Le vélo électrique: bon pour la santé ou simple gadget écolo?

Dernière mise à jour 23/10/12 | Article
Le vélo électrique: bon pour la santé ou simple gadget écolo?
Depuis quelques années le vélo électrique est de plus en plus à la mode. Peut-on le considérer comme une activité physique ou est-il un simple gadget écolo?

Quels avantages pour la santé?

Aujourd’hui, il a été démontré que l’activité physique permet de lutter efficacement contre les maladies chroniques telles que l’hypertension, le diabète, l’ostéoporose, le cancer ainsi que les maladies cardiovasculaires. On recommande d’effectuer chaque semaine 150 minutes (2 h 30) d’activité physique modérée ou 3 fois 20 minutes d’activité physique intense. La majorité des gens qui n’en pratiquent pas suffisamment se plaignent principalement du manque de temps. La «mobilité douce» ou le déplacement actif, représente une solution possible en intégrant l’activité physique dans le quotidien. Elle regroupe la marche, le vélo et les transports publics. Récemment, est arrivé le vélo électrique. Peut-on le considérer comme une activité physique, comme ces autres exemples? 

Intensité de l’activité

Exemples

Faible

Repassage, ménage, vaisselle

Modérée

Cuisiner, tondre le gazon, marcher, yoga, danses de salon, golf

Elevée

Vélo standard, jogging, football, roller, squash, tennis, sports d‘équipes

Vélo électrique: mode d’emploi

Le vélo électrique possède une assistance électrique alimentée par une batterie (rechargée électriquement). Le niveau d’assistance se décline en 3 options: faible, modérée et élevée. Il existe deux catégories de vélos électriques, basées sur la puissance et la vitesse maximale. La première peut aller jusqu’à 25 km/h et possède les mêmes droits que le vélo standard. La seconde atteint les 45 km/h. Celle-ci nécessite une immatriculation de type «cyclomoteur léger» et le port du casque est obligatoire. A noter que dans les deux cas, l’effort est nécessaire pour activer l’assistance électrique.

Au niveau de l’exercice physique, des études ont montré qu’il représente un effort modéré. Il peut représenter un effort intense dans les villes en pente, comme Lausanne. Dans ces villes, malgré le dénivelé,  prendre une douche en arrivant sur son lieu de travail n’est pas nécessaire. Dans l’étude lausannoise, l’effort demandé par le vélo électrique est comparable à celui de la marche en montée, mais bien inférieur au vélo standard. En reprenant d’autres études sur l’intensité de la marche, on peut penser que le vélo électrique représente un effort plus important que la marche à plat.

Des avantages écologiques et économiques

D’un point de vue écologique, le vélo électrique consomme très peu d’énergie (l’équivalent d’un litre d’essence pour 100 km) et n’émet pas de gaz carbonique. La motivation d’achat d’un vélo électrique est souvent de remplacer une deuxième voiture, ce qui constitue un bénéfice majeur pour l’environnement.

Le prix d’un vélo électrique commence à 1500 CHF. Les frais pour recharger la batterie s’élèveraient à environ 5 CHF par an (pour une distance de 10 km effectuée tous les jours). De nombreuses communes offrent des subventions pour l’achat d’un vélo électrique (par exemple CHF 300.- à Lausanne, CHF 1000.- à Montreux).

La sécurité avant tout

Il se pourrait que l’utilisation du vélo électrique comporte plus de risque d’accidents que le vélo standard. Des recherches à ce sujet sont en cours.

Certains facteurs diminuent le risque d’accidents: plus le nombre de cyclistes est élevé, plus les automobilistes sont conscients de leur présence et adaptent leur comportement. La construction de pistes cyclables et de zones à faible vitesse (30 km/h) jouent un rôle prépondérant pour la sécurité des cyclistes. A l’inverse, les trajets longs et le dénivelé favoriseraient le risque d’accident.

Finalement, gadget écolo ou pas?

Le vélo électrique semble démontrer d’avantage ses aspects positifs que ses inconvénients. Il constitue une activité modérée, plus intense que la marche mais inférieure au vélo standard. Il comporte de nombreux autres avantages, notamment écologiques et économiques. Il se pourrait qu’il soit plus dangereux que le vélo standard, mais cela reste à prouver. De nombreuses utilisations ont vu le jour: les postiers et les policiers en bénéficient dans certaines villes. Le maire de Strasbourg aurait instauré le vélo sur ordonnance, remboursé par les caisses maladies. En Suisse, il n’a pas encore ce privilège, mais est de plus en plus populaire. Et vous, êtes-vous plutôt marche, vélo standard, électrique ou transports publics?

Référence

Adapté de «Le vélo électrique: un outil pour la santé ou un gadget “écolo”?», Drs J. Welker et J. Cornuz de la Policlinique Médicale Universitaire (PMU), Dr B Gojanovic de la Médecine du sport, CHUV, Lausanne. In Revue médicale suisse 2012; 8: 1513-7, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Altitude
bienfaits_l’altitude

Les bienfaits de l’altitude

Vivre ou séjourner à moyenne altitude est bénéfique, surtout si on y fait de l’exercice. Tout particulièrement...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Les bienfaits et les méfaits de la raquette à neige

Les bienfaits et les méfaits de la raquette à neige

Mobilité douce et grands espaces, la raquette à neige devient un sport d’hiver de plus en plus populaire....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Supp_La Côte_Dossier_reprise_activité_alimentation

Reprise d’une activité physique: côté alimentation, on change tout?

Barres et gels énergétiques, boissons protéinées ou chargées en électrolytes: quelles denrées idéales consommer avant, pendant ou après l’effort. Et surtout, en avons-nous vraiment tous besoin? Les réponses de Maaike Kruseman, professeure au sein de la Filière Nutrition et diététique de la Haute école de santé de Genève.
Supp_La Côte_Dossier_remettre_sport_consulter

Se remettre au sport… mais consulter d’abord?

Pour se rassurer, évaluer le risque cardiovasculaire, adapter au mieux l’activité à son organisme tel qu’il est devenu, une consultation médicale peut se justifier. Mais pour qui et pourquoi? Éclairage du Pr Vincent Gremeaux, responsable du Centre de médecine du sport du CHUV.
Supp_La Côte_Dossier_sport_covid

Sport versus Covid: démêler le vrai du faux

Pour certains, l’épidémie de Covid a été – ou est toujours – l’occasion de glisser plus de sport au quotidien. Pour d’autres, frappés par la maladie ou anéantis par le phénomène, elle a marqué un arrêt brutal. Comment reprendre quand inquiétudes et interrogations se bousculent ? Le point avec le Pr Vincent Gremeaux, responsable du Centre de médecine du sport du CHUV.
Videos sur le meme sujet

Les ados suisses ne bougent pas assez

Les jeunes Suisses ne bougent pas assez.

Les bienfaits de la danse sur le cerveau

La danse stimulerait les connexions cérébrales, préserverait la santé, réconcilierait le corps et le cerveau et pourrait ressouder le couple ou stimuler les équipes.

Sédentarité: la chaise qui tue

La sédentarité, c’est dangereux. Or notre société nous pousse à bouger de moins en moins. D’après les spécialistes, les autorités et le grand public ne prennent pas suffisamment au sérieux les dangers de l’inactivité physique.