Les méfaits de la sédentarité

Dernière mise à jour 14/12/11 | Article
chaussure de sport
L’activité physique est clairement insuffisante dans les pays développés. Seul un tiers de la population bouge suffisamment pour suivre les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

De nombreuses publications scientifiques ont montré les bienfaits de l’activité physique tant dans le traitement des maladies chroniques que dans leur prévention. Mais ce qui est moins connu, c’est que le temps passé en position assise peut lui aussi être considéré comme un facteur de risque essentiel pour le développement de maladies chroniques. Surtout à une époque où la société s’est progressivement sédentarisée grâce au développement des connaissances et aux progrès des technologies.

Sédentarisation de la société

L’homme a toujours été actif. Que ce soit par nécessité vitale ou, plus tard, par loisir. Nos ancêtres devaient se dépenser physiquement pour aller chercher leur nourriture. Ils devaient être endurants à la marche pour la chasse et la cueillette, rapides et vifs pour échapper aux dangers des prédateurs. Avec l’évolution des connaissances, les révolutions industrielles, l’urbanisation et les progrès des technologies, la société s’est progressivement sédentarisée.

Nous sommes tous à la recherche d’une meilleure qualité de vie, mais, actuellement, en essayant de l’améliorer, nous détériorons irréfutablement notre santé. Nous connaissons une multitude de traitements bien spécifiques visant à réduire chaque facteur de risque cardio-vasculaire isolément (comme le traitement médicamenteux par exemple). Les avantages de l’activité physique résident dans le fait que sa prescription se résume en un seul mot, bouger, et que le corps entier en bénéficie. Il conviendrait ainsi de repenser notre mode de vie, en insistant au maximum sur la réduction du temps passé en position assise.

Le but de la pratique régulière d’une activité physique n’est pas forcément de vivre plus longtemps, mais certainement de vieillir beaucoup mieux. Et, indiscutablement, outre la promotion de l’activité physique, des conseils mais surtout des programmes visant à modifier notre comportement sédentaire et inactif sont indispensables. Ainsi, conseiller de diminuer le temps passé en position assise serait aussi bénéfique que promouvoir l’activité physique, du moins dans la prévention de l’obésité et de la survenue de maladies chroniques.

Etudes comparatives

L’impact fonctionnel de l’activité physique sur une population «vieillissante» a fait l’objet d’une étude comparative réalisée sur 21 ans et comparant des sujets de plus de 50 ans. Sa conclusion? Une pratique régulière de la course à pied chez les plus de 50 ans semble permettre de rester en bonne santé plus longtemps. Cette même étude a également montré une diminution de la mortalité dans le groupe des coureurs, notamment celle liée aux maladies cardiovasculaires, mais aussi neurologiques et infectieuses.

Récemment, une étude prospective australienne a montré une diminution significative des demandes en soins médicaux chez des patients de plus de 65 ans participant à un programme d’activité physique globale quotidien. La durée totale des exercices demandés s’élevait à environ 30­40 minutes par jour. Les participants au protocole démontraient une réduction significative en termes de réadmission aux urgences, de contrôles chez le médecin traitant, ou de nécessité de soins paramédicaux (physiothérapie, aide à domicile, nursing).

Effets de l’exercice physique

Il est clairement établi que des exercices réguliers, en particulier des exercices de renforcement musculaire, chez les patients lombalgiques, permettent une amélioration des douleurs et une diminution du temps d’arrêt de travail.

Concernant les maladies cardiovasculaires et pulmonaires, la pratique régulière d’une activité physique permet une diminution de 27% du taux de mortalité, toute cause confondue, et de 31% du taux de mortalité par infarctus. L’activité physique a également un effet positif chez les insuffisants cardiaques.

Enfin, concernant les maladies neurologiques et psychiatriques, l’activité physique permet une amélioration de la force et de la tolérance à l‘exercice chez les patients souffrant de sclérose en plaques, ainsi qu’une amélioration de la qualité de vie chez les patients parkinsonniens. Chez les patients dépressifs, l’impact est également positif avec toutefois des résultats statistiquement non significatifs.

Références

Adapté de «Les bienfaits de l’activité physique (et/ou les méfaits de la sédentarité)», Drs Maxime Grosclaude et Jean-Luc Ziltener, Unité de médecine physique et réadaptation orthopédique Service d’orthopédie et de traumatologie de l’appareil moteur, Département de chirurgie, HUG , in Revue médicale suisse 2010; 6: 1495-8, en collabortion avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
meilleur_medicament_activite

Pas de meilleur médicament que l’activité physique

Effet antidouleur, baisse du cholestérol, renforcement du squelette, diminution du risque de cancer, élixir pour doper moral et mémoire: l’activité physique semble bien être le médicament le plus puissant qui soit.
coeur_prevenir_fatigue

Ecouter son cœur pour prévenir la fatigue

Le développement de capteurs bon marché et d’applications dévolues a démocratisé le recours à l’analyse de la variabilité de la fréquence cardiaque. Si ses promesses sont grandes, la méthode présente des limites.
 alimentation_sport_alliee

Alimentation et sport: comment faire de la première une alliée pour le second?

Boissons énergétiques, barres en tout genre, cocktails survitaminés, poudres pour solutions protéinées: l’arsenal diététique envahit les salles de sport. Notre corps en a-t-il vraiment besoin? Décryptage avec le Pr Bengt Kayser, directeur de l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans. Cependant, il est possible de combattre cette fonte musculaire en pratiquant des exercices physiques réguliers et adaptés, permettant de regagner du muscle, même après 80 ans.

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans.

L’Amérique à vélo: l’incroyable défi d’une ex-sédentaire

Le sport, ça vous gagne. Tout le monde le sait! La sédentarité demeure toutefois un problème en Suisse: 25% de la population ne fait pas assez d’activité physique et les conséquences sur la santé sont multiples.