Être para ou tétraplégiques en temps de confinement

Dernière mise à jour 01/05/20 | Audio
Loading the player ...
Anne Baecher s'interroge sur le vécu des blessés médullaires, les personnes paraplégiques ou tétraplégiques, durant cette période de confinement.

Le témoignage de Christiane, une dame tétraplégique de soixante-quatre ans qui vit chez elle, et les informations de Xavier Jordan, médecin chef du Service de réadaptation en paraplégie de la Clinique romande de réadaptation de Sion.

Tous nos sujets sur le coronavirus

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Fièvre

Pourquoi la fièvre augmente-t-elle le soir ?

La fièvre est une réaction naturelle de l'organisme pour lutter contre les infections.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
BV04_adapter_habitat_autonomie

Troubles de la vision: adapter l’habitat pour plus d’autonomie

Réaliser les activités les plus simples du quotidien peut s’avérer compliqué chez les personnes présentant un déficit visuel. Pour se déplacer chez soi, s’habiller ou encore cuisiner, des stratégies d’adaptation peuvent être mises en place. Elles permettent aux personnes malvoyantes d’acquérir des gestes sûrs et de retrouver confiance en elles.
MV_accueillir_enfant_différent

Comment accueillir un enfant différent dans la famille ?

Certains enfants ne sont pas comme les autres. Un défi éducatif et personnel pour les parents.
Puls_interview_nicolas_tonnac

«Chacun a quelque chose à gagner dans l’échange et le partage»

Ancien psychiatre de liaison aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le Dr Nicolas de Tonnac est président de Pro Infirmis Genève et membre du conseil de fondation de Foyer-Handicap, qui fête cette année ses cinquante ans. Cet anniversaire est l’occasion d’évoquer avec lui la question du handicap dans notre société.
Videos sur le meme sujet

La prise en charge de la paraplégie

Anne Baecher s'intéresse à la prise en charge de la paraplégie à la Clinique romande de réadaptation (CRR) de Sion.

Remarcher après une paralysie?

On ne guérit pas d’une paralysie. En revanche, on pourrait imaginer la court-circuiter en passant par-dessus la lésion pour reconnecter les parties en amont et en aval de la moelle épinière. C’est l’idée que le chercheur de l’EPFL Grégoire Courtine poursuit depuis de nombreuses années: 36,9° l’a suivi dans cette quête passionnante.

Quand des personnes paraplégiques réussissent à remarcher

En Suisse, au Laboratoire de marche du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), trois patients paraplégiques ont pu marcher grâce à une stimulation électrique via un implant et des mois d’entrainement.