Le café, bon pour la santé

Dernière mise à jour 16/02/18 | Vrai/Faux
Puls_cafe_bon_sante
Les études sur les bienfaits du petit noir se multiplient, alors que la croyance populaire pense le contraire. Explications corsées du Dr Thierry Favrod-Coune, médecin adjoint à l’unité des dépendances des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).

«Boire du café est associé à une diminution de la mortalité»

Vrai. De très grandes études ont encore confirmé en 2017 que, sur une période de 16 ans, la mortalité des plus grands buveurs de café –quatre tasses et plus par jour– était de 10 à 15% moins élevée que celle des non consommateurs. Cela en lien avec la diminution de la survenue de maladies cardiovasculaires, de diabète, de maladies du foie et de la maladie de Parkinson. On parle d’association entre la baisse de la mortalité et la consommation parce que la nature de ces études (observationnelles) ne permet pas d’affirmer scientifiquement un lien.

«Le café crée une dépendance»

Faux. Le café ne remplit pas le minimum de critères requis pour définir une dépendance en tant que maladie. Néanmoins, la moitié des buveurs réguliers de café peuvent ressentir un manque à l’arrêt de la consommation.

«Il augmente la vigilance, la concentration et la mémorisation»

Vrai. En particulier chez les personnes fatiguées. Le café provoque ces effets psychostimulants bénéfiques, ce qui peut être recherché par des étudiants ou des personnes en apprentissage par exemple. Certaines études, menées sur des chauffeurs professionnels, ont également prouvé une diminution des accidents de la route si ces conducteurs carburent à la caféine.

«Il augmente la tension»

Faux. La caféine peut augmenter de façon transitoire la tension artérielle chez les personnes qui ne sont pas habituées à en consommer, mais elle n’a pas d’effets significatifs sur celle des buveurs réguliers.

«Le café contient des composants chimiques bénéfiques»

Vrai. Dans les plus de mille composants chimiques que compte le café se cachent des dizaines de principes bioactifs. Parmi eux, l’acide chlorogénique, qui réduit le stockage des graisses, et des antioxydants, ces molécules qui protègent les cellules de l’organisme de l’effet des radicaux libres.

_______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
chocolat_trouble_rythme

Du chocolat contre un trouble majeur du rythme cardiaque

Le chocolat, réputé bon pour le cœur, pourrait aussi réduire indirectement le risque d'attaque cérébrale. Notamment en abaissant le risque de fibrillation auriculaire, le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent, bien que trop méconnu.
Départ pour un sprint

L'exercice physique agit sur notre ADN

Il ne fait plus de doute que le sport est bénéfique pour la santé. Rien de tel en effet pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, de dépression ou d’obésité. Mais quels sont les impacts exacts de cette pratique sur notre organisme?
Vous aimez le café? Buvez en paix!

Vous aimez le café? Buvez-en en paix!

Le fait de boire du café n'est pas une «décision de santé». En réalité, le café n'est ni bon, ni mauvais pour la santé.
Videos sur le meme sujet

Les vertus du chocolat pour la santé

Les Suisses sont parmi les plus grands mangeurs de chocolat au monde et nombreux sont ceux qui culpabilisent d’aimer cette gourmandise.