Ophtalmologie 2.0: ces innovations en passe de transformer les soins de demain

Dernière mise à jour 14/07/21 | Article
bv_dossier_ophtalmologie_2.0
Depuis une vingtaine d’années, les progrès que connaît l’ophtalmologie sont incessants. Lasers, injections oculaires, premiers implants ont révolutionné la prise en charge de pathologies comme la myopie ou la cataracte. La suite, elle, s’annonce spectaculaire. Intelligence artificielle, implants rétiniens high-tech ou encore thérapie génique se préparent. Coup de projecteur sur ce qui nous attend avec les équipes de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.

Les experts sont unanimes: tout s’accélère aujourd’hui dans le domaine de l’ophtalmologie. Du diagnostic aux traitements en passant par l’avènement d’outils permettant aux non-voyants de retrouver des parcelles d’autonomie, les progrès sont fulgurants. Et vont s’intensifier. De là à parler de révolution? En partie, évidemment, mais l’histoire est plus subtile que cela. «En médecine, il y a bien sûr des révolutions qui changent radicalement les regards et les approches, mais dans la majorité des cas, elles ne surviennent véritablement que tous les vingt ou trente ans, souligne le Pr Thomas J. Wolfensberger, directeur médical de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin. Le reste du temps, les progrès s’apparentent à du fine-tuning, autrement dit, à un perfectionnement continuel de ce qui existe déjà: les machines se dotent de nouvelles fonctions, les outils se miniaturisent, les traitements se personnalisent. L’ophtalmologie n’échappe pas à cette logique et c’est tant mieux!»

Intelligence artificielle

Plus de quarante ans après l’arrivée des lasers ayant métamorphosé la prise en charge des troubles réfractifs (myopie, astigmatisme, etc.), puis des injections intraoculaires désormais utilisées pour le traitement de pathologies de la rétine, nous serions bel et bien à l’aune d’un nouveau chapitre. L’un de ses points d’orgue: l’intelligence artificielle. «Nous en expérimentons les prémices et elle va s’imposer, c’est une évidence», affirme la Dre Irmela Mantel, coresponsable de l’unité de rétine médicale à l’Hôpital ophtalmique. Est-ce une bonne chose? «Oui, si nous parvenons à accompagner ce changement dans sa globalité, estime l’experte. L’intelligence artificielle se profile comme un soutien inouï face à la complexité des images médicales produites aujourd’hui. L’idée n’est pas que des algorithmes supplantent le soignant, mais qu’ils en soient un allié puissant pour lui permettre d’endosser de nouveaux défis. Et ceux-ci ne manquent pas en ophtalmologie.»

Autre facette de la révolution en cours: l’avancée des innovations axées sur le fond de l’œil. Car les deux structures clés qui s’y cachent – la rétine et le nerf optique – sont longtemps restées éloignées des projecteurs. En cause: leur accès périlleux et leur extrême complexité. «Jusqu’aux années 1980, on prenait surtout en charge les pathologies de la partie antérieure de l’œil (problèmes de cornée, strabisme, cataracte, etc.), mais très peu de spécialistes s’aventuraient vers la rétine, mis à part pour les cas de décollements traités avec les premiers lasers, rappelle le Pr Wolfensberger. Et c’est justement l’arrivée de nouveaux lasers qui a métamorphosé la chirurgie rétinienne et a fait émerger le domaine de la rétine médicale.» Recherche, industrie pharmaceutique et même carrière universitaire: l’ophtalmologie a alors changé de focale et s’est concentrée sur la partie postérieure de l’œil.

Perspectives de recherche infinies

Qu’en est-il aujourd’hui? Les investigations se multiplient pour des pathologies rétiniennes aussi complexes que la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou la rétinopathie diabétique (lire encadré). «La technologie avance à une vitesse spectaculaire et la prise de conscience de l’importance de la vision est globale, se réjouit la Pre Chiara Eandi, médecin adjointe et coresponsable de l’unité de rétine médicale à l’Hôpital ophtalmique. Avec le vieillissement de la population, les problèmes de vue et les questions d’autonomie qui en découlent sont devenus un véritable enjeu de santé publique.» Les perspectives de recherche sont donc infinies. «Les parties de l’œil autres que la rétine pourraient elles-mêmes faire l’objet d’un engouement ravivé», prédit le Pr Wolfensberger. Et de conclure: «Le domaine de la vision dépasse l’univers médical. Aux innovations actuelles et à venir peuvent s’associer les réflexions les plus vastes: que signifie vraiment voir? Quels éléments modulent notre perception des objets, des couleurs, des visages qui nous entourent? Qu’est-ce que "voir" quand notre vision est ou devient défaillante? Ces questions sont aussi infinies que passionnantes.»

Zoom sur cinq projets phares

SEE (Swiss Eye Expertise), une plateforme sécurisée de télé-expertise alliant patients, soignants et chercheurs

Perspective: premières concrétisations courant 2021

Vaste projet initié par l’Hôpital ophtalmique et associant une multitude de partenaires académiques, scientifiques et techniques, la plateforme SEE repose sur un principe aussi simple sur le papier que complexe dans sa réalisation: créer un lien informatique ultrasécurisé permettant aux ophtalmologues de transférer des images médicales en vue d’une expertise extérieure, aux chercheurs de multiplier les données nécessaires au développement d’algorithmes d’intelligence artificielle et aux patients de gérer à tout moment les droits d’utilisation de leurs données, même si celles-ci ont été anonymisées. «Le défi est de taille, mais il répond à de multiples besoins actuels liés à la profusion et à la complexité des images médicales ainsi qu’aux pathologies et traitements qui y sont liés», résume Ciara Bergin, PhD, analyste scientifique et cheffe du projet à l’Hôpital ophtalmique.

