Boire de l'eau vivifie

Dernière mise à jour 30/05/12 | Article
Tout le monde sait qu’il faut boire, et surtout de l’eau. Mais quelle eau boire et est-ce différent si on est malade ou bien portant? Le point avec Fanny Merminod, diététicienne au service des maladies osseuses des HUG.

Quelle quantité doit-on boire quotidiennement?

On estime qu’il faut 30-35 ml par kilo de poids corporel chez un adulte en bonne santé avec un niveau d’activité physique faible à moyen afin de couvrir ses besoins en eau pour compenser les pertes (urine, selles, respiration, transpiration et évaporation imperceptibles). On parle donc de la quantité totale de liquide quotidienne. On compte 1 litre issu des aliments: principalement des fruits et légumes, viandes et poissons. Et 1 à 2 litres qui proviennent des boissons.

Qu’est-il conseillé de boire?

D’abord de l’eau, du robinet ou minérale, ou des tisanes, aux fruits, aux herbes. Le café, le thé noir et le thé vert, contenant de la caféine, contribuent également à l’hydratation. Toutefois il est recommandé de les consommer  avec modération et en fonction de sa tolérance personnelle. On suggère de limiter bien sûr les boissons sucrées, qui sont davantage des produits plaisir car apportant beaucoup de calories via le sucre. Les boissons lights (le sucre a été partiellement ou complètement remplacé par des édulcorants) sont une alternative aux boissons sucrées. Néanmoins, si la consommation est habituelle, elle ne devrait pas dépasser le demi-litre par jour. On s’habitue très vite au goût sucré de ces boissons donc il faut être prudent.

Si vraiment vous avez envie d’en boire, autant privilégier le light mais pas plus d’un demi-litre par jour chez l’ado, l’adulte ou la personne âgée.

Quand est-il recommandé de boire plus?

Les besoins hydriques  sont considérablement augmentés lors de grandes chaleurs, évidemment. Mais aussi lorsque l’on pratique une activité physique ainsi que dans des cas particuliers de fièvre, diarrhées ou vomissements. Puisque les fruits et légumes contiennent 80-95% d’eau, moins on en mange, plus il faut se ravitailler en boissons.

Quelle différence entre l’eau minérale et l’eau du robinet?

Toutes les eaux sont soumises à l’ordonnance fédérale sur l’eau potable, qu’elles proviennent du robinet ou du commerce. L’eau du robinet en Suisse est très contrôlée, saine et équilibrée. Elle est donc plus que potable! Si l’eau est rougeâtre c’est plutôt un problème de tuyauterie… Elle peut provenir du lac, des nappes phréatiques ou des sources. Tout dépend de l’où on habite et de la saison. De plus d’un point de vue écologique et économique, elle est la plus adéquate. Les eaux minérales (en bouteille) ont des teneurs en sels minéraux très variables selon les marques. Les compositions sont indiquées sur l’étiquetage des bouteilles. Une eau minérale aura toujours la même composante nutritionnelle. Certaines sont appelées calciques car contiennent beaucoup de calcium, d’autres magnésiennes, sodiques ou encore ferrugineuses. D’autres ne sont pas particulièrement riches en certains minéraux et sont donc semblables à l’eau du robinet. En conclusion, pour les gens en bonne santé, à part le goût et le prix, il n’y a pas de raison scientifique à privilégier l’eau minérale ou celle du robinet.

Doit-on faire attention avec les eaux minérales si on est malade?

Attention aux eaux minérales fortement minéralisées. Elles peuvent être parfois conseillées ou déconseillées si on souffre de certaines pathologies telles que les maladies rénales, les calculs rénaux,…

Par exemple, dans le cas d’une alimentation pauvre en calcium, une eau minérale de plus de 300 mg de calcium par litre être une bonne alternative aux produits laitiers. En cas de troubles cardiaques ou d’hypertension, il est recommandé d’être attentif à la teneur en sodium (composant du sel) de l’eau. Lisez bien les étiquettes et si besoin, n’hésitez pas à poser la question à votre médecin.

Faut-il boire avant ou pendant les repas?

Il n’est pas possible de faire des réserves d’eau. C’est pourquoi, il est recommandé de boire régulièrement tout au long de la journée. Boire avant, pendant ou entre les repas est une habitude personnelle. Néanmoins, pour les gens qui manquent d’appétit, comme les personnes âgées, c’est mieux de ne pas boire avant car ça remplit l’estomac et de privilégier les boissons en fin ou entre les repas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
lait_clair_obscur

Le lait, un produit en clair-obscur

Il jouissait d’une image de santé, voire de pureté. Aujourd’hui, le lait suscite la méfiance. Faut-il continuer à en boire? Éléments de réponse.
 faim_satiete

Faim et satiété: l’important est de s’écouter

Les besoins nutritionnels varient d’une personne à l’autre. Ils évoluent également avec l’âge et en fonction de l’activité physique. L’important est de savoir s’écouter et de manger à satiété, ni trop, ni pas assez. Conseils et gourmandise avec les livres Bien manger pour ma santé*.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Videos sur le meme sujet

Charcuterie et viande cancérogènes

L’annonce a rapidement fait le tour des médias: le Centre international de recherche sur le cancer considère la viande rouge comme "probablement cancérogène pour l’homme".

Huile de palme : la Palme de la malbouffe

Savons-nous vraiment ce que l'on mange?

Végétariens: le nouveau régime santé?

Aujourd'hui, renoncer à la viande est tendance.