N’hésitez pas à marcher: cet exercice stimule la créativité

Dernière mise à jour 27/05/14 | Article
N’hésitez pas à marcher: cet exercice stimule la créativité
Des chercheurs américains viennent de démontrer que la marche améliore de 60% nos inspirations créatrices.

Certaines études scientifiques poussent à relire les grands auteurs. C’est le cas de celles que viennent de publier deux chercheurs américains dans le Journal of Experimental Psychology: Learning,Memory, and Cognition1.

«Ayant donc formé le projet de décrire l’état habituel de mon âme dans la plus étrange position où se puisse jamais trouver un mortel, je n’ai vu nulle manière plus simple et plus sûre d’exécuter cette entreprise que de tenir un registre fidèle de mes promenades solitaires et des rêveries qui les remplissent quand je laisse ma tête entièrement libre, et mes idées suivre leur pente sans résistance et sans gêne. Ces heures de solitude et de méditation sont les seules de la journée où je sois pleinement moi et à moi sans diversion, sans obstacle, et où je puisse véritablement dire être ce que la nature a voulu.»

On aura reconnu le genevois Jean-Jacques Rousseau. Il décrivait ainsi, dans sa deuxième Rêverie du promeneur solitaire (1776-1778), les bienfaits de la marche sur sa créativité. Ces bienfaits sont un constat partagé par nombre d'autres randonneurs à travers les siècles. Ils font aujourd'hui l'objet d'une publication signée par Marily Oppezzo (doctorante en psychologie de l'éducation) et le Pr Daniel Schwartz de l'Université de Stanford (Etats-Unis).

Pensée divergente

Ces chercheurs ont réalisé quatre expériences distinctes auxquelles ont participé 176 volontaires. Ces derniers ont passé un test de créativité dans diverses situations: position assise, en marchant sur un tapis roulant, en étant poussé dans un fauteuil roulant ou en marchant à l'extérieur.

Trois de ces quatre expériences ont été associées à des tests de créativité basés sur la «pensée divergente», un processus qui nous permet de générer des idées créatives en envisageant le plus de solutions possibles. On demandait ainsi aux participants d'imaginer les différentes utilisations possibles d'un objet donné. Une réponse était considérée comme «créative» lorsqu'elle n'était utilisée que par un seul participant.

La quatrième expérience avait pour but d'évaluer la production créative en mesurant la capacité des participants à élaborer des analogies complexes à partir d'un groupe nominal. Ce test exclut toute abstraction ou paraphrase. Exemple: les chercheurs proposent le groupe nominal «un coffre-fort dévalisé»: les réponses «une boîte vide» et «quelqu'un retire quelque chose d'un endroit sécurisé» n'ont pas été considérées comme intéressantes.

Les résultats de l'étude sont sans appel: une grande majorité de participants se sont montrés plus créatifs en marchant lors des tests de pensée divergente. Mieux: la totalité d'entre eux sont parvenus à imaginer au moins une analogie originale et de bonne qualité en marchant à l'extérieur, ce qui ne fut le cas que pour 50% de ceux qui se trouvaient en position assise à l'intérieur.

Excellents résultats

Le fait de marcher à l'intérieur (sur un tapis de course, face à un mur blanc) ou à l'air libre a généré deux fois plus de pensées créatives que la position assise chez les participants. «Je pensais que la marche en extérieur battrait toutes les autres situations à plate couture, mais la marche sur tapis roulant –dans une petite pièce sans âme– a tout de même produit d'excellents résultats, ce qui m'a surprise», raconte Marily Opprezzo.

«Nous ne prétendons pas qu'il serait bon de travailler exclusivement en marchant, explique-t-elle, mais ceux qui souhaitent acquérir une nouvelle perspective ou éveiller de nouvelles idées ont tout à y gagner.» De fait, si l'étude a mis en évidence les bienfaits de la marche sur la pensée divergente, elle a également souligné l'inutilité manifeste de celle-ci lorsqu'il s'agit de stimuler la pensée convergente – celle qui utilise les connaissances et les capacités de raisonnement du sujet pour trouver l'unique réponse à une question donnée.

Corps et pensée

Pour le Pr Schwartz, «il faut poursuivre les recherches pour mieux comprendre les mécanismes de ce phénomène. C'est là un paradigme des plus solides, qui va permettre aux chercheurs de commencer leurs manipulations pour découvrir de quelle manière le corps influence la pensée».

Marily Oppezzo conclut de manière pratique: «Nous savons déjà que l'activité physique est importante, et que le fait d'être trop souvent assis est mauvais pour la santé. Notre étude constitue une raison de plus pour introduire des moments d'activité physique dans notre emploi du temps quotidien. Nous serions à la fois plus en forme et –peut-être– plus innovants». Chacun, bien chaussé, peut en faire l’expérience.

 

1. Cet article de recherche est disponible ici (en anglais)

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Chaises longues

Ne rien faire est aussi dangereux que fumer

Une étude publiée par «The Lancet» affirme que l’inactivité physique tuerait une personne sur dix, soit autant que les maladies de cœur, la cigarette ou le diabète.
Puls_remettre_mouvement

C’est décidé, je m’y remets…

Pratiquer une activité physique, ou la reprendre, fait partie des bonnes résolutions de début d’année. Et si, cette fois, on passait vraiment à l’acte? Marche à suivre.
interview_kayser_sedentaires

«Les personnes sédentaires sont plus enclines à la dépression»

Passionné de montagne, le Pr Bengt Kayser a œuvré pour donner au sport une dimension académique dans la région lémanique. Depuis 2013, l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne, dont il est le directeur, est un vrai centre national et international de compétences en sciences du sport.
Videos sur le meme sujet

La préparation mentale dans le sport

Les sportifs professionnels subissent de plus en plus de pression, notamment à cause de sa surmédiatisation et des sports très exigeants avec des performances de plus en plus intenses.

Prévention: une opportunité de santé pour tous

La prévention dans le domaine de la santé consiste à prévenir la survenue de maladies, à améliorer la qualité de vie au quotidien et à informer la population pour qu’elle devienne critique face à la publicité, pour qu’elle puisse choisir librement de ses comportements. C’est tout ce qu’on peut mettre à profit pour améliorer la santé maintenant et dans le futur.

Il n'y a pas d'âge pour les bienfaits du sport

Les mitochondries sont des parties des cellules qui brûlent les graisses ou les sucres pour les transformer en énergie.