Bisphénol A: Entre précaution et soupçon

Dernière mise à jour 25/08/15 | Article
Bisphénol A: Entre précaution et soupçon
La France interdit le BPA des contenants alimentaires, alors que les autorités européennes n’y voient aucune menace.

Le chaud et le froid soufflent sur le dossier du bisphénol A (BPA) en ce début d’année. En France, l’interdiction d’utiliser cette substance dans les contenants alimentaires est entrée en vigueur le 1er janvier. Mais, peu de temps après, l’EFSA, l’Autorité européenne pour la sécurité alimentaire, a conclu qu’il n’était pas une menace pour les citoyens. A quelle instance se fier?

Rembobinons le film. Le BPA est un additif utilisé pour durcir les plastiques. On le trouve en abondance, notamment dans le revêtement intérieur des canettes de boisson et des boîtes de conserve ou sur le papier thermique des tickets de caisse. Il est si répandu qu’il est mesurable dans l’organisme de plus de 95% des gens.

Ce qui pose problème, c’est que le BPA se comporte comme une hormone dans notre corps. «Il imite l’effet des œstrogènes, les hormones féminisantes, explique Michel Rossier, médecin-chef du service de chimie clinique et toxicologie de l’Hôpital du Valais. Or les récepteurs aux œstrogènes de nos cellules contrôlent l’expression de centaines de gènes.»

On craint donc une baisse de la fertilité masculine, une augmentation du risque de certains cancers, notamment du sein, et une inclinaison à l’obésité, détaille François Pralong, professeur et chef du service d’endocrinologie du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois.

Législation

La Suisse est permissive

En Suisse, le BPA est autorisé, mais il y a un seuil d’exposition à ne pas dépasser, fixé à 10 μg par kilo de poids corporel par jour. Cette valeur correspond au double de ce qu’a recommandé l’EFSA en janvier dernier. Si ce taux est officiellement adopté par l’Europe, «la Suisse en fera autant» dans un délai d’«au moins deux ans», répond-on à l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires.

Difficile recul

Ces dangers sont «clairement avérés chez l’animal et dans des modèles cellulaires, poursuit le médecin. Mais pas chez l’être humain où, pour l’instant, aucune étude n’a démontré clairement la survenue de pathologies en lien avec le BPA.» Il est en effet très ardu, voire impossible, de confirmer la toxicité d’un produit auquel nous sommes exposés à des doses minuscules tout au long de notre vie.

Pression des citoyens

Les soupçons d’un impact sur la santé de l’être humain n’en sont pas moins forts aujourd’hui. Reste à savoir quelle décision doit prendre le législateur. «Certains, comme la France, sont plus directifs et invoquent le principe de précaution», analyse Michel Rossier. D’où l’interdiction totale du BPA. «Ou, poursuit-il, comme en Suisse (lire encadré), on hésite à prendre une telle décision tant que l’on n’a pas formellement démontré que le produit était dangereux pour l’homme.» Pour François Pralong, au vu des données scientifiques, «il faut appliquer le principe de précaution qui demande la plus faible exposition possible des individus au BPA».

Reste que le problème est en réalité de grande ampleur. Les perturbateurs endocriniens –ces produits chimiques comme le BPA que notre corps «prend» pour des hormones– sont légion dans l’industrie: parabènes (cosmétiques), phtalates (plastiques) et autres pesticides. La société civile a du pain sur la planche si elle entend influer sur la régulation de ces substances.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
Grains de poivre

Ne négligez pas les troubles de l’odorat

Plus d’une personne sur 20 souffre de perte de l’olfaction. Cela suite à un maladie ou un accident, voire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Polluants domestiques: comment peut-on s’en protéger?

Polluants domestiques: comment peut-on s’en protéger?

Notre environnement serait truffé de substances nocives pour la santé. Le point avec une écotoxicologue.
Si vous voulez faire des bébés, éteignez la télé

Si vous voulez faire des bébés, éteignez la télé

L’inactivité diminue la production de spermatozoïdes.
La menace bien réelle des perturbateurs endocriniens

La menace bien réelle des perturbateurs endocriniens

Ces substances nuisent à notre corps en agissant comme des hormones. Dans un exposé à Lausanne, un spécialiste américain a insisté sur l’urgence de réformer la législation à leur sujet.
Videos sur le meme sujet

La pub: du rêve en boîte

La publicité est partout. Nous sommes soumis à environ 10 000 contacts publicitaires au quotidien!