Presbytie: comment faire l’économie à la fois des lunettes et de la chirurgie

Dernière mise à jour 11/04/13 | Article
Presbytie: comment faire l’économie à la fois des lunettes et de la chirurgie
Des chercheurs australiens ont expérimenté une technique qui ne nécessite ni chirurgie ni port de prothèses oculaires durant la journée.

Cette étude ne portait que sur un petit groupe de personnes, mais elle intéressera celles et ceux – et ils sont nombreux – concernés par la presbytie. On ignore souvent que ce terme vient d’un mot grec (presbys, πρέσβυς) qui désigne la période de la vie située aux antipodes de la jeunesse. Le temps passant, notre cristallin se sclérose, se durcit. Ce phénomène naturel rend de plus en plus difficile la focalisation des images sur notre rétine, ce qui, à son tour, rend plus difficile le fait d’effectuer certaines activités comme la lecture où les travaux nécessitant une grande acuité de près.

Le processus du vieillissement commence dès la naissance, mais ses effets handicapants ne se font généralement ressentir qu’à partir de la quarantaine ou de la cinquantaine. Une correction par le port de verres correcteurs est alors nécessaire et, le plus souvent après la soixantaine, il faut modifier la puissance des verres. Puis le processus tend à ralentir et à se stabiliser.

Le port de (différents types) de lunettes correctrices n’est pas le seul traitement palliatif contre la presbytie. On peut avoir recours au laser, une technique qui peut aussi être utilisée avec succès pour modifier la capacité d’accommodation des yeux. Il est également possible de réaliser une chirurgie correctrice soit pour modifier les caractéristiques des cornées soit pour poser des implants. Enfin, il existe aussi «l'orthokérotologie», méthode séduisante en ce qu’elle ne nécessite ni incision ni chirurgie: elle se propose de remodeler la surface de la cornée à l'aide de lentilles de contact, mais elles ne sont mises en place que durant le sommeil (soit, quand même, durant le quart ou le tiers de notre existence). Si tout se passe bien, au réveil après le retrait des lentilles, la vue est claire et cette clarté dure le temps de l’éveil.

Orthokératologie monoculaire

Cette approche se propose de modifier la structure de la première couche externe des cellules de l’épithélium de la cornée; des cellules qui, comme toutes celles qui composent notre organisme, ne cessent de se renouveler. Ce sont les lentilles de contact qui, du fait de leur forme bien particulière, exercent une pression et parviennent à réaliser une très fine sculpture de la cornée. Elles le font en déplaçant les cellules de l'épithélium cornéen. L’objectif ici visé est de faire en sorte que les modifications cornéennes permettent de changer les processus d’accommodation et, au final, de faire l’économie du port des lunettes.

C’est cette approche qu’ont expérimentée deux chercheurs de l'Université de New South Wales (Sydney). Leurs conclusions sont publiées dans l’édition d’avril d’Optometry and Vision Science, la revue de l’American Academy of Optometry  (consultable ici). 1 Les Prs Paul Gifford et Helen A. Swarbrick expliquent avoir remodelé la surface de l’une des deux cornées de seize de leurs patients, âgés de 43 à 59 ans, atteints de presbytie. Ils montrent que chez tous les patients, cette «orthokératologie monoculaire» a réussi à restaurer la vision de près. Selon eux l'amélioration était déjà significative dès le premier jour, puis a encore augmenté au cours de la semaine de traitement.

Le Dr Adams compare ce traitement à une forme d’«orthodontie» et aux «gouttières correctrices» que les patients doivent porter durant un certain temps. Ils précisent aussi que jusqu’à présent l’orthokératologie était le plus souvent utilisée pour réduire la myopie chez les patients jeunes. Et ils soulignent que leur étude montre son efficacité à remodeler la cornée et à corriger la vision de près chez des patients plus âgés. Ils laissent entendre que c’est là un vaste marché potentiel, cette alternative «douce» étant de nature à séduire de nombreux patients parvenant à l’âge où il devient difficile de décrypter les lettres imprimées sur papier ou sur écran. A commencer par celles-ci: πρέσβυς.

1 Les auteurs précisent que leur recherche a pu être menée grâce à un financement de l’Australian Research Council Linkage Project, en partenariat avec plusieurs partenaires industriels: Bausch & Lomb Boston, Capricornia Contact Lens Pty Ltd., et BE Enterprises Pty Ltd.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
marre_lunettes_chirurgie

Marre de mes lunettes, j'essaie la chirurgie

Que vous soyez myope, astigmate ou hypermétrope, vous avez peut-être déjà envisagé de sauter le pas de la chirurgie pour vous débarrasser définitivement de vos lunettes. Mais les techniques disponibles sont-elles fiables, efficaces et totalement sans risque? On fait le point sur les nouvelles thérapies de correction oculaire avec le Dr Federico Mossa, médecin agréé, FMH en ophtalmologie et ophtalmochirurgie à l’hôpital de Saint-Loup et directeur médical du Centre de microchirurgie oculaire CEMO.
comprendre_retinopathie_diabetique

Mieux comprendre et prendre en charge la rétinopathie diabétique

Malgré des efforts préventifs importants, la rétinopathie diabétique reste la première cause de cécité dans la population active. Multifactorielle, elle nécessite une étroite coopération entre les professions médicales.
LED: lumière sur leur danger

LED: lumière sur leur danger

Alors que les lampes fluorocompactes se sont généralisées depuis les années 1990, elles vont être remplacées par les lampes LED dont la lumière est plus naturelle. L’effet de ces dernières sur la vision inquiète cependant les médecins. Le point avec le Pr Francine Behar-Cohen, directrice médicale de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin à Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Quand les sciences redonnent la vue

Charlie Dupiot se penche sur deux projets de recherche qui veulent aider des personnes aveugles à dépasser leur handicap.

Zoom sur la myopie pédiatrique

La myopie est en nette augmentation un peu partout dans le monde.

MyEye, des lunettes qui parlent aux malvoyants

Des lunettes intelligentes sont développées pour venir en aide aux malvoyants.
Symptômes sur le meme sujet
Un zoom sur un oeil

Vue qui baisse

Je vois moins bien
Un oeil rouge

Œil rouge

J’ai l’œil rouge / mal à l’œil
Une bibliothèque

Vision déformée

Je vois tordu