Lombalgies: la chiropraxie peut être un complément thérapeutique fort utile

Dernière mise à jour 19/12/12 | Article
Lombalgies: la chiropraxie peut être un complément thérapeutique
Deux études récentes apportent la démonstration de l’utilité des soins donnés, en complément des soins traditionnels, par des chiropracteurs. Il s’agissait de militaires d’une part, de femmes enceintes de l’autre qui souffraient de certaines formes de maux de dos. Quels ont été précisément les résultats?

Les lombalgies constituent un mal très répandu évoluant sous des formes aigues ou chronique. Source de souffrances, elles sont aussi à l’origine de pertes économiques nullement négligeables. En France, on estime officiellement que «plus de la moitié de la population de 30 à 64 ans a souffert de lombalgie au moins une journée durant les douze derniers mois». Et que 17% de la même population a souffert durant plus de trente jours de lombalgie durant la même période.

Celles et ceux qui en souffrent se heurtent aussi assez fréquemment à de nombreuses difficultés avant de trouver une réponse thérapeutique adaptée. Deux études parues dans deux revues spécialisées tendent à démontrer l’utilité que peut fournir dans ce domaine des soins apportés en complément d’une approche médicale dite traditionnelle, non manuelle. La première est parue dans la revue Spine, la seconde dans l'American Journal of Obstetrics and Gynecology. Dans les deux cas, les auteurs ont cherché à évaluer l’apport thérapeutique que pouvait constituer la chiropratique (ou chiropraxie). Encore parfois ici ou là objet de controverses quant à son efficacité (voire à son innocuité), la chiropratique est une discipline qui vise pour l’essentiel à traiter des douleurs trouvant leur origine au sein du système ostéo-articulaire et ce à partir de manipulations physiques, principalement vertébrales.

Les militaires

Parue dans Spine, la première étude clinique a porté, aux Etats-Unis, sur deux groupes de militaires en service âgés de 18 à 35 ans et souffrant de lombalgies. On en trouvera le résumé ici. Le premier groupe recevait des soins médicaux courants, conseillées et prescrits par des médecins; parmi ces soins une éducation thérapeutique, des traitements médicamenteux, de la physiothérapie (application de chaud et de froid) ou une prise en charge par un centre spécialisé dans la prise en charge de la douleur. Les membres du second groupe recevaient quant à eux, en complément des soins médicaux courants, un traitement chiropratique limité, au maximum, à deux visites hebdomadaires.

Après une période comprise entre deux et quatre semaines les effets sur la perception de la sensation douloureuse ont été évalués sur une échelle de 0 à 10 (Numerical Rating Scale); ceux sur les capacités fonctionnelles (la mobilité) ont été étudiés selon deux méthodes: un questionnaire (Roland Morris Disability Questionnaire) et une échelle (Back Pain Functionnal Scale). La satisfaction des volontaires des deux groupes a également été mesurée.

Avec une douleur ressentie évaluée à 3,9 sur 10, le groupe recevant des soins chiropratiques rapportait de meilleurs résultats que le groupe recevant les seuls soins médicaux conventionnels (6,1 après deux semaines et 5,2 après quatre semaines). «En termes de mobilité, le questionnaire comme l'évaluation sur une échelle rapportaient des résultats concordants allant dans le sens de capacités fonctionnelles supérieures après deux comme après quatre semaines pour le groupe recevant des soins chiropratiques, résument les auteurs. Les résultats du Roland Morris Disability Questionnaire montrent une différence moyenne de quatre points sur vingt-quatre et une différence d'environ neuf points sur la Back Pain Functionnal Scale qui en comporte soixante.»

Toujours selon les auteurs, à la fin des quatre semaines, 73% des patients suivis par un chiropracteur rapportaient une amélioration globale de leur état contre 17% des patients recevant les seuls soins médicaux courants. Et un patient sur trois  recevant les seuls soins médicaux courants s’est vu prescrire des médicaments contre moins d’un sur cinq chez ceux recevant en plus des soins chiropratiques.

Les femmes enceintes

Parue dans l'American Journal of Obstetrics and Gynecology, la seconde étude clinique a également été conduite aux Etats-Unis. Elle a concerné 169 femmes enceintes, âgées de 15 à 45 ans, portant un seul fœtus, et dont une lombalgie, des douleurs pelviennes ou les deux ont été diagnostiqués par leur obstetric provider (obstétricien ou sage-femme) entre la 24e et la 28e semaine de gestation. On en trouvera le résumé ici.

