Attention, tu vas prendre froid!

Dernière mise à jour 04/02/12 | Questions/Réponses
Attention, tu vas prendre froid!
La crainte d’attraper un «refroidissement» en s’exposant au froid est tenace. Correspond-elle à une réalité scientifique?

Ne marche pas pieds nus, mets ta veste/ton chapeau/ton écharpe, sinon tu vas prendre froid! Dans la culture populaire, le froid est associé au risque de tomber malade. En anglais, le rhume est «un froid», a cold. La médecine chinoise parle de «vent froid» au début d’une infection virale. L’hypothermie, résultant d’une exposition extrême au froid, est bien documentée. Il est par contre beaucoup plus difficile d’expliquer, en termes scientifiques, le mécanisme du «prendre froid». Les études sur le sujet manquent. Lorsque le thermomètre plonge faut-il tout de même s’emmitoufler pour ne pas «attraper la mort»? Exercice de style avec le professeur Louis Loutan, médecin-chef du service de médecine internationale et humanitaire aux Hôpitaux universitaires de Genève.

L’exposition au froid favorise-t-elle les maladies?

Louis Loutan: La sagesse populaire qui met en lien froid et maladie est certainement fondée. Mais il n’y a pas, à ma connaissance, d’étude claire montrant que le froid entraîne une baisse de la résistance aux virus. Dans certaines cultures, on croit aux bienfaits de se plonger dans l’eau glacée! On sait par contre que le froid est un facteur de risque pour l’asthme et les maladies cardiovasculaires. Au Canada, lors de chutes de neige, on recommande d’ailleurs à la population de peller la neige en douceur…

Les mécanismes physiologiques liés au froid, comme la redistribution du sang vers les organes internes, pourraient-ils expliquer une diminution des défenses immunitaires?

Les facultés d’adaptation de la circulation sanguine sont assez spectaculaires. Chez un homme de 70 kilos, le flux sanguin passant sur la peau est en moyenne de 200 à 500 millilitres par minute. Lorsqu’il fait très chaud, il passe à 8000 ml/mn et lorsqu’il fait froid à 20 à 50 ml/mn. Cette capacité varie aussi énormément d’un individu à l’autre. Les habitants du Grand Nord gardent ainsi une bonne circulation dans leurs mains, évitant les gelures même lorsque la température est très basse. En s’entraînant au froid, certains alpinistes y arrivent aussi. Maintenant, est-ce que la diminution de la circulation en surface empêche l’organisme de se défendre contre les virus, on ne peut en apporter la preuve.

Est-ce que le froid pourrait entraver les mécanismes de défense au niveau pulmonaire?

S’il fait très froid, l’air n’est plus suffisamment réchauffé et réhumidifié lors de son passage par le nez. En arrivant glacé dans les poumons, il peut provoquer des lésions dues au gel. Cela se voit chez les gens qui réalisent des performances sportives à des températures extrêmes. Sous nos latitudes, on peut imaginer que le froid ralentisse le fonctionnement des cils tapissant nos bronches. Ceux-ci ont pour fonction de faire remonter le mucus, les poussières, les éventuels virus, pour empêcher une infection. Mais encore une fois, aucune étude ne le démontre.

L’hiver reste la saison des maladies virales, pourquoi?

Il y a chez nous plus de rhumes et de grippes en hiver, c’est un fait. Sous l’effet du froid, nos muqueuses changent, sont plus sèches et par là plus vulnérables. Par ailleurs, les virus en aérosol sont plus performants lorsqu’il fait froid et sec. Les mastocytes, une variété de globule blanc responsable de certaines réactions immunitaires, pourraient aussi jouer un rôle car ils sont stimulés par le froid. Ils sont notamment présents dans la muqueuse nasale. A ces différents facteurs s’ajoute le changement de nos habitudes en hiver. En général, nous restons dans des ambiances confinées facilitant la transmission. Les virus résistent très bien sur des surfaces comme les poignées de portes, les gens se contaminent par simple contact. Cela dit, la grippe et le rhume affectent également les pays tropicaux, mais leur impact y est très largement sous-estimé, car les causes de fièvres sont multiples dans ces régions, contrairement à chez nous.

_________

  

    

Extrait de :

Check-Up. Les réponses à vos questions santé
de Marie-Christine Petit-Pierre
Ed. Planète Santé / Le Temps, 2014

            

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
infections_mieux_proteger

Infections: il est possible de mieux se protéger

Gastroentérites, rhumes, angines: chaque hiver c’est la même chose, il y a ceux qui enchaînent les infections et ceux qui semblent protégés contre tous les microbes environnants.
chutes_accidents_hiver

Prévenir les chutes et les accidents

On trébuche et on tombe à tout âge et en toutes saisons, mais la période hivernale reste la plus propice aux gamelles. Et les personnes âgées sont particulièrement concernées. Pourtant, quelques mesures simples permettraient d’éviter un grand nombre d’accidents.
mon_enfant_hiver

Mon enfant en hiver

L’hiver est traditionnellement la saison des rhumes, grippes et autres infections qui mettent la santé de la famille à rude épreuve. Voici quelques conseils pour mieux prendre soin des plus jeunes quand les virus attaquent.
Videos sur le meme sujet

La question de l'hypothermie

Les secours en montagne doivent souvent faire face à la question du refroidissement du patient.

L'impact du froid sur les sportifs

Bastien Confino vous emmène à Pyeongchang

Pourquoi éternue-t-on?

Eternuer c'est automatique, c'est un réflexe. Mais pourquoi éternue-t-on?
Maladies sur le meme sujet
Bronchite aigue

Bronchite aiguë

La bronchite aiguë est une infection bénigne qui se manifeste en général par une toux, des maux de gorge et une gêne à la respiration, sans fièvre élevée.

Symptômes sur le meme sujet
thermomètre digital

Fièvre

J’ai de la fièvre