Embonpoint et longévité

Dernière mise à jour 06/02/13 | Article
Embonpoint et longévité
Alors qu'un poids excessif réduit notre espérance de vie, un léger embonpoint pourrait nous faire vivre plus longtemps. Tel est le résultat surprenant auquel parvient l'analyse récente de 97 études médicales, ayant impliqué près de 3 millions d'adultes dans le monde entier.

Il y a plus de 70 ans, une compagnie d'assurance américaine avait constaté que le poids corporel des individus était étroitement associé à leur longévité. Et que notre espérance de vie était statistiquement la plus grande lorsque notre poids n'avait pas trop évolué depuis l'âge de 25 ans.

Depuis lors, le message est resté plus ou moins le même, mais le critère s'est beaucoup affiné.

La stricte notion de poids a en effet été remplacée par ce que l'on nomme désormais l'indice de masse corporelle, ou IMC (BMI en anglais). Cet indice est calculé en divisant le poids de l'individu, exprimé en kilogrammes, par le carré de sa taille, exprimée en mètres. Ainsi, un sujet pesant 100 kilos et mesurant 2 mètres a un IMC de 25.

Il était admis jusqu'alors, selon les normes établies par l'OMS en 1997, qu'un poids "normal" (celui qui était associé au risque le plus faible d'être victime d'une série de pathologies, maladies cardiaques en tête) était caractérisé par un IMC situé entre 18,5 et 25. En dessous de 18,5 l'individu était considéré comme trop maigre, et un IMC de 25 à 30 traduisait un surpoids ou une "pré-obésité". Ce n'est qu'au-delà d'un IMC de 30 que le sujet commençait à être qualifié d'obèse.

Changement de perspective

Or, les choses vont devoir être considérées dès maintenant sous un tout autre jour, à la lumière de l'étude que vient de publier le très réputé Journal de l'Association Médicale Américaine (JAMA) sous la direction de Katherine Flegal, du Centre National de la Statistique des Etats-Unis. Son analyse a repris les données de 97 études médicales prospectives déjà publiées et ayant porté sur les conséquences pour la santé d'un surpoids ou d'une obésité. Elles ont été sélectionnées selon des critères très sévères parmi plus de 4000 publications.

Katherine Flegal a systématiquement mis ces chiffres en relation avec le taux de mortalité des individus, toutes causes de décès confondues, et en a tiré le risque relatif, pour diverses catégories, par rapport à un individu dit normal, c'est-à-dire ayant un IMC compris entre 18.5 et 25. Il s'avère dès lors que si un IMC de 30 à 40, caractéristique des divers degrés de l'obésité, est associé globalement à un risque de mortalité de 23% plus élevé, un léger embonpoint ou une petite surcharge pondérale pourrait au contraire nous faire vivre plus longtemps.

Quand on regarde les chiffres en détail, on se rend compte que les 270'000 décès recensés par l'ensemble de ces études se répartissent de façon très inégale selon l'IMC de l'individu, valeur dûment enregistrée au début de chaque étude. On constate par exemple que les individus présentant une obésité modérée (IMC compris entre 30 et 35) ne courent finalement pas un risque statistiquement plus grand que les sujets «normaux».

Les vertus de l'embonpoint

Mieux, et encore plus surprenant: ceux dont l'IMC trahit un léger surpoids (de 25 à 30) se révèlent avoir un risque de décès inférieur de 6%, et cet avantage monte même à 10% pour les sujets de plus de 65 ans présentant un tel embonpoint!

Or, cette découverte est loin d'être anodine, quand on réalise – sur la base des statistiques disponibles en Angleterre, au Canada et aux Etats-Unis – qu'environ 40% d'hommes et 30% de femmes font partie de cette catégorie des individus «enveloppés». On peut donc imaginer que ces résultats vont tempérer un peu l'ardeur des ayatollahs de la silhouette idéale.

Cela étant, et même si les conclusions de Katherine Flegal paraissent très solides compte tenu du nombre d'individus considérés, l'indice de masse corporelle ne constitue pas une référence absolue, pour évaluer le risque que fait courir à la santé un petit embonpoint ou une obésité légère. On estime en effet aujourd'hui qu'il faut lui associer la mesure du tour de taille (plus précisément la circonférence abdominale), qui peut mieux prendre en compte la distribution corporelle de la graisse ainsi que la graisse viscérale, dont découle par exemple le risque cardiovasculaire.

Enfin, cette étude ne concerne que le risque de décès, mais n'évoque pas les diverses pathologies que peut favoriser un IMC plus ou moins élevé. Il s'agit donc de relativiser quelque peu les bonnes nouvelles ci-dessus avant de se jeter sans retenue sur le chocolat…

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
epidemie_soda_occidentaux

Une épidémie de maladie du soda menace les Occidentaux

La maladie du foie gras humain fait de plus en plus parler d’elle. Elle pourrait concerner près d’un quart de la population et, chez certaines personnes, conduire à des complications sévères. Bonne nouvelle: dans la plupart des cas, une bonne hygiène de vie peut suffire à faire régresser la maladie.
Bouger dès le berceau

Bouger dès le berceau

L’activité physique est en baisse constante et inquiétante depuis plusieurs décennies chez les enfants. La Suisse a l'ambition de revaloriser l’activité physique et de la promouvoir dès le plus jeune âge.
obesite_accompagnement_fondamental

Obésité et perte de poids: l’accompagnement est fondamental

Pour une personne obèse voulant perdre du poids, les simples régimes diététiques sont à bannir: les approches globales et combinées sont bien plus efficaces. Et l’accompagnement du patient dans ce changement est déterminant.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi les sodas font-ils grossir?

A toute saison, mais spécialement en été, on a souvent tendance à vouloir se désaltérer avec des sodas.

La recherche fondamentale lutte contre l'obésité

Combattre l’obésité sans régime alimentaire astreignant ou intervention chirurgicale sera peut-être bientôt possible.

Les polluants "obésogènes"

Certains polluants, comme les perfluoroalkils ou PFAS, auraient un effet sur la prise de poids.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.