Une alimentation riche en fibres pourra-t-elle prévenir le diabète?

Dernière mise à jour 09/05/12 | Article
Céréales et fruits
Une équipe de chercheurs français vient de découvrir le rôle méconnu que peut jouer la flore intestinale. Une piste intéressante pour corriger l’apparition de troubles du métabolisme. On attend les expériences en vrai grandeur pour le démontrer.

Chacun sait que nous ne réagissons pas de la même manière à des apports alimentaires identiques. Il reste encore pour une large part à en comprendre les raisons. Une découverte réalisée par un groupe de chercheurs français vient ici combler une lacune et laisse entrevoir de possibles perspectives thérapeutiques. Il s’est intéressé à l’impact sur la flore intestinale des alimentations riches en graisses. Et il conclut que la composition de cette flore est directement impliquée dans la façon dont l’organisme développe certaines pathologies métaboliques comme le diabète. Ce travail vient d’être publié dans Gut, revue internationale de gastroentérologie et d’hépatologie. Il a été dirigé par Rémy Burcelin et Matteo Serino, (unité «Institut des maladies métaboliques et cardiovasculaires», Université Paul Sabatier-Toulouse, Institut national français de la santé et de la recherche médicale).  

S’intéresser aux dérèglements du corps humain réclame, bien souvent, de se pencher sur cet univers bien méconnu qu’est la flore intestinale; on parle aussi – la terminologie est nettement plus moderne, du microbiote intestinal. Il s’agit tout simplement de l’ensemble des bactéries vivant dans notre tube digestif. Soit un nombre incalculable appartenant à environ mille espèces bactériennes différentes se nourrissant plus ou moins de ce que nous ingérons pour nous nourrir. La chose n’est pas simple. Mais elle se complique bigrement quand on sait que chaque individu est doté d’une flore intestinale spécifique et d’un métabolisme qui varie selon ce dont il se nourrit.

Chez la souris, des études précédentes avaient déjà montré qu’une alimentation riche en graisses est capable de déséquilibrer la flore intestinale, entraînant ainsi l’apparition de maladies métaboliques comme le diabète ou l’obésité. Les auteurs de la publication de Gut  ont étudié durant trois mois l’action d’une «alimentation grasse» sur la flore intestinale chez des souris mâles du même âge ayant toutes le même profil génétique. Par «alimentation grasse», on entend alimentation susceptible d’induire un diabète, non une obésité. La plupart de ces souris sont devenues diabétiques en restant maigres mais quelques-unes, toujours maigres, sont restées non-diabétiques. Pourquoi?

L’équipe a d’abord voulu confirmer l’hypothèse selon laquelle la flore intestinale est bien impliquée dans la façon dont l’organisme réagit face à un régime alimentaire riche en gras. Elle s’est alors intéressée  aux «profils microbiens» de différents types de souris (souris maigre-diabétique et souris maigre non- diabétique). Les chercheurs ont alors montré que les bactéries de la flore intestinale n’étaient pas présentes en même quantité chez les souris, selon que ces dernières étaient ou non diabétiques. Les souris maigres-diabétiques sont caractérisées par une flore composée majoritairement de bactéries de type Bacteroidetes  à la différence des souris maigres non-diabétiques, caractérisées par une flore composée majoritairement de bactéries de type Firmicutes.

Question: la flore intestinale est-elle la cause ou la conséquence des maladies métaboliques? 
 Pour répondre, l’équipe de Rémy Burcelin a modifié directement la flore intestinale d’un groupe de souris en ajoutant des fibres alimentaires (gluco-oligosaccarides) à leur régime en haute teneur en graisse. «La plupart des caractéristiques physiologiques ont été modulées par l’ajout de ces fibres. Le métabolisme des souris traitées avec ces fibres est proche de celui des souris maigres et non diabétiques, précise Matteo Serino. Cependant, la flore intestinale des souris traitées par les fibres est devenue très différente.» 

Pour les chercheurs, il semble clair que, selon son profil, la flore intestinale pourrait orienter le métabolisme de l’organisme vers un état diabétique ou non. Certes, on ne peut pas comparer la flore bactérienne d’une souris à celle d’un homme, il n’y a que 2% seulement de superposition entre les deux flores. Pour autant certains mécanismes inflammatoires liés à certaines bactéries, comme le Faecalibacterium prausnitzii, semblent être les mêmes. Pour ces chercheurs les bactéries présentent dans la flore intestinale pourraient à elle seules prédire la survenue ultérieure d’un diabète. 

Il est d’autre part selon eux possible que des rations alimentaires supplémentaires en fibres (ciblant la flore intestinale) puisse prévenir l’apparition de maladies métaboliques (comme le diabète) et ce même en cas d’une alimentation  riche en graisses. Qu’attend-on pour abandonner les souris lancer des études cliniques en vrai grandeur sur l’homme afin d’en avoir le cœur net et de faire œuvre utile?  

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
lait_clair_obscur

Le lait, un produit en clair-obscur

Il jouissait d’une image de santé, voire de pureté. Aujourd’hui, le lait suscite la méfiance. Faut-il continuer à en boire? Éléments de réponse.
 faim_satiete

Faim et satiété: l’important est de s’écouter

Les besoins nutritionnels varient d’une personne à l’autre. Ils évoluent également avec l’âge et en fonction de l’activité physique. L’important est de savoir s’écouter et de manger à satiété, ni trop, ni pas assez. Conseils et gourmandise avec les livres Bien manger pour ma santé*.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Videos sur le meme sujet

Charcuterie et viande cancérogènes

L’annonce a rapidement fait le tour des médias: le Centre international de recherche sur le cancer considère la viande rouge comme "probablement cancérogène pour l’homme".

Huile de palme : la Palme de la malbouffe

Savons-nous vraiment ce que l'on mange?