    

IDx, un programme de diagnostic automatisé pour le dépistage de la rétinopathie diabétique

Perspective: implanté depuis peu à l’Hôpital ophtalmique et dans son antenne

«Les diagnostics automatisés émanant de l’intelligence artificielle vont radicalement changer la façon de faire de la médecine, annonce le Pr Thomas J. Wolfensberger. Nous commençons à le vivre avec le programme IDx qui révolutionne le dépistage de la rétinopathie diabétique.» Les forces en présence: une photo du fond de l’œil, un puissant algorithme et la détection quasi immédiate de troubles caractéristiques de la pathologie. Et ce n’est qu’à ce stade, si besoin donc, que le médecin entre en jeu. «À terme, on peut imaginer un dépistage hors des murs d’un cabinet médical, en pharmacie par exemple, comme c’est aujourd’hui le cas pour la mesure de la pression artérielle, poursuit l’expert. Pour une pathologie comme la rétinopathie diabétique, dont le dépistage précoce est crucial, l’avancée est potentiellement prodigieuse.»

    

Polyretina, un stimulateur de rétine nouvelle génération

Perspective: d’ici 3 ans

Destiné à des patients non-voyants atteints par exemple de rétinite pigmentaire, l’implant Polyretina, fruit d’une collaboration entre l’Hôpital ophtalmique et l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), permet de court-circuiter la rétine défaillante. Le principe: une mini-caméra fixée sur des lunettes capte l’image, la traduit en pixels et l’envoie vers l’implant inséré sur la rétine. Les pixels lumineux sont alors transformés, par l’implant, en un courant électrique. Celui-ci parvient à déclencher une sensation visuelle délivrée comme un message au nerf optique, puis au cerveau. Grâce à sa structure pliable innovante et à la puissance de ses capteurs, l’implant Polyretina permet potentiellement un champ visuel très élargi et la lecture de lettres d’une vingtaine de centimètres de hauteur.

     

La thérapie génique pour contrer la dystrophie rétinienne

Perspective: imminente

Dans tous les domaines de la médecine, la thérapie génique suscite les plus vifs espoirs depuis une vingtaine d’années. Son principe: introduire par le biais d’un transporteur – on parle de «vecteur» – un gène parfaitement fonctionnel pour remplacer son homologue défaillant. Les obstacles sont multiples, mais l’ophtalmologie permet des interventions extrêmement ciblées, multipliant les chances que le précieux gène s’insère à la perfection sur le site en souffrance, sans risque de dispersion dans le reste du corps. Dans les éprouvettes de l’Hôpital ophtalmique: un projet de thérapie génique, élaboré avec une start-up suisse, visant à traiter des pathologies d’origine génétique comme la dystrophie rétinienne.

        

PDS, un implant «médicament» pour traiter la DMLA

Perspective: d’ici 2 à 3 ans

Aujourd’hui, le traitement incontournable de la DMLA repose sur des injections intravitréennes (IVT) toutes les 4 à 12 semaines. Contraignantes et comportant un risque d’infection, ces injections pourraient bientôt être remplacées par des implants «médicaments» directement insérés dans l’humeur vitrée. Sortes de réservoirs miniatures, ils sont capables de délivrer progressivement le traitement, limitant considérablement la fréquence des interventions.

       

Deux fléaux en ligne de mire

Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et rétinopathie diabétique: si ces deux pathologies sont au cœur de nombreuses innovations, ce n’est pas un hasard. Dans les pays industrialisés, la DMLA n’est autre que la première cause de handicap visuel passé 50 ans et la rétinopathie diabétique, de cécité.

Portraits express

  • DMLA: liée à la disparition de cellules de la rétine (forme «sèche») ou à la prolifération anormale de vaisseaux sanguins (forme «humide»), la DMLA altère la partie centrale de la rétine, la macula. Au fil du temps, une tache noire s’y forme et la vision centrale se dégrade.
  • Rétinopathie diabétique: affection liée au diabète, la rétinopathie diabétique résulte d’un dysfonctionnement des vaisseaux sanguins de la rétine. S’installant d’abord sans occasionner le moindre symptôme, elle nécessite un dépistage régulier. Non traitée, elle peut engendrer une baisse de vision, voire la cécité.

_________

Article repris du site  BienVu!

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Mécanismes du corps

Stimuler le nerf vague pour lutter contre l’inflammation

Plus long nerf du corps, le nerf vague est au cœur de la communication entre le cerveau et nos organes...
Lire la suite
Santé bucco-dentaire
dents_nous_parlent

Les dents nous parlent

Carie tenace, problème de gencives, abcès… les pathologies de la bouche peuvent annoncer ou révéler une...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bv_infographie_defauts_refraction

Les défauts de réfraction

Une vision normale (emmétropie) permet de voir nettement des objets proches ou lointains. Lorsque l’image apparaît floue ou déformée, on parle de défaut ou vice de réfraction. L’image, à cause d’une anatomie particulière de la cornée, du cristallin ou de la longueur de l’œil, ne se focalise alors plus parfaitement sur la rétine mais trop en avant ou en arrière de celle-ci. Le point sur les troubles les plus courants.
Symptômes sur le meme sujet
Un zoom sur un oeil

Vue qui baisse

Je vois moins bien
Un oeil rouge

Œil rouge

J’ai l’œil rouge / mal à l’œil
Une bibliothèque

Vision déformée

Je vois tordu