Travailler de nuit augmente les risques cardiaques

Dernière mise à jour 02/08/12 | Article
Un taxi dans la nuit
Une étude canadienne révèle que les travailleurs de nuit auraient plus de risques de faire une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral que ceux qui travaillent de jour.

Publié dans le British Medical Journal, le rapport explique que les horaires de nuit perturbent l’horloge biologique.

Cité par la BBC, le docteur Dan Hackam, professeur à l'université Western, London Ontario au Canada, déclare que les travailleurs de nuit sont également plus enclins à mal dormir et à mal manger, d'où un risque d'obésité et de cholestérol.

«Les travailleurs de nuit sont debout tout le temps et ils n'ont pas une période de repos défini. Ils sont dans un état de perpétuelle activation du système nerveux.»

Le corps, incapable de se régénérer, est nettement plus fragile que celui d'un travailleur de jour.

Résultat, une augmentation du risque de crises cardiaques de 23%, 24% pour les accidents coronariens et 5% pour les accidents vasculaires cérébraux.

Ainsi au Canada, où près d’un tiers (32,8%) des adultes a travaillé de nuit entre 2009 et 2010, l’étude estime que les horaires de nuit peuvent expliquer 7% des crises cardiaques, 7,3% des événements coronariens et 1,6% des accidents vasculaires cérébraux.

Rester en bonne santé en travaillant de nuit

Dans un email adressé à CBC, le docteur Hackam conseille:

«[Les travailleurs de nuit] doivent faire tout leur possible pour minimiser les  risques, y compris en abandonnant le tabac, en adoptant une alimentation saine, en prenant soin de faire de l'exercice physique quand ils ne travaillent pas, et de reconnaître les symptômes des maladies cardio-vasculaires (AVC et crises cardiaques).»

L’étude conseille également aux employeurs de prévoir des pauses adéquates au travail, d'offrir des séminaires sur la relaxation et d'encourager les employés à vérifier leur pression artérielle et leur poids régulièrement au travail.

Pour le Dr John Caldwell, directeur scientifique du département Science Fatigue basé à Honolulu, le manque de sommeil se fait sentir au quotidien en travaillant de nuit. Il explique à The Vancouver Sun qu’un adulte doit dormir entre 7h et 9h et travailler de nuit «va à l’encontre du rythme naturel de votre corps».

De plus, il faut 24h au corps pour s’adapter à une heure de changement dans sa «routine de sommeil», soit de nombreux jours pour prendre l’habitude d’un mode de vie totalement décalé. Un décalage que les travailleurs de nuit payent très chers. John Caldwell explique:

«Il y a des conséquences cognitives immédiates, comme la performance mentale qui se détériore, des trous de mémoire et un long temps de réaction, pour les personnes qui dorment six heures par nuit ou moins.»

Et qu’importe l’heure à laquelle on se couche: après midi, le cerveau aura tendance à envoyer un signal d’«alerte» au corps qui, au mieux empêchera un sommeil régénérateur, au pire réveillera la personne.

Article original: http://www.slate.fr/lien/59939/travail-nuit-risques-sommeil

A LIRE AUSSI

Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Apnée du sommeil
Aspirateur

Les secrets révélés de l'apnée du sommeil

Des millions de personnes s’étouffent chaque nuit. La coupable? L’évolution.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
manieres_dormir

Loin d’être stables, les manières de dormir ont évolué au cours du temps

Le sommeil est une fonction biologique qui s’est transformée au cours du temps et qui continue à évoluer. Il fut ainsi un temps où se réveiller au milieu de la nuit n’avait rien d’anormal. Les explications du Dr José Haba-Rubio, neurologue au Centre d’investigation et de recherche du sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et co-auteur de «Je rêve de dormir» aux éditions Favre.
sommeil_fatalite

Même s’ils sont de plus en plus fréquents, les troubles du sommeil ne sont pas une fatalité

De plus en plus observé et contrôlé, le sommeil reste une fonction biologique mystérieuse. Pourquoi certains ont de la peine à s’endormir? Et comment aborder les problèmes d’insomnie? Les réponses du Dr Raphaël Heinzer, co-auteur du livre «Je rêve de dormir» aux éditions Favre et fondateur du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) qui fêtera ses dix ans le 13 décembre prochain.
Videos sur le meme sujet

Troubles du sommeil: la fin du cauchemar!

Lorsque nos nuits se passent mal, ce sont nos journées qui trinquent. On est fatigué, irritable, somnolent, dangereux parfois. Cette émission s'intéresse aux troubles du sommeil avec l'avis d'un expert médecin et directeur du centre lausannois du sommeil.

Insomnie: quand les nuits deviennent blanches

Après 40 ans, environ une personne sur quatre dort mal, voire très mal. Et les conséquences d'un mauvais sommeil peuvent être très nombreuses.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.