Piqûres et morsures: tout ce qu’il faut savoir pour passer un été tranquille

Dernière mise à jour 14/08/23 | Article
LMD_piqures_morsures_ete
Des moustiques aux serpents, il est important de connaître les risques liés aux différentes espèces vivant en Suisse afin de limiter les conséquences des morsures et piqûres.

Balades en famille, pique-niques dans les prairies, apéros au coucher de soleil: ces plaisirs estivaux ont un corollaire, le risque de se faire piquer ou mordre par les espèces qui pullulent à la belle saison. Si la plupart du temps, les rencontres inopportunes avec les petites bêtes estivales se terminent par un simple inconfort, elles peuvent dans certains cas aboutir à des complications, parfois graves. 

Le moustique tigre de plus en plus présent

Se protéger efficacement

Porter des vêtements longs et de couleurs claires est un geste simple pour limiter le risque de piqûres et de morsures. Les prétendus bénéfices des bracelets, appareils à ultrason, bougies ou produits contenant des huiles essentielles de citronnelle ou de géranium ne sont pas validés par des tests en laboratoire. Seuls les répulsifs à appliquer sur la peau ou les vêtements contenant du DEET et de l’icaridine ont une efficacité prouvée contre les moustiques et les tiques. La concentration du principe actif doit être adaptée aux espèces locales, demandez conseil à votre pharmacien. Et si vous utilisez une crème solaire, attendez une vingtaine de minutes avant d’appliquer le répulsif.

Les piqûres des moustiques présents en Suisse restent, pour l’heure, inoffensives. Au pire, elles provoquent une réaction inflammatoire ou, en cas de grattage, sont le siège d’une surinfection bactérienne. Mais les autorités sanitaires suivent de près l’expansion du moustique tigre sur le territoire suisse. Et pour cause, Aedes albopictus, d’origine asiatique, est le vecteur de plusieurs maladies virales, telles que la dengue, le chikungunya, Zika ou la fièvre jaune. «Nous n’avons encore jamais eu de transmission dite "autochtone" de ces maladies en Suisse, mais des foyers de dengue sont régulièrement rapportés en Italie et en France. Dans les années à venir, ces maladies pourraient bien s’étendre», prévient le Dr Gabriel Alcoba, médecin à la consultation de médecine des voyages du Service de médecine tropicale et humanitaire des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). 

Pour ceux qui partent sous les tropiques, se protéger des moustiques est primordial. Il faut aussi vérifier si le paludisme, transmis par les moustiques du genre Anopheles, sévit à destination. Suivant la zone visitée, un traitement préventif pourra être prescrit. «Nous traitons régulièrement des personnes qui ont contracté le paludisme lors d’un voyage et qui n’avaient pas pris de mesures de protection», insiste Amel Filali, médecin à la Policlinique de médecine tropicale, voyages et vaccinations d’Unisanté à Lausanne. 

Un vaccin contre l’encéphalite à tiques

Autre ennemi de l’été, les tiques! Ces petits arachnides se nichent dans les herbes hautes, les haies et les arbustes. C’est leur salive, injectée lors de la morsure, qui peut contenir des bactéries ou des virus responsables d’infections, dont les plus fréquentes sont la borréliose de Lyme et l’encéphalite à tiques, ou méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE). La maladie de Lyme est provoquée par la bactérie Borrelia burgforferi alors que la MEVE est une infection virale. «L'Office fédéral de la santé publique estime, qu'en Suisse, 10’000 personnes contractent chaque année une borréliose. Et environ 300 cas de MEVE sont rapportés. Mais pour la plupart, ces infections restent bénignes», précise le Dr Alcoba. 

Après une balade dans une des zones à risque, qui sont nombreuses en Suisse, il convient de s’examiner soigneusement et réagir rapidement, car le risque d’infection augmente 48 heures après la morsure. «Il faut enlever la tique, avec un tire-tique ou une pince à épiler, en tirant de manière verticale et sans tourner», détaille la Dre Filali. Après une morsure, le risque de développer une maladie de Lyme serait de 1 à 3%. Si un érythème migrant (une rougeur circulaire d’au moins 5 cm, centrée sur la morsure) apparaît dans les jours suivants, il faut consulter afin de débuter un traitement antibiotique. «Il ne faut pas attendre! À ce stade primaire de l’infection, le traitement est facile et très efficace, ce qui n’est plus le cas ensuite», insiste le Dr Alcoba. Des symptômes articulaires et neurologiques peuvent se développer à des stades plus avancés de la maladie.