Un premier groupe de ces femmes recevait uniquement des conseils et soins obstétriques courants, laissés à l'appréciation des providers; parmi ces conseils et ces soins: le repos, des exercices, l'application de chaleur, des traitements médicamenteux antalgiques. Le second groupe bénéficiait, en complément des soins obstétriques courants, un traitement chiropratique. Cette prise en charge consistait en deux visites hebdomadaires avec un chiropracteur. Ce dernier «prodiguait des conseils, des actes de thérapie manuelle, et des exercices de stabilisation».

Les effets des deux prises en charge ont été évalués à la 33e semaine de gestation sur la base de différents indicateurs de douleur (questionnaires et tests orthopédiques). «Une réduction significative de la douleur dans le groupe recevant des soins chiropratiques en complément des soins obstétriques courants a été observée, résument les auteurs. A l’inverse on a noté une augmentation significative de la douleur sur cinq des indicateurs pour le groupe recevant les seuls soins obstétriques courants. On a également observé une amélioration significative des troubles du sommeil pour le groupe recevant des soins chiropratiques en complément des soins obstétriques courant.

Une troisième étude

Une étude allant dans le même sens a été récemment publiée dans Spine. Elle a été menée en Allemagne auprès de 101 personnes souffrant de lombalgies. Elle tend à démontrer la supériorité thérapeutique des manipulations dites «HVLA» (à «haute vélocité et de courte amplitude») sur un antalgique (le diclofenac). On en trouvera un résumé ici.

Ces publications viennent compléter toutes les études comparatives qui ont déjà été menées pour évaluer la chiropratique, le plus souvent dans les pathologies lombaires et cervicales. «Dans les lombalgies aigues ou subaigües, la chiropratique semble efficace, avec une efficacité d’un ordre de grandeur comparable à l’efficacité des traitements alternatifs, estime pour sa part en France l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Dans les cervicalgies, l’efficacité n’apparaît également pas supérieure aux autres traitements possibles, avec en outre un risque d’évènement indésirable rare mais grave. Au total, la chiropratique propose des réponses non chirurgicales et non médicamenteuses à des troubles fréquents ; cette approche est donc susceptible d’intéresser un grand nombre de patients. Les réponses apportées par la chiropratique sont potentiellement efficaces dans certaines indications, mais sans supériorité prouvée par rapport aux alternatives plus classiques.»

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
Grains de poivre

Ne négligez pas les troubles de l’odorat

Plus d’une personne sur 20 souffre de perte de l’olfaction. Cela suite à un maladie ou un accident, voire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Certaines lombalgies chroniques pourraient être traitées par des antibiotiques

Certaines lombalgies chroniques pourraient être traitées par des antibiotiques

Des chercheurs danois et anglais annoncent une découverte étonnante concernant l’origine de certains maux de dos récidivants. Une bactérie fréquemment présente à la surface de la peau pourrait en être la cause.
Le meilleur remède au mal de dos est de bouger

Le meilleur remède au mal de dos est de bouger

Mal au dos, tour de rein, lumbago: huit personnes sur dix auront, au cours de leur vie, ce que les spécialistes appellent une «lombalgie commune». Bien que très répandue, cette affection suscite pourtant de très nombreuses idées reçues.
Le meilleur geste contre le mal de dos? Bouger!

Le meilleur geste contre le mal de dos? Bouger!

Quand on souffre du dos, garder le lit est le pire des remèdes.
Videos sur le meme sujet

Mal de dos: la maladie mystérieuse

Qui n'en a jamais eu "plein le dos", mais au sens propre du terme? Que faire contre ce mal si invalidant et qui touche tant de gens…
Maladies sur le meme sujet
Mal de dos

Lombalgies communes (aiguës, subaiguës, chroniques)

La lombalgie est une douleur dans le bas du dos, qui s'accompagne souvent d'une limitation de la mobilité. La douleur peut parfois descendre jusqu'aux pieds ou remonter vers la nuque.

Symptômes sur le meme sujet
mal de dos

Sciatique

J’ai mal au dos / j'ai une sciatique
J'ai mal à la nuque

Cervicalgies

J'ai mal à la nuque / j'ai des cervicalgies