Le tai-chi pour bien vieillir

Dernière mise à jour 23/11/20 | Article
tai-chi_bien_vieillir
Pratiqué en Chine depuis des siècles, le tai-chi est réputé pour ses bienfaits sur le corps et l’esprit. Certains vont même jusqu’à vanter ses vertus anti-vieillissement. Alors, cette discipline est-elle vraiment gage de longévité?

Le +

L’aspect collectif du tai-chi est très stimulant. Aux bienfaits physiques s’ajoute un sentiment d’appartenance à un groupe qui stimule la communication et prévient l’isolement social.

Appartenant à la famille des arts martiaux chinois, le tai-chi consiste – pour faire simple – en une série de mouvements destinés à travailler l’énergie interne, appelée «chi». En réalité, cette discipline vieille de plusieurs milliers d’années est beaucoup plus complexe. Alternant souplesse et dynamisme, le tai-chi est également un exercice méditatif, ce qui lui confère une dimension différente des autres activités gymniques. Il est donc tout naturellement indiqué en médecine préventive et thérapeutique.

Bon pour l’équilibre et le moral

Cinq

C’est le nombre d’écoles traditionnelles de tai-chi. Chacune propose son propre style et tire son nom de la famille dont elle est historiquement issue: Yang, Chen, Wu Hao, Wu, Sun.

De nombreuses études ont mis en évidence les effets positifs de l’exercice physique chez les personnes âgées ou hospitalisées, tant sur le plan physique que psychologique. «L’activité physique en général prévient le déclin fonctionnel de façon significative et ce, même chez les sujets les plus fragiles, explique le Dr Andrea Trombetti, médecin adjoint agrégé du Service des maladies osseuses et de gériatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Le travail de l’équilibre apporté par le tai-chi permet également de diminuer le risque de chute.»

Les exercices de respiration, très importants dans la pratique du tai-chi, favorisent quant à eux la relaxation et améliorent le sommeil. Enfin, l’attention mentale portée sur l’enchaînement des mouvements entraîne concentration et mémorisation. «D’une manière générale, l’exercice physique améliore les fonctions cognitives et il a été démontré qu’il permet d’évacuer le stress et est bénéfique en cas de dépression», poursuit l’expert.

Sans limite d’âge

Activité physique d’intensité modérée, le tai-chi est accessible à tous. Certains cours sont même adaptés aux personnes en fauteuil roulant. À condition d’adapter les séances aux capacités de chacun, le rapport bénéfices/risques est toujours «très favorable». Néanmoins, comme avant d’entreprendre toute activité, il est conseillé d’en informer son médecin traitant.

Où pratiquer?

Si en Suisse le tai-chi n’est pas encore pratiqué collectivement dans les jardins publics comme c’est le cas en Chine, où il fait office de rituel matinal, cette discipline est aujourd’hui de plus en plus répandue chez nous. Certains services hospitaliers ou établissements médico-sociaux proposent des cours adaptés à leurs patients, prenant en compte leurs éventuelles pathologies. Enfin, des associations ou des structures privées peuvent aussi proposer des cours de tai-chi.

____________

Paru dans Générations, Hors-série « Se soigner autrement – Gros plan sur la médecine intégrative », Octobre 2019.

A LIRE AUSSI

Altitude
bienfaits_l’altitude

Les bienfaits de l’altitude

Vivre ou séjourner à moyenne altitude est bénéfique, surtout si on y fait de l’exercice. Tout particulièrement...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Les bienfaits et les méfaits de la raquette à neige

Les bienfaits et les méfaits de la raquette à neige

Mobilité douce et grands espaces, la raquette à neige devient un sport d’hiver de plus en plus populaire....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Supp_La Côte_Dossier_reprise_activité_alimentation

Reprise d’une activité physique: côté alimentation, on change tout?

Barres et gels énergétiques, boissons protéinées ou chargées en électrolytes: quelles denrées idéales consommer avant, pendant ou après l’effort. Et surtout, en avons-nous vraiment tous besoin? Les réponses de Maaike Kruseman, professeure au sein de la Filière Nutrition et diététique de la Haute école de santé de Genève.
Supp_La Côte_Dossier_remettre_sport_consulter

Se remettre au sport… mais consulter d’abord?

Pour se rassurer, évaluer le risque cardiovasculaire, adapter au mieux l’activité à son organisme tel qu’il est devenu, une consultation médicale peut se justifier. Mais pour qui et pourquoi? Éclairage du Pr Vincent Gremeaux, responsable du Centre de médecine du sport du CHUV.
Supp_La Côte_Dossier_sport_covid

Sport versus Covid: démêler le vrai du faux

Pour certains, l’épidémie de Covid a été – ou est toujours – l’occasion de glisser plus de sport au quotidien. Pour d’autres, frappés par la maladie ou anéantis par le phénomène, elle a marqué un arrêt brutal. Comment reprendre quand inquiétudes et interrogations se bousculent ? Le point avec le Pr Vincent Gremeaux, responsable du Centre de médecine du sport du CHUV.
Videos sur le meme sujet

Les ados suisses ne bougent pas assez

Les jeunes Suisses ne bougent pas assez.

Les bienfaits de la danse sur le cerveau

La danse stimulerait les connexions cérébrales, préserverait la santé, réconcilierait le corps et le cerveau et pourrait ressouder le couple ou stimuler les équipes.

Sédentarité: la chaise qui tue

La sédentarité, c’est dangereux. Or notre société nous pousse à bouger de moins en moins. D’après les spécialistes, les autorités et le grand public ne prennent pas suffisamment au sérieux les dangers de l’inactivité physique.