Les vertus du chocolat pour la santé

Dernière mise à jour 08/08/16 | Audio
Loading the player ...
Les Suisses sont parmi les plus grands mangeurs de chocolat au monde et nombreux sont ceux qui culpabilisent d’aimer cette gourmandise.

Pourtant, ce plaisir gourmand a d’importantes propriétés nutritives et des effets très positifs et très sérieux sur la santé.

Les détails avec Hervé Robert, médecin nutritionniste qui a enseigné pendant vingt-cinq ans à la Faculté de Médecine Paris XIII. Un sujet d'Anouck Merz.

En nouvelle diffusion.

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Microbiote

Les bactéries: amies et ennemies du corps

Le ventre est en train de devenir le centre d’attention des chercheurs et scientifiques du monde entier.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
cafe_jour_reduit_mortalite

Consommer 3 à 5 tasses de café par jour réduit la mortalité

Le petit noir est bon pour le cœur et les artères. Il protège aussi contre le diabète, la dépression, voire la maladie d’Alzheimer et, globalement, il augmente l’espérance de vie.
PULS_chocolat_ami_sante

Chocolat: préférez-le amer

Avec 10,5 kg par personne et par an, les Suisses comptent parmi les plus gros consommateurs de chocolat au monde. Une aubaine pour leur santé? Le Dr Dimitrios Samaras*, médecin consultant de l’Unité endocrinologie et nutrition des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), nous dit tout.
Le café, bon pour la santé?

Le café, bon pour la santé?

Les études décrivant les bénéfices du petit noir sur la santé se multiplient. Les médecins des Hôpitaux universitaires de Genève discutent les résultats les plus récents sur le sujet.
Videos sur le meme sujet

Des aérosols pour lutter contre le cancer

Stéphane Délétroz sʹintéresse à un nouveau traitement très prometteur des cancers situés dans la région de l'abdomen.

Manger à sʹen rendre malade

Le trouble dʹaccès hyperphagiques est classé comme une maladie psychiatrique depuis 2013.

Sucre et grossesse : gros dangers

Le diabète gestationnel est devenu la complication de grossesse la plus commune. Il augmente les risques, à court terme comme à long terme, pour la mère, mais aussi pour l’enfant.