Comment éviter les perturbateurs endocriniens?

Dernière mise à jour 16/06/14 | Article
Pour protéger votre santé et l'environnement, réduisez les doses de produits cosmétiques et de nettoyage!

BPA dans les plastiques, phtalates dans les parfums et autres parabènes dans les cosmétiques. Autant de substances chimiques qui agissent dans notre corps comme des hormones et qui peuvent causer ou favoriser des maladies ou des dysfonctionnements du corps, par exemple du système reproductif.

On appelle ces substances «perturbateurs endocriniens» et elles sont très répandues dans les produits que nous utilisons. L’OMS estime ainsi que 800 perturbateurs endocriniens sont couramment utilisés. Mais s'ils sont si répandus, comment s'en protéger? Les pistes de Nathalie Chèvre, écotoxicologue à l’Université de Lausanne.

Trois axes pour agir

En préambule, la spécialiste prévient: «Les recommandations en la matière sont délicates parce que les substances chimiques sont présentes partout. Il n'y a pas de solution simple qui consisterait à éviter totalement un élément donné et qui permettrait d'abolir tous les risques.»

Elle poursuit: «Le risque vient, d’une part, de l'exposition à long terme à de faibles concentrations de ces produits et, d’autre part, à l'effet "cocktail" qu'ils ont quand ils sont associés les uns aux autres. Il faut donc réduire globalement son exposition.»

Bonne nouvelle cependant, la possibilité d'agir au quotidien est bien réelle. Pour cela, la chercheuse propose une stratégie en trois points similaire à celle des cantons romands 1. A savoir :

  • Utiliser des produits plus naturels. Choisir des produits le plus biodégradables possible et lire les étiquettes pour éviter certains composants. On peut ainsi bien laver son logis avec uniquement un savon liquide (dégraissant), un vinaigre de nettoyage (détartrant) et de l'alcool de nettoyage (détachant).
  • Réduire les doses que l'on emploie. Les lessives ou le produit pour laver la vaisselle, par exemple, sont déjà efficaces avec de très petites quantités. Utilisez-en de moins en moins jusqu’à trouver la quantité minimale qui convient.
  • Renoncer à des produits superflus. Par exemple les blocs désodorisants pour WC ou le bain-mousse.

L'environnement y gagne, nous aussi

Le rapport que nous avons avec les cosmétiques illustre bien notre attitude paradoxale: «Ces expositions sont parmi les plus fréquentes… Mais elles sont tout à fait volontaires!» A-t-on vraiment besoin d'un gel douche là où le savon suffirait? Peut-on réserver laque et parfum pour les grandes occasions?

«Mais j'achète du gel douche sans parabène!», veut-on rétorquer. La scientifique n'est pas convaincue. «Nous ignorons si les produits qui remplacent les parabènes leur sont préférables en termes endocriniens. En ce sens, la substitution n'est pas une solution.»

Sans compter que quand nous nous exposons aux perturbateurs endocriniens, nous y exposons également l'environnement (par le biais de l'eau notamment). Il est donc tout à fait possible de retrouver dans son alimentation de minuscules traces des substances qui composaient les produits que nous avons employés. Pour l’éviter, une réduction globale est nécessaire.

Cependant, tout ne repose pas sur les épaules des individus et des décisions collectives doivent être prises. Ainsi, le parlement suisse a décidé d'introduire une taxe qui permettra d'améliorer les traitements dans les stations d'épuration des eaux (STEP) et d'éliminer nombre de micropolluants, et donc également de perturbateurs endocriniens.

Quelques cibles de plus?

  • Eviter les contenants alimentaires plastiques? «On ne peut pas assurer à 100% que ce soit utile. Mais à la maison j'utilise des contenants en verre.»
  • Laver ses habits neufs avant de les porter (pour les débarrasser des apprêts)? «C'est tout à fait sensé.»

(1) On trouve également dans cette campagne un dépliant utile.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Environnement
savoir_enfant_vers

Comment savoir si mon enfant a des vers?

Rien que les imaginer fait grimacer. Pourtant, les vers intestinaux sont largement répandus dans la population....
Lire la suite
Mécanismes du corps

Stimuler le nerf vague pour lutter contre l’inflammation

Plus long nerf du corps, le nerf vague est au cœur de la communication entre le cerveau et nos organes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
trafic_routier_demence

Vivre près d’un trafic routier intense favoriserait la démence

Une étude canadienne, qui a porté sur 6,5 millions de personnes pendant douze ans, fait le lien entre l’exposition aux polluants émis par les camions et voitures et les risques de développer un alzheimer.
microplastiques_eau_questions

Microplastiques dans l’eau potable: pas d’inquiétude pour le moment, mais des questions

Le rapport que l’Organisation mondiale de la santé vient de publier se veut rassurant, mais il insiste sur la nécessité de poursuivre les recherches sur le sujet.
pollution_interieure_empoisonne

Pollution intérieure : quand le foyer nous empoisonne

La pollution n’est pas seulement l’apanage des gaz d’échappement et des émissions industrielles. L’air intérieur est aussi contaminé par de nombreux polluants.
Videos sur le meme sujet

Les perturbateurs endocriniens menacent la qualité du sperme

Il y a un lien entre la qualité du sperme et l'exposition de la mère aux perturbateurs endocriniens pendant la grossesse.

Le (très) dangereux effet cocktail des perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens peuvent potentiellement devenir plus nocifs sʹils sont mélangés.

Pas d'égalité face aux perturbateurs endocriniens

Nous ne sommes pas tous égaux face aux perturbateurs endocriniens.