Sommeil: quel est le véritable impact du petit noir du soir?

Dernière mise à jour 16/12/13 | Article
Sommeil: quel est le véritable impact du petit noir du soir?
On sait que le café peut empêcher de dormir. Mais à quelle dose et à partir de quelle heure? Un groupe de chercheurs a mené l’enquête. Voici leurs résultats.

On ne compte plus toutes les études menées sur le café, ses possibles dangers, ses réels bienfaits. Pour la première fois, un groupe de chercheurs américains a voulu aller plus loin et enquêter sur l’une des idées les plus répandues à son sujet: le café empêche de dormir. Ils ont expérimenté ces effets à différents moments de la journée et ils viennent de publier leurs résultats dans le Journal of Clinical Sleep Medicine.(1)

Douze pilules en quatre jours

Ce travail a porté sur douze personnes volontaires, en bonne santé et ne souffrant pas de troubles du sommeil. Toutes étaient incitées à maintenir leurs horaires de sommeil habituels. Chacun des participants a reçu trois pilules par jour pendant quatre jours. Pilules qu’ils devaient prendre six heures avant d’aller se coucher, puis trois heures avant et finalement au moment d’aller au lit. Une seule de ces pilules contenait 400 mg de caféine, les deux autres étaient des placebos. Pour pimenter le tout, lors de l’un des quatre jours de l’expérience, toutes les pilules étaient des placebos.

La qualité et la profondeur du sommeil des participants étaient évaluées objectivement durant les quatre nuits avec un moniteur de sommeil à domicile. On demandait par ailleurs une appréciation toute subjective de ces mêmes paramètres via un «journal du sommeil» complété par chaque participant.

Une heure de sommeil en moins

Au final, les résultats de cette petite expérience montrent que boire deux à trois tasses de café (soit environ 400 mg de caféine) a un réel impact sur le sommeil. Et ceci est vrai que cette dose de caféine soit prise peu avant le coucher, trois heures ou même six heures avant. Six heures avant le coucher, un café peut réduire de plus d’une heure la durée du sommeil –il s’agit bien ici d’une heure de sommeil perdue, objectivement mesurée et sans que la personne concernée en ait réellement conscience.

Cette étude fournit une preuve objective qui justifie et précise la recommandation générale d'éviter la caféine dans l'après-midi pour préserver une bonne qualité et durée de sommeil. Les auteurs suggèrent d’arrêter toute caféine à partir de 17 heures, au plus tard. Pour le Pr Christopher Drake qui a dirigé l’étude, le fait de consommer une grande tasse de café en fin d’après-midi peut conduire aux mêmes effets négatifs sur le sommeil que celui de prendre un café juste avant d’aller se coucher. A l’inverse ces enseignements pourront servir à celles et ceux qui souhaitent rester bien éveillés durant leur temps naturel de sommeil.

(1) Ce travail a été mené sous la direction du Pr Christopher Drake (Sleep Disorders & Research Center, Henry Ford Hospital, Detroit). Un résumé (en anglais) est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Apnée du sommeil
Aspirateur

Les secrets révélés de l'apnée du sommeil

Des millions de personnes s’étouffent chaque nuit. La coupable? L’évolution.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
manieres_dormir

Loin d’être stables, les manières de dormir ont évolué au cours du temps

Le sommeil est une fonction biologique qui s’est transformée au cours du temps et qui continue à évoluer. Il fut ainsi un temps où se réveiller au milieu de la nuit n’avait rien d’anormal. Les explications du Dr José Haba-Rubio, neurologue au Centre d’investigation et de recherche du sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et co-auteur de «Je rêve de dormir» aux éditions Favre.
sommeil_fatalite

Même s’ils sont de plus en plus fréquents, les troubles du sommeil ne sont pas une fatalité

De plus en plus observé et contrôlé, le sommeil reste une fonction biologique mystérieuse. Pourquoi certains ont de la peine à s’endormir? Et comment aborder les problèmes d’insomnie? Les réponses du Dr Raphaël Heinzer, co-auteur du livre «Je rêve de dormir» aux éditions Favre et fondateur du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) qui fêtera ses dix ans le 13 décembre prochain.
Stimuler notre mémoire en dormant

Stimuler notre mémoire en dormant

Stimuler notre cerveau durant la nuit avec des sons, au rythme de ses oscillations naturelles, pourrait améliorer notre faculté de mémorisation. C'est ce que suggère une étude allemande originale parue dans une revue médicale réputée. Nous pourrions un jour en tirer parti pour améliorer notre mémoire.
Videos sur le meme sujet

Troubles du sommeil: la fin du cauchemar!

Lorsque nos nuits se passent mal, ce sont nos journées qui trinquent. On est fatigué, irritable, somnolent, dangereux parfois. Cette émission s'intéresse aux troubles du sommeil avec l'avis d'un expert médecin et directeur du centre lausannois du sommeil.

Insomnie: quand les nuits deviennent blanches

Après 40 ans, environ une personne sur quatre dort mal, voire très mal. Et les conséquences d'un mauvais sommeil peuvent être très nombreuses.

Le sommeil et ses troubles

Environ une personne sur trois se plaint de troubles du sommeil. Explications et témoignages en vidéo.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.