Cannabis chez les jeunes: pas anodin du tout

Dernière mise à jour 06/10/11 | Vidéo
Longtemps banalisée, la consommation du cannabis est devenue courante dans la population en général et chez les jeunes en particulier. Pourtant elle est toujours illégale. Un sujet d'actualité abordé par l'antidote, avec l'avis de vrais professionnels de la santé.

La consommation de cannabis est considérée comme dangereuse, surtout chez les jeunes. Heureusement, d'après les chiffres de l'observatoire valaisan de la santé, la consommation est en baisse chez les adolescents. La prévention semble donc porter ses fruits. Avec Nicolas Donzé, biologiste et responsable de la toxicologie médicale à l'institut central des hôpitaux valaisans.

A LIRE AUSSI

Cannabis

Cannabis, du côté lumineux à la face obscure

La libéralisation du cannabis a occupé la scène médiatique ces dernier temps et ses effets sur la santé restent controversés.
Lire la suite
Drogues

Poly-consommation: drogues multiples, risques multiples

La consommation de plusieurs substances en parallèle, alcool, cigarette, joints, etc., n'est pas sans conséquences. Ou se trouve la limite légale, et surtout...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Traitement de l’addiction: sortir de l’ornière

Le traitement de l’addiction constitue une prise en charge globale qui engage les valeurs du patient, sa vie et sa place dans la société.
 cannabis_therapeutique

Le cannabis thérapeutique doit encore faire ses preuves

Alors que de nombreux Etats américains légalisent le cannabis médical, les résultats scientifiques demeurent peu concluants.
addiction_passion

L’addiction, une passion qui a mal tourné

Pathologie aux contours diffus, l’addiction est un phénomène autant social que médical.
Videos sur le meme sujet

Cannabis, du côté lumineux à la face obscure

La libéralisation du cannabis a occupé la scène médiatique ces dernier temps et ses effets sur la santé restent controversés.

Substances au volant: droit dans le mur

L’alcool, le cannabis, les autres stupéfiants ou médicaments sont incompatibles avec la conduite d’un véhicule. Notre cerveau nous rend moins performants sous l’effet de ces substances.