«Chacun a quelque chose à gagner dans l’échange et le partage»

Dernière mise à jour 15/10/19 | Questions/Réponses
Puls_interview_nicolas_tonnac
Ancien psychiatre de liaison aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le Dr Nicolas de Tonnac est président de Pro Infirmis Genève et membre du conseil de fondation de Foyer-Handicap, qui fête cette année ses cinquante ans. Cet anniversaire est l’occasion d’évoquer avec lui la question du handicap dans notre société.

        

La Fondation Foyer-Handicap fête ses 50 ans. Quelle est sa mission et quel chemin a été parcouru?

Dr Nicolas de Tonnac  Sa mission est d’offrir un espace de vie résidentiel aux personnes en situation de handicap qui ont besoin d’une assistance spécifique, ainsi que des ateliers pour leur permettre de développer des compétences dans un lieu stimulant et leur redonner un vrai rôle dans une société toujours plus cloisonnée. Au départ, la Fondation a créé un appartement pour une jeune personne handicapée qui aurait dû sinon rejoindre un établissement médicalisé. L’idée était originale. Aujourd’hui, Foyer-Handicap dispose de cinq résidences. Elle gère également huit ateliers, offrant ainsi plus de 185 postes de travail.

En tant que membre du conseil de fondation, quel est votre rôle?

Il est multiple. Je mène un travail d’accompagnement d’équipe et je développe des stratégies pour une meilleure inclusion des résidents. Il s’agit de faire de la place à la personne en situation de handicap dans un cadre spécifique avec ses règles de vie, tout en l’accueillant comme elle est. On doit veiller à l’ambiance des lieux et éviter de considérer les résidents comme des malades, car ils ne le sont pas. Il est important que l’institution ne les fasse pas régresser, mais qu’ils redeviennent propriétaires de leur vie et soient actifs dans le fonctionnement de l’institution.

Cette vie communautaire reste un défi?

Oui, il s’agit de faire vivre ensemble des personnes qui n’ont pas toutes accepté leur situation et qui doivent la vivre en miroir. La Fondation accueille désormais une majorité de résidents avec des polyhandicaps, ce qui pose d’autres difficultés d’organisation au quotidien.

La Fondation mène une campagne de sensibilisation quant au regard porté sur le handicap. Quelles idées reçues doivent encore être combattues?

La société a tendance à victimiser les personnes en situation de handicap, mais on peut voir les choses autrement. Le handicap est un défi à relever pour acquérir ses lettres de noblesse. Ces personnes font un travail énorme pour accomplir de simples gestes du quotidien. Leur courage ne devrait inspirer ni pitié, ni peur, mais faire envie!

Vous êtes devenu paraplégique suite à un accident. Comment appréhendez-vous les autres?

C’est à celui qui a besoin d’aide de faire valoir ses besoins, tout en laissant de la place à l’autre. En supprimant tous les obstacles de la vie quotidienne, on enlève des opportunités d’interactions. Or, le partage est fondamental, c’est un enrichissement pour tout le monde. Dans ma vie, on ne m’a jamais refusé de l’aide. Au contraire, les personnes m’ont toujours remercié de cette expérience. Chacun a quelque chose à gagner dans l’échange et le partage.

Si vous pensez à votre parcours, quelle est votre vision du handicap?

Mon handicap a été une source d’apprentissage extraordinaire. En tant que psychiatre, cela m’a permis d’avoir une relation privilégiée avec mes patients. Car la représentation que je peux avoir de la souffrance et de la frustration nous met sur un pied d’égalité. Ils ne pouvaient pas supposer que j’ignorais leur souffrance. Sur le plan personnel, j’ai eu beaucoup de chance. J’ai une vie diversifiée, je me suis marié, j’ai fondé une famille et je vais bientôt être grand-père. Que demander de plus?

Le handicap est-il toujours un tabou?

Non, les gens se familiarisent avec le handicap. Quand Omar Sy, dans Intouchables, dit: «Pas de bras, pas de chocolat!», c’est extraordinaire. L’humour est essentiel, il nous permet de prendre de la distance.

_________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Bronzage et coup de soleil
Crèmes solaires

A quoi correspondent les indices des crèmes solaires?

A chaque crème solaire son indice: ce sont les fameux 15, 30, 50 que l'on peut lire sur les emballages....
Lire la suite
Piqûres d'insectes
Allo_Dr_pique_guepe

Allô Docteur, mon enfant a été piqué par une guêpe

Que faire si votre enfant a été piqué par une guêpe, un frelon ou une abeille? Les réponses des Prs Annick...
Lire la suite
Piqûres d'insectes
Prévenir les piqûres d’insectes

Prévenir les piqûres d’insectes

Gênantes, les piqûres d’insectes peuvent même menacer gravement notre santé. Conseils et précautions.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
BV_metier_cinema_accessible

«Mon métier, c’est rendre le cinéma accessible à tous»

Bruno Quiblier est la cheville ou¬vrière de Regards Neufs, un projet qui a pour mission de proposer des films audiodécrits dans les cinémas. Rencontre.
BV_dossier_insertion_profesionnelle

Malvoyance: le défi de l’insertion professionnelle

Les témoignages sont unanimes: non, la tâche n’est pas aisée, mais le challenge peut être relevé. Tout l’enjeu, pour la personne non ou malvoyante, les expert-e-s en insertion professionnelle, les dirigeant-e-s d’entreprise: faire en sorte que les portes s’ouvrent et qu’une chance soit donnée. Et si le tout se résumait à un seul et même défi pour tous les protagonistes en présence, celui d’oser?
BV_cafe_avec_Thimeth_Thanabalasingam

«Quand on perd un sens, on développe d’autres facultés»

À 23 ans, Thimeth Thanabalasingam fait déjà preuve d’une intense détermination. Atteint d’une dystrophie rétinienne génétique qui l’a rendu malvoyant dès la naissance, il poursuit ses études en Master de droit à l’Université de Fribourg.
Videos sur le meme sujet

Être para ou tétraplégiques en temps de confinement

Anne Baecher s'interroge sur le vécu des blessés médullaires, les personnes paraplégiques ou tétraplégiques, durant cette période de confinement.

La prise en charge de la paraplégie

Anne Baecher s'intéresse à la prise en charge de la paraplégie à la Clinique romande de réadaptation (CRR) de Sion.

Remarcher après une paralysie?

On ne guérit pas d’une paralysie. En revanche, on pourrait imaginer la court-circuiter en passant par-dessus la lésion pour reconnecter les parties en amont et en aval de la moelle épinière. C’est l’idée que le chercheur de l’EPFL Grégoire Courtine poursuit depuis de nombreuses années: 36,9° l’a suivi dans cette quête passionnante.