Traitement de l’addiction: sortir de l’ornière

Dernière mise à jour 15/02/15 | Article
Le traitement de l’addiction constitue une prise en charge globale qui engage les valeurs du patient, sa vie et sa place dans la société.

Sortir de l’addiction, c’est changer ses habitudes de vie. «C’est facile à dire. Mais cela n’a rien à voir avec les bonnes résolutions de nouvel an. Nous nous situons ici à un tout autre niveau de profondeur. Le patient doit revoir entièrement son système de valeurs, échafauder un nouveau plan de vie et s’y projeter. C’est un processus ardu, complexe et qui prend du temps», explique la Dresse Rita Manghi, médecin adjointe au service d’addictologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Les personnes addictes et l’addiction elle-même sont victimes de préjugés. On a vite classé ceux qui en souffrent dans la catégorie des êtres sans volonté et trop faibles pour résister à des tentations faciles. La réalité est autre. Au départ, la consommation excessive d’alcool ou de stupéfiants, de jeux d’argent ou de sexe sont des comportements qui s’inscrivent dans la vie comme de vraies solutions aux problèmes existentiels. Sauf qu’avec le temps les conséquences négatives de cette attitude prennent le dessus. «D’une certaine façon, l’addiction est, sur le moment, une solution bénéfique qui a mal tourné avec le temps», reprend la psychiatre. Et quand les gens frappent à la porte du service d’addictologie, ils ont généralement un pistolet braqué dans le dos: un divorce, un licenciement, une maladie grave ou des dettes abyssales...

Agir vite

La prise en charge commence dès l’accueil, dès le premier appel téléphonique du patient. C’est l’étape initiale de la thérapie. Là, il faut agir vite. Pas question de faire attendre trois semaines quelqu’un qui a décidé d’appeler un médecin après des mois, voire des années d’atermoiements. «En règle générale, la première consultation, c’est tout de suite ou demain. Au pire, dans la semaine. Il est toujours urgent d’accueillir la demande», martèle la Dresse Manghi.

Deuxième étape: l’évaluation globale du patient. Le psychiatre dresse un état des lieux général de sa situation médicale, psychologique et sociale. Quels sont ses ressources personnelles, son réseau social, affectif ou professionnel? Cette évaluation est multidisciplinaire. Elle implique le patient et la compréhension qu’il a de ses problèmes.

Le thérapeute s’efforce également de mettre au jour d’éventuelles pathologies psychiques sous-jacentes: un trouble anxieux, une dépression, etc. «Dans mon expérience, l’addiction est une maladie chronique qui voyage rarement seule», image la médecin adjointe.

Réinsertion sociale

L’enjeu du traitement est d’inscrire le changement dans la durée. Ce résultat ne peut être atteint qu’à l’issue d’une reconstruction psychologique en profondeur. Et pour autant que celle-ci débouche sur l’élaboration d’un projet de vie solide dans lequel la consommation compulsive et nocive n’a plus sa place.

C’est une démarche de longue haleine. Elle ne peut se faire que si le patient est considéré comme un collaborateur. Pour commencer, le thérapeute accompagne la personne dans l’identification de son système de valeurs, des représentations mentales et du projet de vie souhaité qui le structurent. Il agit ensuite à la manière d’un guide pour favoriser le travail d’introspection consistant à identifier les changements de comportement visés en fonction de ses aspirations de vie.

Le projet de vie sert de fondation et de charpente aux changements de comportements qui sont régulièrement réévalués selon des critères identifiés par le patient. Bien construite, la réflexion autour du projet et des aspirations de vie évite la rechute à la moindre contrariété, à un revers amoureux ou à une déconvenue professionnelle.

La reconstruction psychologique s’accompagne d’une action de réinsertion sociale. «Nous profitons de la délocalisation de nos lieux de soins pour impliquer les patients dans des initiatives citoyennes. Nous pouvons par exemple les faire participer à l’organisation d’une fête de quartier. Bref, vous l’aurez compris, on ne traite pas une addiction comme un abcès dentaire. C’est une remise en question globale, une réflexion qui engage les valeurs profondes du patient et sa place dans la société», conclut la Dresse Rita Manghi.

A LIRE AUSSI

Alcool

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Drogues
interview_luscher_addiction

«L’addiction et la dépendance sont deux choses différentes»

Ces phénomènes n’affectent pas le cerveau de la même manière. Éclairages de Christian Lüscher, neuroscientifique...
Lire la suite
Tabac
Cancer du fumeur: pourquoi la cigarette de l’aube est plus dangereuse que les autres?

Cancer du fumeur: pourquoi la cigarette de l’aube est plus dangereuse que les autres?

Tous les fumeurs ne développent pas de cancer. Cette différence est-elle due à des comportements différents...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS46_daeppen_addictions

«L’addiction est une maladie du désir»

Spécialiste de la prévention et du traitement des addictions, le Pr Jean-Bernard Daeppen est chef du Service de médecine des addictions au sein du Département de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Dans son livre La maladie du désir* (Éd. JC Lattès), il ouvre la porte de sa consultation pour aider les lectrices et les lecteurs à porter un regard différent sur cette maladie. À travers des récits sensibles, il invite les patients et leurs proches à ne jamais baisser les bras.
LMD_addictologie_4.0

Le numérique au service de l’addictologie

Les outils de santé digitale se développent de plus en plus, y compris dans le monde de l’addictologie. Très utiles pour la prévention, ils complètent l’arsenal thérapeutique classique.
LMD_alcool_trop_combien

Alcool: trop, c'est combien?

Pour trinquer, célébrer, se détendre… l'alcool est invariablement au rendez-vous. Le problème, outre ses conséquences sur la santé, tient dans sa fâcheuse tendance à se rendre indispensable au fil du temps. Quelles sont les limites d'une consommation «normale»?
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Jean-Bernard Daeppen, grand spécialiste des addictions

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Le dur sevrage aux benzodiazépines

Bastien Confino s'intéresse à une thérapie cognitivo-comportementale prometteuse pour lutter contre la dépendance aux benzodiazépines.

Je pense qu’un de mes proches boit trop, comment lui dire ?

Face à une consommation excessive d’alcool, il peut être légitime de s’inquiéter. Mais lorsqu’un proche boit trop, comme aborder ce sujet le plus sereinement possible?