004 (de 15,7% à 16,8%), pour revenir à 14,9% pendant la période 2005-2010. Chez 71,4% des Américains adultes, le sucre ajouté constitue 10% ou plus des apports énergétiques quotidiens. Chez 10% d'entre eux, cette proportion atteint – ou dépasse – les 25%.

Sodas sucrés

Selon l'équipe de Quanhe Yang, des apports caloriques quotidiens de sucre ajouté situés entre 17 et 21% des apports caloriques totaux, correspondent à une augmentation de 38% du risque de MCV par rapport à une consommation en sucre ajouté représentant 8% des apports totaux. Au-delà de 21% de sucre ajouté, ce risque est multiplié par deux, et presque par trois au-delà de 25%.

Les chercheurs américains soulignent également qu'une consommation régulière de sodas sucrés (soit sept portions ou plus par semaine) entraîne une augmentation des risques. Et pour cause: une seule cannette de soda contient 140 calories de sucre ajouté – soit environ 7% des apports énergétiques quotidiens d'une personne consommant environ 2000 calories par jour.

Sous la barre des 10%

«Nos constatations indiquent que la plupart des adultes américains consomment une quantité de sucre ajouté supérieure à celle qui est recommandée dans le cadre d'un régime alimentaire équilibré. Nous avons observé un lien significatif entre la consommation de sucre ajouté et l'augmentation de la mortalité associée aux MCV», concluent les auteurs de l’étude. Ils nous conseillent de restreindre notre consommation quotidienne de sucre ajouté en-deçà de la barre des 10% des apports énergétiques. Et de laisser les sodas sucrés dans les rayonnages des supermarchés.

Préfiguration

«On change de paradigme. Finalement, le sucre ne fait pas juste grossir en apportant des "calories vides", mais peut nous rendre malades », a expliqué au quotidien français Le Figaro le Pr Jacques Blacher, cardiologue (Hôtel-Dieu de Paris), en commentant cette étude. Pour lui, ces données épidémiologiques sont très inquiétantes même s’il faut pondérer: les comportements alimentaires sur le Vieux Continent ne sont pas superposables à ceux des Américains du fait notamment d’une consommation moins importante de sodas. La question est de savoir si l’actuelle si­tuation américaine ne préfigure pas la situation qui prévaudra bientôt de ce côté-ci de l’Atlantique.

 

1. L’étude a été menée par l'équipe de Quanhe Yang, de la Division for Heart Disease and Stroke Prevention aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Un résumé (en anglais) est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
epidemie_soda_occidentaux

Une épidémie de maladie du soda menace les Occidentaux

La maladie du foie gras humain fait de plus en plus parler d’elle. Elle pourrait concerner près d’un quart de la population et, chez certaines personnes, conduire à des complications sévères. Bonne nouvelle: dans la plupart des cas, une bonne hygiène de vie peut suffire à faire régresser la maladie.
sus_au_cholesterol

Sus au cholestérol

Quand il est en excès dans le sang, le «mauvais» cholestérol peut conduire à un infarctus ou un accident vasculaire cérébral. Outre les statines souvent décriées, un nouveau médicament fait baisser son taux.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi les sodas font-ils grossir?

A toute saison, mais spécialement en été, on a souvent tendance à vouloir se désaltérer avec des sodas.

Le comment du pourquoi: excès de sucre dans le sang

Pourquoi peut-on avoir trop de sucre dans le sang?

Manger gras pour rester en bonne santé?

C'est le sucre qui nous rend malades, pas le gras! Diabète, obésité, syndromes métaboliques et foie gras sont le résultat de la montagne de sucre que nous avalons, y compris dans les produits allégés.