La MEVE se manifeste par des symptômes de type grippaux qui le plus souvent régressent spontanément. Il faut impérativement consulter en cas de maux de tête intenses et surtout si une raideur de nuque apparaît. Il existe un vaccin contre la MEVE qui est recommandé en Suisse dès l’âge de 6 ans. «Le mieux étant de démarrer le schéma vaccinal en hiver afin d’avoir une protection maximale dès le printemps suivant», précise la Dre Filali. 

Attention aux venins

La famille des hyménoptères, qui compte les abeilles, bourdons, guêpes ou encore frelons, est celle dont les piqûres provoquent le plus d’accidents. Les issues fatales restent cependant rares: on estime à quatre par an en moyenne le nombre de décès en Suisse. La plupart des personnes ne vont subir que qu’une réaction locale mais 2 à 4% de la population seraient allergiques à l’un de ces venins (lire encadré). 

Autre source d’accidents, les vipères. «Si aucun décès n’a été rapporté en Suisse depuis plusieurs dizaines d’années, environ 60 personnes sont hospitalisées chaque année dans le pays après une morsure de serpent», explique le Dr Alcoba. En cas de morsure, identifiable grâce à la trace des deux crochets, mieux vaut consulter et sans attendre. Le venin de la vipère peut provoquer des nécroses et des hémorragies. Selon la gravité de la réaction, l’administration d’un anti-venin par perfusion peut être rapidement nécessaire. 

Plus rassurant, les araignées que l’on croise en Suisse ne sont pas dangereuses. «Il y a beaucoup d’arachnophobie, mais pas de raisons sérieuses de craindre un accident», sourit le Dr Alcoba. Le venin, toxique pour les tissus et les petits vaisseaux, peut cependant provoquer une réaction locale très douloureuse avec parfois de petits hématomes.

Reconnaître une allergie aux hyménoptères

Il faut déjà avoir été piqué et avoir produit des anticorps contre un composant du venin pour qu’une allergie survienne lors d’une nouvelle piqûre. «Il ne faut pas confondre une réaction locale dite élargie, à savoir une réaction cutanée de plus de 10 cm, douloureuse et persistante durant plus de 24 à 48 heures, avec une réaction allergique généralisée», précise le Pr Yannick Muller, médecin associé au Service d’immunologie et allergie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). L’allergie généralisée provoque des symptômes à distance de la piqûre, de la simple réaction cutanée au choc anaphylactique, potentiellement mortel. Un gonflement rapide des muqueuses de la tête et du cou (œdème de Quincke), des difficultés à respirer, une perte de connaissance, doivent amener à consulter en urgence. Les personnes qui ont déjà subi une réaction généralisée peuvent disposer d’un stylo-injecteur d’adrénaline qui soulage immédiatement les symptômes et peut sauver la vie. L’intérêt d’une désensibilisation devrait aussi être discuté avec un allergologue.

______

Paru dans Le Matin Dimanche le 13/08/2023

Articles sur le meme sujet
VS-23_prenez_soin_pieds_hiver

Prenez soin de vos pieds, même en hiver

Les pieds sont tout à la fois notre support, notre mobilité et notre stabilité. Alors mieux vaut en prendre soin. Voici quelques conseils pour les chouchouter.
Videos sur le meme sujet

Chronique : pourquoi les moustiques mʹaiment-ils bien ?!

Les moustiques ont développé une remarquable capacité à nous repérer.

Les moustiques, stars du Swiss TPH

Lucia Sillig s'intéresse à une des spécialités de l'Institut Tropical et de Santé Publique Suisse (Swiss TPH), à Allschwil, à côté de Bâle: les moustiques.

Les tiques se plaisent en Suisse

Les tiques sont de plus en plus nombreuses et présentes quasiment partout sur le territoire helvétique en raison du réchauffement climatique qui leur permet d'élargir leur habitat et d'étendre leur période dʹactivité.
Maladies sur le meme sujet

Encéphalite à tiques

Cette encéphalite est due à un virus qui se transmet par les morsures de tiques. Elle peut provoquer des complications comme une méningite ou une paralysie.

Tique gorgée de sang

Borréliose

La borréliose est transmise par les tiques. Elle commence par une rougeur de la peau, qui s'étend et s'éclaircit en son centre. Non traitée, elle peut toucher les articulations ou le système nerveux.

Symptômes sur le meme sujet
Piqûre de moustique

Piqûre insecte

Mon enfant s'est fait piquer par un insecte / une abeille

Piqûre de tique

J'ai été piqué(e) par une tique
Guêpe

Piqûre insecte

J’ai une allergie après une piqûre d’insecte