Marcher une heure par jour pour vivre mieux et plus longtemps

Dernière mise à jour 17/08/16 | Article
marcher_vivre
Une étude d’une ampleur inégalée vient de le démontrer, on peut (simplement et à peu de frais) combattre les méfaits de la sédentarité. Exemple concret: une heure de marche «efface» huit heures de bureau.

C’est la dernière démonstration en date des bienfaits de l’activité physique sur la santé de l’organisme. Mais c’est aussi un travail d’une ampleur inégalée, conduit auprès d’un million de femmes et d’hommes. C’est, enfin, une étude qui concerne très concrètement toutes celles et ceux qui, pour des raisons professionnelles le plus souvent, passent quotidiennement de longues heures assis(ses). La démonstration chiffrée vient d’être publiée par The Lancet1.

Ce travail a été mené par un groupe de chercheurs norvégiens, australiens et américains et dirigé par le Pr Ulf Ekelund (Department of Sport Medicine, Norwegian School of Sport Sciences, Oslo). Les auteurs ont fait une méta-analyse de seize études déjà publiées sur le même thème: des études incluant des facteurs comme le nombre d'heures passées quotidiennement assis, le degré d'activité physique et les «habitudes télévisuelles.» La majorité des études incluait des personnes de plus de 45 ans. Ces études avaient été menées aux États-Unis, en Europe occidentale et en Australie.

60 minutes contre huit heures

Les chercheurs ont ainsi établi, de manière chiffrée, que les personnes effectuant le plus d'activités physiques d’intensité modérée –de 60 à 75 minutes par jour– prévenaient les risques inhérents au fait d'être assis pendant plus de huit heures par jour. Ils découvrent aussi que cette même activité physique n’est pas suffisante pour prévenir les risques dès lors qu’aux huit heures s’ajoutent cinq heures passées quotidiennement devant un poste de télévision.

Au final, les auteurs de cette publication estiment que les recommandations actuelles de l'Organisation Mondiale de la Santé (30 minutes d'exercice modéré par jour) risquent fort de ne pas suffire pour prévenir les multiples risques associés à une vie par trop sédentaire.

«Pour beaucoup de gens qui se rendent au travail et ont des emplois de bureau, il n'y a aucun moyen d'échapper à la position assise prolongée, admet le Pr Ulf Ekelund. Mais vous n'êtes pas obligé d'aller à la salle de sport. Un peu de marche rapide suffit, que ce soit le matin, à l’heure du déjeuner ou en soirée. Vous pouvez aussi fractionner l’exercice physique dans la journée mais au total vous devez marcher une heure.»  Il conseille aussi aux travailleurs assis de se lever chaque heure et de marcher.

Morts prématurées

Ces conclusions convergent avec différents travaux menés ces dernières années sur ce thème. En 2014, l'Observatoire français de la Sédentarité alertait déjà sur le thème «Rester assis tue plus que le tabac».  Selon les auteurs du Lancet, les problèmes de santé dus au manque d'activité physique quotidien ont coûté 67,5 milliards de dollars (soit 61 milliards d'euros) dans le monde en 2013. Ce total se répartit en 53,8 milliards dollars de dépenses de santé et 13,7 milliards de dollars de perte de productivité. Selon The Lancet, ce sont les pays riches qui supportent, en proportion, une plus large part du fardeau financier de l'inactivité (80,8% des coûts de soins de santé et 60,4% des coûts indirects).

Le taux de mortalité d'une personne assise plus de six heures par jour est 20% plus élevé que celui d'une personne assise seulement trois heures quotidiennement, affirmait en 2010 une étude de l'American Cancer Society2. Et selon l’OMS près de 3,2 millions de décès prématurés sont, chaque année, attribuables au manque d'exercice3.

Ecrans hypnotiques

Le Pr François Carré, cardiologue, médecin du sport et président de l’Observatoire français de la Sédentarité, développe tous ces éléments dans un ouvrage pratique où il tire un signal d’alarme4. «L’une des causes de la sédentarité croissante actuelle est l’invasion des écrans dans nos vies, explique-t-il. Le temps passé à faire une activité physique est de plus en plus remplacé par une activité prolongée devant la télévision, à consulter nos tablettes, nos ordinateurs, à jouer à des jeux vidéo… En 2013, les 13-19 ans passent 13h30 par semaine sur le Web et 11h15 devant la télévision. Parallèlement, 42% de la population active passe plus de 4 heures par jour assise et 3h17 devant des écrans.» Et ces chiffres ne font que progresser…

Nous ne mesurons sans doute pas, collectivement, à quel point nous nous mettons en danger en ne pratiquant pas, quotidiennement, un minimum d’activité physique. Trente minutes, même fractionnées dans la journée, suffisent pour ressentir tous les bienfaits sur sa santé à long terme. Le double et c’est une assurance pour vivre mieux et plus longtemps.

_________

1. Un résumé (en anglais) de la publication du Lancet est disponible ici: «Does physical activity attenuate, or even eliminate, the detrimental association of sitting time with mortality? A harmonised meta-analysis of data from more than 1 million men and women»

2. «Leisure Time Spent Sitting in Relation to Total Mortality in a Prospective Cohort of US Adults»

3. «La sédentarité: un problème de santé publique mondial»

4. Carré F. «Danger Sédentarité. Vivre plus en bougeant plus» (Editions du Cherche Midi, Paris)

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
boissons_isotoniques_utiles

Les boissons isotoniques sont-elles utiles?

Objet de nombreuses campagnes publicitaires, les boissons isotoniques promettent performances et résistance...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
perdre_poids_bouger_manger

Pour perdre du poids, vaut-il mieux bouger plus ou manger moins?

Activité physique et alimentation saine: un duo déterminant pour équilibrer son poids. Mais pour perdre...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
itw_danierl_perler

Daniel Perler: «Les mots croisés ou la télé, très peu pour moi!»

Gravir 60 sommets de plus de 6000 mètres avant ses 69 ans, voici le défi fou que s’est lancé Daniel Perler, postier de Prangins à la retraite. Passionné d’alpinisme et animé d’une ténacité à toute épreuve, il nous raconte son incroyable projet.
preadolescents_bougent_plus

Les préadolescents ne bougent plus assez

Selon une étude réalisée par l’Université de Genève, les enfants perdent l’envie de se dépenser, dès l’âge de 9 ans déjà. Implications et solutions.
PULS_activite_physique_ordonnance

L’activité physique, bientôt sur ordonnance?

Elle s’impose peu à peu comme une recommandation indispensable dans de nombreux parcours thérapeutiques. Explications avec le Dr Maximilian Schindler, médecin adjoint à l’Unité de médecine physique et réadaptation orthopédique des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Les ados suisses ne bougent pas assez

Les jeunes Suisses ne bougent pas assez.

Les bienfaits de la danse sur le cerveau

La danse stimulerait les connexions cérébrales, préserverait la santé, réconcilierait le corps et le cerveau et pourrait ressouder le couple ou stimuler les équipes.

Sédentarité: la chaise qui tue

La sédentarité, c’est dangereux. Or notre société nous pousse à bouger de moins en moins. D’après les spécialistes, les autorités et le grand public ne prennent pas suffisamment au sérieux les dangers de l’inactivité physique.