Les additifs alimentaires sont (presque) sans danger

Dernière mise à jour 23/08/13 | Article
Les additifs alimentaires sont (presque) sans danger
Sodas, biscuits, chips, charcuterie ou surimi: tous ces aliments, et bien d’autres encore, contiennent des additifs.

Ces substances sont ajoutées lors de la préparation des produits afin d’améliorer leur goût, leur aspect ou de faciliter leur conservation. Mais certaines suscitent des inquiétudes, en raison de possibles effets négatifs sur la santé. Faut-il pour autant les chasser de nos assiettes? Consultés à ce sujet, deux experts de la nutrition se montrent rassurants.

Il existe plusieurs centaines d’additifs alimentaires, synthétiques ou d’origine naturelle. Selon la législation suisse, les additifs utilisés dans la fabrication d’un aliment doivent obligatoirement figurer dans la liste de ses ingrédients. Ils peuvent y apparaître sous leur nom courant (par exemple, la «tartrazine» est un colorant jaune) ou sous un code commençant par la lettre E suivie d’un nombre (pour la tartrazine: E102).Ce code classe les additifs autorisés selon leur usage: les E100 désignent les colorants, les E200 les conservateurs, les E300 les antioxydants (qui protègent les produits de la dégradation due à l’oxygène), etc.

Les additifs alimentaires sont (presque) sans danger

Pas de valeur nutritive

Employés à des fins techniques ou pour accroître le plaisir du consommateur, les additifs n’ont que rarement une valeur nutritive.«Les seuls qui ont un intérêt nutritionnel sont, à ma connaissance, certaines vitamines, telles que l’acide ascorbique (ou vitamine C), employée comme antioxydant», explique Dimitrios Samaras, médecin nutritionniste consultant auprès des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Mais les additifs ne sont pas pour autant inutiles: «Les conservateurs, par exemple, concourent à la diversité et à la sûreté de notre alimentation, en nous offrant des produits capables de supporter le transport», poursuit le médecin. Et si les arômes, exhausteurs de goût et autres colorants n’ont pas d’utilité en soi, certains font partie du paysage alimentaire – quel fabricant lancerait un yaourt à la fraise sans lui donner une jolie couleur rose?

Mais quelles incidences ont tous ces additifs sur la santé? Certaines études suggèrent qu’ils ne sont pas sans danger. En 2007, des colorants (dont la tartrazine) et l’acide benzoïque (utilisé comme conservateur) ont été montrés du doigt en raison de leur rôle supposé dans le développement de l’hyperactivité chez les enfants. Et en 2010, des chercheurs ont montré qu’une forte consommation d’aspartame, édulcorant de synthèse très utilisé dans les produits allégés, pouvait entraîner un risque accru de cancer chez les rats. Une étude danoise parue la même année montrait un risque augmenté d’accouchement prématuré chez les femmes enceintes qui consomment beaucoup de boissons light. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) n’a cependant pas jugé les résultats de ces études suffisamment significatifs pour interdire les additifs incriminés. Selon l’autorité suisse de santé, seuls de rares cas d’allergie ou d’hypersensibilité à certains additifs sont avérés (voir infographie).

«Tous les additifs ont dû faire la preuve de leur innocuité avant d’être autorisés, on peut donc en consommer occasionnellement sans danger», estime pour sa part Dimitrios Samaras. Quant à la diététicienne Lucie von Niederhäusern, elle rappelle que la dose journalière admissible pour chaque additif, ou «DJA», est calculée de manière très prudente. La réglementation se fonde sur des études menées sur des animaux pour déterminer la quantité à partir de laquelle une substance est dangereuse pour leur santé. Cette quantité est ensuite divisée par cent pour fixer la DJA applicable à l’être humain, exprimée en milligrammes par kilo de masse corporelle.

Si la limite admissible est difficile à atteindre pour un adulte, même grand consommateur de produits riches en additifs – beaucoup ont été soupçonnés d’augmenter les risques de cancer, mais les études ont jusqu’à présent toujours démontré le contraire –, les enfants peuvent y parvenir assez rapidement: «On estime par exemple qu’un enfant de 3 ans qui consommerait chaque jour un flan et un soda light serait au-dessus de la limite recommandée pour certains édulcorants», précise Lucie von Niederhäusern, qui recommande de ne pas donner ce type de produits aux plus jeunes.

Effets «cocktail»

Mais on connaît encore mal les effets «cocktail», quand de nombreux additifs sont pris simultanément pendant de nombreuses années. Et malgré l’attitude rassurante de l’OFSP, il est sûr que certains d’entre eux doivent être pris en quantités restreintes, comme les nitrates et les nitrites. Utilisés pour conserver et colorer en rose la charcuterie et la viande industrielles, ils se transforment en nitrosamines et sont alors cancérigènes.

En collaboration avec

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
 faim_satiete

Faim et satiété: l’important est de s’écouter

Les besoins nutritionnels varient d’une personne à l’autre. Ils évoluent également avec l’âge et en fonction de l’activité physique. L’important est de savoir s’écouter et de manger à satiété, ni trop, ni pas assez. Conseils et gourmandise avec les livres Bien manger pour ma santé*.
vegetarien_sain

Manger végétarien, c’est sain!

Se passer de viande, c’est bon pour la santé. Attention toutefois aux carences, surtout si l’on est végétalien.
Videos sur le meme sujet

Fruits et légumes trop pauvres en micronutriments: attention carences!

Nous mangeons toujours plus et sommes de moins en moins nourris.

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.

Aliments fonctionnels: ces aliments qui vous veulent du bien

Aujourd'hui, à l'heure de faire ses courses, le consommateur se trouve face à une multitude de produits qui disent agir pour sa santé. Alors que penser des ces aliments dits "fonctionnels"? L'Antidote fait le point avec des diététiciennes, des consommateurs, des industriels, un sociologue et un spécialiste du marketing.